Tahiti Infos

“Je prends du plaisir à chaque instant”


Tahiti, le 6 décembre 2023 - Miss Tahiti, Ravahere Silloux, attaque la dernière ligne droite de l’élection Miss France qui se déroulera le samedi 16 décembre. Légèrement malade, elle continue sa préparation avec les autres candidates pour être fin prête pour le grand soir.
 
Comment se déroule l’aventure Miss France jusqu’à présent ?
“Elle se passe au mieux. Bon, là, je suis malade depuis deux jours parce que ça change quand même de climat. Il a fait -6°C il y a deux jours, mais sinon, tout se passe super bien. C’est une incroyable aventure de faire Miss France.”
 
Vous revenez de Guyane justement…
“Oui, nous y étions pendant dix jours. J’étais très contente que ce soit cette destination qui ait été choisie pour faire les tournages des plateaux Miss France. D’habitude, c’est la Guadeloupe ou La Réunion. Ce sont des îles. Alors que là, la Guyane, c’était dépaysant.”
 
Le Fenua ne vous manque pas trop ?
“Ça va. Cela fait à peine un mois que je suis partie. J’ai l’habitude de partir de chez moi pour de longs voyages et de rester loin de chez moi. En revanche, les Polynésiens sont constamment avec moi parce que je lis tous les jours leurs messages sur les réseaux. C’est comme ça que je garde contact avec mon île.”
 
Une partie de votre famille doit vous rejoindre dans l’Hexagone pour l’élection ?
“Une grande partie oui (rires). Il y a même ma mémé qui a 86 ans qui va venir exprès. Ça fait un long voyage pour elle. Il y aura aussi des membres du comité Miss Tahiti. Il y aura mes dauphines. Ça fait quand même un beau petit monde qui viendra me soutenir.”
 
Vous êtes restée en contact avec le comité Miss Tahiti et les dauphines. Comment vivez-vous et partagez-vous cette expérience ?
“On a de très bons contacts. Mes dauphines étaient venues à mon départ pour Paris. Elles m’avaient fait une danse surprise. Je n’ai pas le temps de trop échanger avec elles en ce moment. Je suis très prise par le programme Miss France, mais j’échange quand même de temps en temps avec le comité Miss Tahiti pour leur donner de mes nouvelles.”
 
Sur les réseaux sociaux, et sur internet, vous étiez une inconnue il y a encore un an. Désormais quand on tape votre nom, il y a des centaines de pages qui défilent. Comment vit-on cela ?
“C’est vrai que ça fait tout drôle. J’ai eu un peu le temps de m’habiter parce que Tahiti est la première région à élire sa miss pour le concours Miss France. Avec Miss Tahiti, j’étais déjà assez médiatisée. Ça me fait encore bizarre mais je me prends au jeu, et puis j’ai toujours de bons articles et de bons commentaires, pourvu que cela continue.”
 
Comment se passent les répétitions ? Vous avez déjà attaqué les différents tableaux ?
“Oui, l’élection est dans dix jours et ça approche à grands pas. Pour l’élection de Miss Tahiti, le show est déjà de qualité, mais pour Miss France, c’est un autre niveau. Les répétitions sont intenses, je n’avais jamais fait ça. On travaille de 9 heures à 19 heures à peu près tous les jours. La fatigue commence à se faire sentir, surtout que je suis malade, mais je prends plaisir à chaque instant malgré tout. J’ai de la chance d’avoir fait de la danse tahitienne depuis plusieurs années. Au niveau des chorégraphies, ça va. Je n’ai pas de souci à suivre. On a un chef chorégraphe et deux danseurs professionnels qui nous épaulent pour les différentes chorégraphies.”
 
L’ambiance avec les autres filles est-elle bonne ?
“On m’avait dit, ‘l’ambiance avec Miss France, c’est un peu stressant, un peu plus dans la compétition’. On s’entendait tellement bien avec les candidates de l’aventure Miss Tahiti que j’avais un peu peur de ça. Mais en fait, on s’entend toutes très bien. Il y a une bonne ambiance. Il n’y aucun problème avec les filles. Miss France est une aventure humaine que nous vivons toutes ensemble.”
 
Avez-vous déjà vu les tenues que vous allez porter ce soir-là ?
“On a vu une seule tenue pour l’instant. Je ne sais pas quand on verra le reste. En revanche, j’ai essayé mon costume régional et j’ai hâte que la Polynésie le découvre. Je le garde secret pour l’instant. Je vous garde la surprise pour le 16 décembre. Il est splendide. Je crois que c’est l’un des plus beaux que l’on ait pu voir sur une élection pour une Miss Tahiti. En tout cas, ça change, je l’aime beaucoup. C’est un styliste tahitien qui s’appelle Vaitua (des ateliers Tamata, NDLR) et qui vit en métropole qui m’a fait la robe.”
 
La dernières Miss Tahiti à avoir été élue Miss France, c’est Vaimalama Chavez. Êtes-vous en contact avec elle qui vit en France ?
“Vaimalama m’a écrit il y a peu. Quand je suis arrivée en France, elle m’a proposé que l’on se voie. Malheureusement, j’ai été très prise par le programme du comité Miss Tahiti puis celui de Miss France. Elle m’a donné quelques petits conseils quand même. Celui que je retiens, c’est de rester moi-même et de profiter de cette aventure parce que ce ne sera qu’une fois dans ma vie. C’est le dernier message qu’elle m’a envoyé.”
 
Dans vos rêves, vous voyez-vous couronnée ? Vivre une année de Miss France avec l’écharpe ?
“(rires) Les journées sont très longues et fatigantes. Quand je me couche, je dors direct. Mais oui, forcément, je vais viser la plus haute marche et j’aimerais faire briller la Polynésie et lui offrir le titre de Miss France. Donc oui, je rêve d’apporter cette couronne à la Polynésie.”

Rédigé par Propos recueillis par Bertrand Prévost le Mercredi 6 Décembre 2023 à 18:08 | Lu 3781 fois