Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



L'OMS et la FAO veulent une surveillance des antibiotiques pour des animaux



L'OMS et la FAO veulent une surveillance des antibiotiques pour des animaux
GENEVE, 9 juillet 2011 (AFP) - La Commission du Codex Alimentarius (normes alimentaires), programme commun de l'OMS et de la FAO, a adopté samedi une série de recommandations destinées notamment à réduire les résistances aux antimicrobiens liées à l'utilisation pour le bétail d'antiobiotiques à usage alimentaire.

"La résistance aux antimicrobiens a émergé comme un problème de santé croissant avec l'usage répandu des antibiotiques à des fins vétérinaires ou en tant que promoteurs de croissance dans l'industrie du bétail", expliquent dans un communiqué l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

"Elle représente un problème de sécurité alimentaire mondiale dans la mesure où la nourriture est échangée dans le monde entier et peut être un vecteur majeur de la propagation de la résistance" aux antibiotiques entre les animaux et les humains, ajoutent-elles.

A l'issue de la 34e session de la Commission du Codex Alimentarius, qui s'est tenue à Genève du 4 au 9 juillet, des recommandations ont été prises par les plus de 600 délégués présents représentant 145 pays. Le Codex Alimentarius est un recueil de normes alimentaires internationales ayant pour objet de protéger la santé.

Parmi les recommandations, certaines ont pour objectif "d'atténuer le risque d'émergence et de propagation de microorganismes résistants chez les animaux et les humains".

Il s'agit notamment d'"analyser le niveau de risque causé par l'utilisation d'antibiotiques dans la production d'alimentation humaine et animale" mais aussi d'évaluer celui "de résistance aux antimicrobiens associée à sa présence dans l'alimentation humaine et animale (y compris l'aquaculture), ainsi que son impact sur la santé humaine".

De nombreuses ONG de part le monde se sont inquiétées de l'usage d'antibiotiques dans l'alimentation du bétail, qui pourrait affecter, selon elles, la santé humaine.

Une étude publiée aux Etats-Unis par le Translational Genomics Research Institute (TGen) a révélé en avril qu'une proportion élevée de la viande et des volailles vendues dans les chaînes de distribution et autres points de vente sur le continent américain étaient contaminées avec des bactéries résistantes aux antibiotiques comme des staphylocoques dorés.

La Commission du Codex alimentarius -- recueil de normes alimentaires et textes internationalement adoptées ayant pour objet de protéger la santé -- a également estimé que concernant les organismes génétiquement modifiés, "les gouvernements (étaient) libres de décider de l'opportunité et de la façon d'étiqueter les aliments dérivés des biotechnologies modernes", comme les OGM.

"L'étiquetage doit être fait en conformité avec le texte approuvé par la Commission du Codex, afin d'éviter obstacle potentiel au commerce", précise encore le communiqué.

Enfin, la commission s'est penchée sur la campylobactériose (une infection des voies digestives) et la salmonellose, considérées comme les deux causes les plus fréquemment rapportées de maladies d'origine alimentaire, fréquemment transmises par du poulet.

"Les lignes directrices adoptées par la réunion prévoit des mesures concrètes pour contrôler la contamination à tous les stades de la production à la consommation de viande de poulet", concluent les agences onusiennes.

Rédigé par AFP le Samedi 9 Juillet 2011 à 07:20 | Lu 281 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies