Tahiti Infos

"Ils ont réveillé notre colère": l'Equateur lance une offensive musclée contre les gangs


Crédit STRINGER / AFP
Crédit STRINGER / AFP
Quito, Equateur | AFP | vendredi 11/01/2024 - Avec des milliers de militaires déployés dans tout l'Equateur, le gouvernement poursuit jeudi son offensive musclée contre les bandes criminelles liées au narcotrafic qui terrorisent le pays depuis quatre jours, et recevra l'appui des Etats-Unis pour "travailler ensemble".

Plus de 22.400 militaires déployés, avec des patrouilles terrestres, aériennes et maritimes, des perquisitions et des opérations à tout va dans les prisons: le gouvernement du nouveau président Daniel Noboa ne semble pas disposé à céder aux tentatives d'intimidation des gangs criminels.  

"Ils ont voulu semer la peur, mais ils ont réveillé notre colère. Ils pensaient soumettre un pays entier et ont oublié que les forces armées sont entraînées pour la guerre", a averti jeudi le ministre de la Défense Gian Carlo Loffredo sur les réseaux sociaux.

Dans son combat contre les gangs, l'Equateur va recevoir le soutien des Etats-Unis. La générale Laura Richardson, cheffe du commandement sud des Etats-Unis, et de hauts responsables civils se rendront dans le pays dans les semaines à venir "afin d'étudier avec leurs homologues équatoriens comment travailler ensemble plus efficacement pour affronter la menace représentée par les organisations criminelles transnationales", a annoncé jeudi le département d'Etat.

Gardiens prisonniers 

Si dans les rues policiers et militaires patrouillent en masse, la situation est beaucoup plus délicate dans les prisons où l'administration pénitentiaire (SNAI) a fait état jeudi de 39 nouveaux agents retenus en otage dans sept prisons, portant le total à 178 entre gardiens et personnels administratifs.

Elle a également indiqué que des détenus tiraient sur les forces armées depuis les prisons.

M. Noboa a annoncé jeudi que pour faire face à la surpopulation carcérale, il entendait renvoyer 1.500 prisonniers colombiens à la frontière, arguant "d'accords internationaux". La Colombie rejette cette mesure unilatérale et maintient que, dans la pratique, cela reviendrait à libérer ces prisonniers. 

L'Equateur compte 36 prisons d'une capacité maximale de 30.200 personnes. Un recensement en 2022 a établi que 31.300 prisonniers étaient derrière les barreaux, dont 3.200 étrangers.

Bien que l'activité reprend timidement dans les principales villes du pays, de nombreux magasins restent fermés, les transports publics fonctionnent au ralenti, les universités et les écoles organisent des cours virtuels et le télétravail est pratiquement la norme.

La diffusion des émissions de la télévision publique, TC, à Guayaquil (sud-ouest), prise d'assaut mardi en direct par des hommes armés, prenant en otage des journalistes et blessant deux employés, a repris jeudi à la mi-journée. "Merci à tous pour vos messages de soutien! (...) Merci à la police et à l'armée pour leur professionnalisme et leur travail impeccable", a commenté une présentatrice, visiblement très émue.

La vague de violences que traverse le pays a pour origine l'évasion dimanche de la prison de Guayaquil du redouté chef du gang des Choneros Adolfo Macias, alias "Fito", suivie de mutineries dans les prisons, de prises d'otages et d'attaques à l'explosif.

Le président Noboa, 36 ans, a apporté une réponse musclée. Lundi, il a décrété l'état d'urgence pour 60 jours sur tout le territoire, y compris dans les prisons, devenues des centres d'opération pour les narcos.

Elu à l'automne sur la promesse de rétablir la sécurité dans le pays autrefois havre de paix mais devenu centre d'expédition de la cocaïne produite chez les voisins colombien et péruvien, il a ensuite estimé le pays être "en état de guerre" et appelé à "la mobilisation". 

"Nous ne pouvons pas céder à ces groupes terroristes", d'une vingtaine au total qui comptent, selon le plus jeune président de l'histoire du pays, "plus de 20.000 membres".

Les gangs se battent pour le contrôle du territoire mais sont unis dans leur guerre contre l'Etat.

"Chasse aux tatouages" 

Chaque jour, des vidéos circulent sur les réseaux sociaux montrant des meurtres cruels de membres des forces de sécurité, des pillages et attaques présumées. La police a nié la véracité de ces images qui alimentent la psychose au sein de la population.

Selon les autorités, le bilan est de 16 morts. 

Dans Guayaquil, cité la plus dangereuse du pays, quelques passants étaient visibles dans les rues ce jeudi, alors que des administrations désormais grillagées de toute part ont rouvert leur porte, a constaté l'AFP.

Selon le site d'informations Primicias, qui évoque une "chasse aux tatouages", les forces de l'ordre déployées dans la cité portuaire vérifient systématiquement les tatouages des personnes contrôlées pour déterminer leur éventuelle appartenance à un gang.

Au cours des cinq dernières années, le taux d'homicides pour 100.000 habitants dans le pays est passé de 6 à 46 en 2023. 

Rédigé par RB le Vendredi 12 Janvier 2024 à 05:51 | Lu 465 fois