Tahiti Infos

L’hôtel Le mandarin est en vente


L’hôtel Le mandarin est en vente
Tahiti, le 23 juin 2024 - L’hôtel Le Mandarin a fermé ses portes il y a quelques années, précédant la fermeture du restaurant le Plazza fin mars 2023. La fin d’une ère dans ces ruelles festives de Papeete. Gabriel, qui s’occupe de “l’après” pour la famille Beaumont, s’est confié sur la situation un an plus tard.
 
Ils étaient des incontournables qui ont longtemps marqué de leur cachet les soirées tahitiennes. Mais fin mars 2023, la famille Beaumont devait déposer les ustensiles de cuisine une bonne fois pour toutes, ébranlée par la crise sanitaire qui l’a empêchée d’effectuer les dernières mises aux normes imposées au restaurant. C’en était fini de cet incontournable, qui a régalé, désaltéré et fait taper du pied bon nombre d’habitués.

Mais dans la famille Beaumont, on ne compte pas s’avouer vaincu. Si certains membres ont pris leur retraite après une carrière bien remplie (on veut bien le croire), d’autres, comme Gabriel, s’occupent de la suite. “Sur la partie du restaurant, aujourd’hui il n’y a toujours rien de prévu”, explique-t-il. C’est encore trop récent. “On est toujours dans la phase de liquidation de la société, donc on n’a pas de date définitive en ce qui concerne la vente.”

Projet hôtelier

L’hôtel Le Mandarin, source de nostalgie pour beaucoup de riverains du centre-ville, commence à voir se dessiner son “après” : “L’hôtel est fermé depuis 2013, et nous avons décidé de le mettre en vente”, révèle Gabriel. Fin avril, l’ensemble des associés se sont donc assis pour en discuter, et ont choisi de vendre à l’unanimité. “La décision a été prise de vendre cet actif, afin de nous permettre de récupérer un peu de trésorerie pour remonter un projet sur la partie restaurant.”

En ce qui concerne le bâtiment, son futur semble promis à une activité hôtelière. Un “ouf !” pour beaucoup qui connaissaient ou fréquentaient l’endroit. “Aux dernières nouvelles, l’agence immobilière qui s’occupe de la vente m’a dit que deux ou trois acheteurs potentiels étaient intéressés. Et peut-être même de maintenir une activité hôtelière. Je suis ouvert à toutes les propositions, néanmoins les premières qu’on a reçues s’orientent plus vers quelque chose qui reste associé à l’hôtellerie”, finit Gabriel.

Le Mandarin n’est plus mais son historique demeure, et son héritage hôtelier aussi apparemment. Les Beaumont, eux, se concentrent sur de futurs projets.

Rédigé par Tom Larcher le Dimanche 23 Juin 2024 à 17:51 | Lu 6622 fois