Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


L’association Conservation Tetiaroa poursuit ses missions de préservation de la biodiversité de Tetiaroa



Sesbania coccinea subsp. atollensis var. parkinsonii Feuillage 1 Terre Farepaea Tupai
Sesbania coccinea subsp. atollensis var. parkinsonii Feuillage 1 Terre Farepaea Tupai
Tetiaroa, le 8 juillet 2011- Créée en 2010 sous l’impulsion de la Succession Brando, l’association Conservation Tetiaroa (anciennement Tetiaroa Society) poursuit ses actions de conservation du patrimoine naturel et culturel de Tetiaroa grâce aux généreuses contributions de donateurs privés ainsi que de la Succession de Marlon Brando. De nombreuses opérations ont pu être initiées depuis plusieurs mois avec pour objectif global la préservation de la biodiversité de l’atoll, la dernière en date étant la réintroduction d’espèces végétales menacées de disparition.

Mission de réintroduction à Tetiaroa du 'Ofai (Sesbania coccinea subsp. atollensis var. parkinsonii) et du Rama (Ximenia americana var. americana), arbustes protégés en voie de disparition.

Dans le cadre de sa mission de préservation du patrimoine naturel de l’atoll de Tetiaroa, l’association Conservation Tetiaroa a organisé en partenariat avec le Service du développement rural (SDR) et la Direction de l’Environnement (DIREN) une mission de recherche dans l’espoir de retrouver des plantes anciennement présentes sur Tetiaroa mais aujourd’hui disparues de l’atoll.
En effet, le dernier inventaire botanique effectué en 2006 sur Tetiaroa a mis en évidence la probable disparition de plusieurs espèces indigènes auparavant recensées.
Parmi toutes ces espèces typiques des atolls polynésiens et absentes ou éteintes sur Tetiaroa, deux figurent sur la liste des espèces protégées de Polynésie française (arrêté 306/CM du 20 février 2008) : le 'Ofai (Sesbania coccinea subsp. atollensis var. parkinsonii), arbuste endémique des îles de la Société, et le Rama (Ximenia americana var. americana), arbuste indigène en Polynésie française trouvé uniquement dans les îles de la Société et des Tuamotu.

Ces taxons sont largement menacés dans le milieu naturel en raison des herbivores ensauvagés, des rats consommateurs de graines et d'écorce, de la coprahculture (incendies, défrichages), de l'urbanisation du littoral, de certaines activités touristiques, et de l'oubli.
A Tetiaroa, le 'Ofai était présent et la dernière récolte date de 1973. Il n'a pas été observé ultérieurement. Dans les îles de la Société, il a disparu de toutes les îles à l'exception de l'atoll de Tupai où il se développait encore en 1983, date de la dernière observation par un botaniste.

Dans le cadre des projets de conservation, réhabilitation et valorisation de Tetiaroa par l'association Conservation Tetiaroa, il a donc été décidé de (ré)introduire ces deux espèces, menacées de disparition. L’organisation d’un déplacement sous l’impulsion de Conservation Tetiaroa et en partenariat avec le SDR et la DIREN sur Tupai à la mi juin a permis de retrouver seulement une douzaine de plants dans une unique station sur tout l’atoll. Six plantules ont été prélevées en accord avec la Direction de l’environnement et confiées au Service du développement rural ainsi qu’à l’association Conservation Tetiaroa à des fins de réimplantation et de préservation.
Une fois les plantules arrivées à l'état adulte et produisant des fruits, l’objectif est de mettre en germination les graines obtenues et de constituer des populations de secours à Tetiaroa ainsi que sur d’autres îles de l’archipel de la Société, sous le contrôle de la DIREN.


Ximenia americana var. americana Fruits 2 Pointe Paopao Bora Bora
Ximenia americana var. americana Fruits 2 Pointe Paopao Bora Bora
En ce qui concerne le Rama (Ximenia americana var. americana), cet arbuste aux fruits comestibles est extrêmement rare dans toute son aire de répartition, à l'exception peut être de quelques sites littoraux de Bora Bora. Ainsi, elle n'a pas été retrouvée récemment à Tahiti, Raiatea, Tikehau, Niau, Anaa, Katiu ou Fangatau. Elle a ainsi vraisemblablement disparu de nombreuses îles et atolls sans même avoir été recensée par les botanistes. Le Rama est menacé d'extinction en Polynésie française en raison de la prédation des fruits par le rat noir, de l'urbanisation du littoral et de la coprahculture.

Un déplacement sur l’île de Bora Bora organisé par Conservation Tetiaroa a permis de retrouver une quinzaine d'individus mais a également confirmé la disparition ou la réduction importante de populations autrefois connues sur l’île, comme l’a confirmé la propriétaire du terrain où se trouvaient les arbustes rescapés. Des semences y ont été prélevées en collaboration avec le Service du développement rural qui suivra régulièrement cette population afin de poursuivre la collecte de graines à des fins de multiplication et de conservation sur différentes îles, et notamment Tetiaroa.

L’association Conservation Tetiaroa souhaite tout particulièrement remercier MOBIL ainsi que la société Pacific Beachcomber pour la contribution essentielle qu’ils ont apportée à cette mission.
Conservation Tetiaroa est une association à but non lucratif dont le financement des opérations repose exclusivement sur la générosité de donateurs du secteur privé à qui nous renouvelons notre reconnaissance pour la confiance qu’ils nous accordent.

Contact Conservation Tetiaroa :
Hinano Bagnis
info@conservationtetiaroa.org


Rédigé par communiqué de l’association Conservation Tetiaroa le Vendredi 8 Juillet 2011 à 09:58 | Lu 1082 fois






1.Posté par Hervé COVES le 09/07/2011 03:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est un très bel engagement!
Merci beaucoup à toute l'équipe pour ce travail.

2.Posté par maohi freedom le 09/07/2011 07:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et concernant les tortues déboussolées qui arrivent en plein milieu du réfectoire au lieu de la plage pour pondre ?
On a prévu quoi pour ces "dommages collatéraux" ?

3.Posté par hans le 09/07/2011 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bon travail : bonne continuation...!


4.Posté par snah le 09/07/2011 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tres bonne initiative !

5.Posté par wolf le 11/07/2011 07:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est la tendance actuelle . D'abord on ravage, ensuite on préserve !!

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Février 2018 - 10:26 Temple chinois Kanti de Tahiti

Vendredi 9 Février 2018 - 11:00 Arrivée de la Bounty à Tubuai

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies