Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



L’auteur du massacre de Guam reconnu coupable



HAGÅTÑA, mercredi 6 août 2014 (Flash d’Océanie) – Le jury populaire de la Cour Supérieure de Guam a prononcé en début de semaine Chad DeSoto coupable du massacre en pleine rue de trois touristes japonais en février 2013, rapporte le quotidien Pacific Daily News.
Les délibérations du jury ont duré près de deux semaines.
Chad DeSoto devait, depuis l’ouverture du procès mi-juin 2014, répondre d’une quinzaine de chefs d’accusation, dont le meurtre à main armée.
Il avait choisi de plaider non coupable et d’invoquer une maladie mentale.
Il a néanmoins été reconnu coupable par les jurés de ce tribunal de trois chefs d’accusation de meurtre avec préméditation, de onze chefs d’accusation de tentative de meurtre avec préméditation et de possession d’une arme mortelle.
La sentence, prévue pour être prononcée le 25 septembre 2014, pourrait être une peine maximale de prison à vie non compressible.

L’affaire concernait un sordide fait divers qui avait coûté la vie à trois touristes japonais en février 2013, tous morts sous les coups d’un forcené qui avait surgi près d’un centre commercial de ce territoire insulaire américain, par ailleurs importante base stratégique de l’armée des États-Unis.

Le 12 février 2013, ce forcené avait d’abord précipité le véhicule au volant duquel il se trouvait sur un trottoir proche d’un magasin de la capitale Hagåtña, dans le quartier de Tumon, aux abords d’un grand hôtel.
Après avoir heurté plusieurs piétons, il était ensuite sorti de sa voiture, une Toyota Yaris, et, armé d’un couteau, avait commencé à lacérer au hasard les passants, pour la plupart des touristes japonais qui se trouvaient dans ce magasin tard dans la soirée.
Son véhicule a heurté six personnes et huit autres ont été frappées à coup de couteau.
Il avait rapidement été interpellé par les services de sécurité du centre commercial, mais avait eu le temps, auparavant, de frapper à plusieurs reprises.
Toutes les victimes, frappées mortellement à l’arme blanche, sont des touristes japonaises : une personne de 81 ans, Kazuko Uehara et sa petite-fille, Rie Sugiyama, 29 ans, toutes deux originaires de Tokyo.
La troisième victime, Hitoshi Yokota, 51 ans, est décédée deux jours plus tard des suites de graves blessures après avoir été heurtée par le véhicule de l’accusé.
Parmi les 14 blessés se trouvait aussi le bébé de huit mois de Rie Sugiyama.
Ce fait inédit avait dans ce territoire océanien du Pacifique Nord-ouest avait choqué toute la population.

Lors de sa première comparution devant un tribunal local, l’accusé avait déjà déclaré qu’au moment des faits, son intention était de « blesser le plus grand nombre de personnes possible », d’abord avec son véhicule et ensuite avec son couteau.
Le mobile est toujours inconnu.

Les autorités locales ont depuis maintenu le message selon lequel il s’agit d’un incident « isolé » et « sans précédent » dans ce territoire américain d’environ 180.000 habitants, qui accueille, chaque année, plus d’un million de touristes japonais, mais aussi héberge une base militaire hautement stratégique de l’armée de l’air américaine, souvent qualifiée de tête de pont la plus avancée Washington dans le Pacifique, en regard direct avec la Chine et la Corée du Nord.

Paradoxalement, mais conformément à l’ethos du continent américain, en mai 2014, le Sénat de Guam a adopté un texte autorisant les habitants satisfaisant aux conditions requises d’acheter une arme à feu, « dans le but de se défendre ».
Ce projet de loi a été ouvertement soutenu par d’influents groupes de pression sur ce territoire, à savoir l’association locale des propriétaires d’armes (Guam Gun Owners Association, GGOA, filiale de la non moins influente National Rifle Association -NRA- américaine et la fédération territoriale des sports de tirs (Guam Sports Shooting Federation, GSSF).
Jusque là, l’octroi de licences de port d’armes, pour un volume évalué à une cinquantaine chaque année, était sujet à la seule approbation des services de police territoriaux.

pad

Rédigé par PAD le Mercredi 6 Août 2014 à 04:49 | Lu 589 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus