Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Il fuit les gendarmes avec son bracelet électronique



Tahiti, le 24 juin 2021 - Hier à Mahina, un automobiliste a fui un contrôle d’alcoolémie alors qu’il bénéficiait d’un aménagement de peine avec bracelet électronique. “Il savait qu’il devait rentrer avant l’heure”, estime son avocate.
 
Mercredi 23 juin vers 16 heures, aux abords du magasin Champion de Mahina, les gendarmes décident de contrôler le conducteur d’un véhicule car il téléphone au volant. Ils le soumettent à un dépistage d’alcoolémie et ordonnent le stationnement de la voiture, mais l’automobiliste redémarre et prend la fuite assez rapidement en insultant les militaires. Les gendarmes le rattrapent, alors qu’il franchit dangereusement une ligne continue à deux reprises.

Affichant un taux d’alcool dans le sang de 0,8 gramme, l’homme sera placé en cellule de dégrisement, garde à vue, puis déféré devant le procureur de la République pour un jugement en comparution immédiate. Son statut pénal est en effet assez particulier : l’homme bénéficie d’un aménagement de peine pour une précédente condamnation. Il est donc arrêté avec un bracelet électronique à la cheville.
 
Rentrer avant l’heure
 
“C’est la première fois que je bois depuis longtemps”, se justifie le prévenu à l’audience de jeudi après-midi. Avant la course poursuite, il s’était rendu dans un bar du centre de Papeete où il aurait “plus bu que mangé”. Le procureur requiert 18 mois de prison avec mandat de dépôt.

Pourquoi ne s’est-il pas arrêté alors qu’il avait un bracelet électronique ? Pour l’avocate de la défense, “il savait qu’il devait rentrer avant l’heure et ne souhaitait pas être condamné pour une infraction supplémentaire”. Son client nécessite selon elle des soins en toxicologie, et ne pourrait pas bénéficier d’un traitement suffisamment efficace en détention. Il risquerait également ainsi de perdre son logement, son travail et ses repères. Le tribunal condamne le prévenu à une peine de 12 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.
 

Rédigé par Valentin Guelet le Jeudi 24 Juin 2021 à 18:50 | Lu 5435 fois






Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 1 Août 2021 - 20:40 Les ‘Opea’a de Tahiti sont-elles uniques ?

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus