Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Internet autrement: les projets un peu fous ou très sérieux de start-up françaises



Le concept Kpsule a lui fait ses preuves
Le concept Kpsule a lui fait ses preuves
PARIS, 17 août 2013 (AFP) - Détrôner PowerPoint, inventer un format publicitaire, lancer une "nouvelle couche" de l'internet voire un réseau social où on contrôle ses données personnelles: grâce à des projets un peu fous ou très sérieux, des start-up françaises veulent défier les modèles existants.

"Goodbye PowerPoint!" L'objectif affiché par la start-up normande Bunkr est en effet de "détrôner" l'emblématique logiciel de présentation professionnelle du géant Microsoft, aux dizaines de millions d'utilisateurs dans le monde.

"PowerPoint n'est pas un outil nouvelle génération et reste extrêmement complexe: par exemple il faut que les utilisateurs s'envoient les fichiers via mail et aient la même version du logiciel. Il y a un gros besoin d'alternative dans les entreprises qui l'utilisent au quotidien", estime Alexis Jamet, co-fondateur de Bunkr.

"Dans Bunkr, tout est dématérialisé, plus collaboratif, il n'y a pas de logiciel à installer", indique à l'AFP le jeune (25 ans) dirigeant de la start-up de cinq personnes qui en trois mois de commercialisation affiche déjà 7.000 utilisateurs "dans cent pays", et voudrait lever un million d'euros.

Offrir une alternative à Facebook, c'est l'idée de Timothée Jaussoin, fondateur du réseau social Movim qui recense un petit millier d'utilisateurs.

Profil, mur, groupes, messagerie instantanée: à première vue, Movim ressemble à un réseau social "classique". A une (grosse) différence près: contrairement à Facebook qui héberge, stocke voire utilise les données de ses membres, Movim n'a pas d'entité centrale et chaque utilisateur créée ainsi son propre petit serveur où ses données restent privées.

Ce modèle, encore confidentiel, s'adresse plutôt à des technophiles, "mais notre ambition c'est le long terme, car tout ce qui est libre et décentralisé sur internet finit par s'imposer. Nous utilisons un réseau existant, XMPP, initialement utilisé pour le +chat+ dont nous sommes les premiers à exploiter pleinement les potentialités", explique Timothée Jaussoin, étudiant de 21 ans.

Que les internautes viennent à eux, les inventeurs de la technologie Frogans en rêvent aussi. La "vieille" start-up lancée en 1999 veut profiter de l'arrivée des nouveaux noms de domaine internet pour donner un coup de fouet à son concept: bâtir un écosystème qui va "non pas remplacer le web, mais offrir un nouvel espace alternatif et parallèle, installé dans une couche logicielle supplémentaire".

"penser à un internet nouveau"

Explication technique: actuellement, au sein du réseau Internet cohabitent l'email et le web (le "world wide web"), deux "couches logicielles" qui correspondent chacune à un usage. Le but de Frogans est de créer un nouveau canal pour échapper aux grands acteurs tels Amazon, Yahoo ou Apple "qui ont créé des écosystèmes fermés quasiment incontournables si on veut lancer et rendre visible son blog, son appli ou son site", explique Alexis Tamas, co-créateur de la technologie.

"Nous voulons redonner la possibilité technique de publier librement des contenus. A la fin de l'année, on va commencer à rendre possible la création de sites internet d'un nouveau type. Ce nouvel écosystème sera accessible depuis une meta-application" qui prendra place aux côtés des applis traditionnelles sur un smartphone par exemple.

"C'est ambitieux" reconnaît Julie Laurent, responsable des questions juridiques, "mais c'est un projet participatif plus qu'un produit. On espère que les choses vont se faire petit à petit, et qu'on deviendra un standard".

Le concept Kpsule a lui fait ses preuves: son format original de "mini-site" marketing autonome et interactif, est déjà utilisé par des groupes comme Disney, Warner Bros ou Audi.

A la différence d'une bannière publicitaire classique ou d'un "pop-up" qui peut prendre tout l'écran, une "Kpsule" se loge par exemple aux côtés d'un article de presse et ne s'active que si on y promène sa souris. On peut alors naviguer dans cette petite fenêtre, indépendamment de la page internet ouverte, pour découvrir l'univers d'une marque ou la bande-annonce d'un film.

"Plutôt que d'emmener des internautes vers un site, on cherche à amener des contenus à l'internaute. Nous sommes les seuls à faire des bannières publicitaires enrichies, modifiables en permanence, qui s'intègrent sur tous les supports - réseaux sociaux, mobiles, etc.", expliquent deux des dirigeants, Vincent Perlot et Etienne Martin.

"Kpsule prouve qu'on peut encore penser à un internet nouveau. Et un petit format comme le notre permet d'être impactant sans être agressif", résument-ils.

Rédigé par Par Katia DOLMADJIAN le Samedi 17 Août 2013 à 07:06 | Lu 608 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies