Tahiti Infos

L’intercontinental de Bora toujours en grève


Source, Facebook BORA BORA-Porinetia PARAU API-News Info
Source, Facebook BORA BORA-Porinetia PARAU API-News Info
Tahiti le 13 mars 2023 – Après cinq jours de grève, les employés de l’intercontinental Bora Bora Resort Thalasso Spa sont toujours mobilisés. “Le seul point bloquant, c’est la question des salaires”, explique Patrick Galenon, secrétaire général de la CSTP FO, en charge des négociations avec la direction de la chaîne.

La grève se poursuit à l’intercontinental Bora Bora Resort Thalasso Spa. Ils étaient plus de 80 à rentrer en grève mercredi dernier, après deux jours de négociations avec la direction de l’établissement. Les représentants syndicaux demandaient notamment une augmentation de 6%, des salaires, une amélioration des conditions de travail, et ils dénonçaient la révision en 2009 de l’accord d’établissement. Le nouvel accord prévoit que l’ensemble des salariés touche le service charge. Avant 2009, seuls les salariés travaillant à l’année au sein de l’établissement étaient éligibles à cette contribution. “On voulait revenir aux règles de 2007. Si vous arrivez d’Amérique par exemple, parce que votre chaîne vous dit de venir là, vous bénéficierai aussi du service charge. Ce n'est pas normal”, soutient Patrick Galenon, secrétaire général de la CSTP FO.

“200 Fcfp c’est le prix de deux baguettes”

“Le seul point bloquant, c’est la question des salaires”, continue Patrick Galenon. Dimanche 12 mars, l’intersyndicale a réussi à obtenir une augmentation d’un pour cent des salaires, et de 200 Fcfp supplémentaires mensuels. “200 Fcfp, c’est le prix de deux baguettes de pain. Par rapport aux autres chaînes d’hôtels, nos salaires sont moindres”, déplore Francis Varney délégué syndical de la Thalasso de Bora Bora, affilié CSTP FO.

“Il y a déjà eu toute une discussion au niveau sectoriel, avec un accord qui a été signé au niveau de l’ensemble de l’industrie hôtelière pour rehausser les salaires, en plus du réajustement du Smic en début d’année. Cela représente un volet de 6 à 7% de valorisation des salaires. Maintenant il faut qu’on voit ce qu’on peut faire”, explique Guillaume Epinette, directeur régional des hôtels Intercontinental. En attendant de trouver “une solution concluante”, les salariés de l’Intercontinental continueront leur mobilisation.

Appel à des prestataires extérieurs démenti

D’après le syndicat de l’Intercontinental de Bora Bora, ils étaient un peu plus d’une centaine à manifester samedi. En face, l’administration de la chaîne d’hôtels parle d’une soixantaine d’employés en grève. “Une partie du service client s’est retrouvé impacté, maintenant, on arrive à gérer avec des ajustements opérationnels”, informe Guillaume Epinette. D’après Francis Varney, la chaîne fait appel à des extras et à un prestataire de services pour combler le manque de personnel. “Ils ont notamment fait appel à un jardinier ce week-end. Ils n’ont pas le droit de faire appel à du personnel extérieur en temps de grève. J’ai contacté Patrick Galenon qui s’est tourné vers l’inspection du travail”, affirme le syndicat. “Aujourd’hui il y a des employés qui sont programmés, qui continue de venir travailler, on travaille avec les personnes qui sont sur place, on ne fait pas appel à des ressources supplémentaires. On connaît les règles, et les équipes sur place s’imposent de les respecter”, se défend le directeur régional des hôtels Intercontinental.

Rédigé par Guillaume Marchal le Lundi 13 Mars 2023 à 16:32 | Lu 1509 fois