Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


L'Aranui 5 inaugure sa première croisière vers Pitcairn



Victime de son succès, une deuxième croisière vers l'île des mutins de la Bounty est déjà programmée pour mars prochain.
Victime de son succès, une deuxième croisière vers l'île des mutins de la Bounty est déjà programmée pour mars prochain.
PAPEETE, le 10 janvier 2019 - L'Aranui 5 a mis le cap ce jeudi vers l'île de Pitcairn avec à son bord 215 passagers.  Une escale inédite pour le cargo mixte qui passera également par les Tuamotu, les Gambier et les Australes. Victime de son succès, une deuxième croisière vers l'île des mutins de la Bounty est déjà programmée pour mars prochain.

L'Aranui 5 fait des infidélités aux îles Marquises. Le cargo mixte a en effet mis le cap ce jeudi vers le sud-est de la Polynésie, et l'île de Pitcairn pour offrir à ses 215 passagers une première croisière vers ce petit bout de terre du Pacifique sud rendu célèbre par les aventures des mutins de la Bounty.
 
C'était donc l'effervescence au quai d'honneur de Papeete. Dès 8 heures du matin les premiers passagers affluaient sur le quai. Un premier check-in au portillon où les membres d'équipages, tout de bleu vêtus, vérifient méticuleusement l'identité et les passeports des uns et des autres.  On voit passer des Australiens, des Néo-Zélandais, des Américains qui composent la grosse majorité des passagers, et évidemment quelques Français.
 
Parmi eux Philippe, responsable d'un cabinet dentaire à Tahiti, qui voyage pour la troisième fois sur l'Aranui. "Mes précédents voyages sur le bateau s'étaient très bien passés, avec une très bonne ambiance avec les membres d'équipages. Et lorsque j'ai vu qu'il proposait une croisière vers Pitcairn j'ai sauté sur l'occasion et j'ai eu la chance d'avoir une place à bord. Ca va être une belle aventure", se réjouit-il.

>> L'affréteur de l'Aranui annonce un paquebot pour 2022 <<

UNE AVENTURE AUSSI POUR L'EQUIPAGE

Du côté de l'équipage l'excitation est aussi palpable. Raimana Florian, 24 ans, est réceptionniste sur l'Aranui depuis un peu plus d'un an. Ce dernier ainsi que la soixantaine membre d'équipages du navire attendaient avec impatience ce circuit inédit qui les enverra en plus de Pitcairn, vers Ana'a et Amanu aux Tuamotu, Rikitea aux Gambier, mais également vers Raivavae et Rapa aux Australes. "C'est également une nouvelle croisière pour l'équipage, avec des îles inédites. Nous avons des permissions pour descendre à terre, donc on a hâte d'arriver là-bas pour voir ce que ça donne", sourit Raimana.
 
Au poste de pilotage, Faaora Faraire, capitaine de l'Aranui 5, annonce le départ pour 11 h 30. Le temps pour les passagers de savourer un spectacle donné par un groupe marquisien sur le pont principal. Avant de voguer pendant 13 jours vers ses îles du bout du monde.

PAROLE A

Philippe Wong, P-dg de la Compagnie Polynésienne de Transport Maritime, affréteur de l'Aranui 5
"Il ne faut pas oublier que l'on visite également Rikitea et Rapa"

Depuis combien de temps préparez-vous ce voyage ?

C'est un voyage sur lequel on travaille depuis deux ans. On a envoyé deux équipes. Une première pour étudier et vérifier la faisabilité du voyage. Et une deuxième équipe plus technique avec un capitaine et un guide pour faire des repérages sur les futures excursions. Ceux qui ont fait les Marquises, et qui ont bien apprécié le voyage et la découverte, nous demandaient si nous n'avions d'autres voyages à leur proposer. A force de demande on a donc programmé ce voyage. On a choisi Pitcairn parce qu'on voulait avoir un voyage à l'international, et puis il y a toute cette histoire que l'île entretien avec Tahiti. Mais il ne faut pas oublier que l'on fait escale également à Rikitea et à Rapa, une partie de la Polynésie de l'est qui est aujourd'hui très peu visité.  
 
Combien de passagers sont à bord pour cette première croisière vers Pitcairn?

On a 215 passagers, avec une bonne majorité d'Australien et de Néo-Zélandais, vient ensuite les Américians, les Canadiens. Les  Français sont moins nombreux, et sont pour la plupart résidents sur le territoire. En moins de trois semaines le voyage était plein. Si bien qu'on a du programmer un deuxième voyage, qui est prévu pour le 21 mars avec le même nombre de réservation. On est à peu près à 440 voyageurs. Aussi la majorité des passagers sont des "repeaters", 65 à 70%. Et puis nous avons des passagers qui ont connu tous les Aranui du 1 jusqu'au 5. De mémoire certains ont déjà fait le voyage 12 fois.

Faaora Faraire, capitaine de l'Aranui 5
"Une fierté de conduire le bateau pour la première fois à Pitcairn"

Je suis capitaine de l'Aranui 5 depuis 2015. Avant ce poste j'ai été matelot sur les anciens bateaux Aranui, puis j'ai été capitaine sur l'Aremiti, et d'une goélette qui faisait des rotations aux Tuamotu. Ce voyage vers Pitcairn, on le prépare depuis deux ans avec l'équipage. C'est un plaisir pour tout le monde de participer à ce premier voyage là-bas. Effectivement ce sont des îles que l'on ne connaît pas, mais ça peut faire que du bien. Comme pour nos passagers c'est un voyage découverte pour nous aussi l'équipage. Et puis c'est une fierté pour moi de conduire l'Aranui pour la première fois à Pitcairn. Et puis sur l'île de Rapa d'où je suis originaire.

Josiane Teamotuaitau, maitre de conférences à l'UPF
"J'espère que ce voyage permettra de sortir des clichés des mutins de la Bounty"

On a prévu trois conférences sur ce voyage inaugural. D'abord une première conférence qui portera sur les premiers contacts entre les Européens et les Pa'umotu. Ensuite la deuxième parlera des femmes oubliées de l'histoire de la Bounty. Celles qui ont fondé la communauté de Pitcairn. Et la dernière s'attachera à montrer pourquoi l'île de Rapa est unique. J'espère que ce voyage permettra aux personnes de se rendre compte qu'il y a une autre histoire derrière celle de la mutinerie, et les clichés véhiculés par Hollywood. On a oublié de parler de ces 12 femmes polynésiennes qui ont permis à la communauté de s'établir à Pitcairn. Il y a aujourd'hui 35 descendants de ces mutins et de ces femmes qui vivent là-bas. Sachant qu'il y a des descendants également à Tahiti, en Australie, en Nouvelle-Zélande ou à Norfolk.

Michelle, passagère
"Une occasion à ne pas rater"

J'ai résidé pendant plusieurs années en Polynésie. J'ai donc eu la chance de partir en croisière à bord de l'Aranui à plusieurs reprises. J'ai dû voyager au moins huit ou neuf fois sur l'Aranui, je ne m'en rappelle pas. Et évidemment ce voyage vers Pitcairn était une occasion à ne pas rater. Il y a bien sûr l'histoire qui est intéressante, mais aussi le privilège d'y aller. J'espère de m'enrichir de ces histoires et de découvrir la vie particulière des habitants sur place. 

Rédigé par Désiré Teivao le Jeudi 10 Janvier 2019 à 17:11 | Lu 2924 fois






Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 16 Mars 2019 - 16:22 Roland Oldham : une vie de combats

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net