Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Kaï, le lamantin de Guadeloupe, rejoint le zoo de Vincennes



Pointe-à-Pitre, France | AFP | mardi 16/10/2018 - Le programme de réintroduction du lamantin en Guadeloupe, animal endémique des Caraïbes désormais disparu des eaux de l'archipel, prend un nouveau coup dans l'aile: Kaï, le seul spécimen du territoire, "s'envole mardi vers le zoo de Vincennes", a annoncé le Parc National de la Guadeloupe lors d'une conférence de presse. 

Arrivé en 2016 du zoo de Singapour, Kaï, "jeune mâle de 8 ans" faisait partie d'un projet de reproduction et de réintroduction, porté par le Parc national, la région et l'Union européenne.
Mais après le décès de Junior, l'un de ses congénères, Kaï isolé, est tombé malade, ce qui a poussé à réorienter le projet. 
De plus, l'Union européenne a suspendu son financement du programme (alors à hauteur de 3,5 millions d'euros jusqu'en 2020).
Après presqu'un an de débat, le Comité d'orientation régional qui pilote le projet "a exprimé sa volonté de trouver rapidement un nouveau lieu d'accueil" pour Kaï "désormais en bonne santé", indique le Parc. Le zoo de Vincennes a été choisi comme partenaire. Kaï y retrouvera trois de ses congénères.
Douze personnes seront nécessaires pour la manutention de l'animal de ses bassins de Blachon, le centre de soin de la ville de Lamentin, où les animaux devaient se réacclimater aux eaux caribéennes, jusqu'à l'aéroport. 
Durant son voyage il sera accompagné par des vétérinaires du centre de soins guadeloupéen et du zoo de Vincennes. Trois heures après son atterrissage à Paris, Kaï sera dans son nouveau bassin.
En Guadeloupe, "reste la question de la continuité du programme", indique à l'AFP Sylvie Gustave di Duflo, conseillère régionale en charge des questions environnementales et chargée du suivi du projet. Dans l'idée du parc National, c'est du Mexique que les prochains lamantins "semi-sauvages" pourraient venir. 
Mais il faut encore prouver la faisabilité du projet, dont les études sont en cours. "L'analyse des risques sera connue d'ici novembre", assure l'élue. Quant au volet financier, il reste flou : le partenariat avec le Mexique pourrait ne pas être éligible aux fonds européens, et la région qui avait promis une enveloppe de 275.000 euros depuis 2014 n'a pas encore versé le moindre centime.

le Mardi 16 Octobre 2018 à 02:26 | Lu 242 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies