Tahiti Infos

Job dating spécial Handicap à la présidence


Peu habitués à se dévoiler, les porteurs de handicap ont du braver leur timidité afin de se présenter devant les entreprises.
Peu habitués à se dévoiler, les porteurs de handicap ont du braver leur timidité afin de se présenter devant les entreprises.
Tahiti, le 5 décembre 2023 – La présidence de la Polynésie française organisait ce mardi, dans ses locaux, la journée internationale du handicap. L'occasion pour le Sefi de se joindre à la fête et proposer un job dating afin de redynamiser les échanges entre les entreprises et les personnes porteuses d'un handicap.
 
Nous ne les voyons pas toujours, et pourtant, ces personnes portent de sérieux handicaps qui, au quotidien, les empêchent d'avoir accès au droit le plus fondamental : la considération. Cloisonnés dans les structures associatives adaptées, le public handicapé peine à se faire voir et, à plus forte raison, se faire entendre. Un frein majeur à l'inclusion sociale et professionnelle. C'est pourquoi, à l'occasion de la journée internationale du handicap, le Pays, en collaboration avec le Sefi, a tenu à organiser dans ses locaux un “meet up” aux allures de “job dating”, afin de favoriser les échanges entre les entreprises et les personnes porteuses de handicap.
 
“L'objectif de cette journée est double”, rappelle Vanessa Tiaipoi, cheffe du Service de l'emploi, de la formation et de l'insertion professionnelle. “Dans un premier temps, nous souhaitons faire évoluer les représentations que les employeurs – mais également les travailleurs handicapés – peuvent avoir les uns des autres. Puis, dans un second temps, effectivement, il s'agit d'amorcer concrètement la prise de contact pour une éventuelle embauche.” Pour rappel, le code du travail impose aux entreprises d'au moins 25 salariés un taux d’obligation d’emploi des travailleurs handicapés à 4%, et à 2% si ces dernières possèdent plus de 50 salariés.
 
Du côté des entreprises présentes pour l'occasion, on tenait à motiver ces demandeurs d'emploi : “Nous avons actuellement avec nous cinq travailleurs handicapés, et il nous faut justement un sixième pour remplir nos obligations” explique Purea Holozet. Responsable des ressources humaines à la Banque de Tahiti, elle tient à préciser que “par le passé, nous avons déjà titularisé une stagiaire à l'issue de son contrat. Elle a fait ses preuves, elle a montré qu'elle était capable.” Un discours qui a beaucoup plu auprès d'un public handicapé particulièrement timide : “Nous avons été super bien accueillis”, a réagi Ariitea, porteur d'un handicap moteur. “Les entreprises étaient volontaires et ça nous a mis en confiance. Ce n'est vraiment pas facile, certains ont vraiment de gros handicaps, et donc se présenter comme ça, en personne, c'est compliqué. Mais les plus motivés ont trouvé le courage nécessaire, et c'est ce qu'il faut retenir.”
 
S'il est difficile d'estimer le nombre de personne ayant obtenu un accord de principe à la fin de la journée, pour la déléguée interministérielle au handicap, Nathalie Salmon-Hudry, le contrat est rempli : “Le handicap est encore un sujet tabou aujourd'hui. On l'a tellement dénigré en disant qu'il ne s'agissait pas d'une priorité à côté de l'emploi, ou encore du logement. Que représentent les handicapés face à ces sujets-là ? Aujourd'hui, rien. Mais le gouvernement a promis du changement, et c'est ce que nous faisons en mettant sur la table le sujet du handicap. Oui, c'est un travail très long. Est-ce que les gens vont enfin comprendre qui on est ? Afin d'y répondre, chaque manifestation compte !”

Nathalie Salmon-Hudry, déléguée interministérielle au handicap, sait toujours trouver les mots pour sensibiliser son audience.
Nathalie Salmon-Hudry, déléguée interministérielle au handicap, sait toujours trouver les mots pour sensibiliser son audience.

Rédigé par Wendy Cowan le Mardi 5 Décembre 2023 à 16:07 | Lu 1178 fois