Tahiti Infos

L'olympisme s'empare de To'ata


Michel Bourez a enflammé le chaudron et le public.
Michel Bourez a enflammé le chaudron et le public.
Tahiti, le 13 juin 2024 – Ce jeudi, la place To'ata a été le théâtre de l'Olympisme en accueillant pour sa dernière étape du Fenua la tant attendue flamme olympique. Une cérémonie du chaudron émouvante portée par Michel Bourez, accompagné pour l'occasion de la relève du surf polynésien : tout un symbole.
 
Le dire était une chose, le réaliser en est une autre. Accueillir la flamme olympique en terre mā'ohi relevait encore il y a quelques mois du fantasme. Un privilège réservé aux légendes du sport, aux icônes inaccessibles et tant enviées de l'autre côté du téléviseur, à l'autre bout du monde. Et pourtant, ce jeudi 13 juin, ce sont bel et bien nos 'aito qui ont été les stars de ces jeux. Un relais de la flamme olympique retransmis en direct sur l'ensemble du territoire français qui a ému plus d'un parent : “Ma fille a fait partie des relayeurs, je n'aurais jamais cru cela possible de mon vivant”, expliquait un père ému tentant de prendre en photo sa jeune fille, passionnée de sport, évidemment. Une soirée des rêves dont chacun a su tirer un peu de magie : “Je suis trop content : j'ai eu ma photo avec Kauli Vaast ! C'est mon surfeur préféré”, s'est exclamé un jeune garçon, haut comme trois māpē.
 
Mais la belle surprise de la soirée a été le choix du dernier relayeur, Michel Bourez, fer de lance du surf polynésien des 15 dernières années et venant tout juste de prendre sa retraite professionnelle, accompagné de Liam Sham Koua et Takihei Ellacott, jeunes espoirs du surf local. Un symbole, une promesse. Une passation de pouvoir officialisée dans le plus pur esprit de l'olympisme : Toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus fort ! Une émotion enrichie par la présence de bon nombre d'athlètes qui ont, chacun dans leur discipline, participé à la grande et longue histoire du sport polynésien. Conquis, le public n'a d'ailleurs pas hésité à sortir les téléphones portables et les lampes torches. Une communion rare ; un frisson.
 
“Hallucinant ! C'est magnifique”, confiait Michel Bourez, quelques secondes seulement après sa sortie de scène. “C'est beau ! Tu vois que le sport est quelque chose qui compte pour les gens. Tout le monde s'inspire du sport et ne souhaite que le meilleur pour nos athlètes locaux. Aujourd'hui nous accueillons les Jeux olympiques pour la première fois et j'espère vraiment que ça ne sera pas la dernière.” Et celui que l'on nomme “le spartan” semble déjà revigoré d'un tel élan populaire : “Pour moi, cette soirée marque vraiment la fin de ma carrière professionnelle. Et demain, je souhaite que cette page se tourne très rapidement pour pouvoir en entamer une autre, avec la jeunesse polynésienne que je souhaite aider maintenant.”

Michel Bourez, accompagné des jeunes espoirs du surf polynésien : Takihei Ellacott et Liam Sham Koua
Michel Bourez, accompagné des jeunes espoirs du surf polynésien : Takihei Ellacott et Liam Sham Koua

Rédigé par Wendy Cowan le Jeudi 13 Juin 2024 à 22:26 | Lu 2615 fois