Tahiti Infos

"Il est urgent de décarboner notre économie"


Tahiti, le 15 septembre 2022 – De retour d'une mission à Paris, le président du Medef-Polynésie Frédéric Dock a rencontré le nouveau ministre des Outre-mer et évoqué un dispositif de soutien direct à la maîtrise de l’énergie dans les entreprises polynésiennes, via le Fonds Macron de 7 milliards de Fcfp. Les entreprises patronales qui ont également demandé officiellement la prolongation pour 10 ans, au Pays et à l'État, des dispositifs de défiscalisation en Polynésie française.
 
Vous revenez d'une mission en métropole et surtout d'une première rencontre avec le nouveau ministre des Outre-mer. Dans quel but ?

“En tant que président du Medef de Polynésie, je suis allé à la rencontre du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, que nous avons reçu le mardi 30 août dernier dans le cadre de la 'REF Medef' –l'édition 2022 de la rencontre des entrepreneurs de France– mais également le 1er septembre à l’occasion d’un séminaire de la Fedom –la Fédération des entreprises d'outre-mer– dont je co-préside la commission “économie bleue et transition énergétique”. L’objectif était de s’assurer que le nouveau ministre, qui connait parfaitement les outre-mer et les sujets de la transition énergétique en tant qu'ex-président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), allait donner des suites concrètes aux engagements pris en juillet dernier par le Président Macron. Je vous rappelle que lors de son passage en Polynésie, le Président de la République avait annoncé la mise en place, à partir de 2023, d’un fonds de 7 milliards sur quatre ans pour la transition énergétique des communes et des entreprises. Mais aussi le prolongement voire l’élargissement des dispositifs d’aide à l’investissement outre-mer, communément appelés défiscalisation.”
 
Et sur ce Fonds Macron, vous proposez un dispositif pour les entreprises ?

“Sur le sujet de la transition énergétique en Polynésie, dans laquelle le Medef est force de proposition, j’avais pris le soin de présenter à notre ministre de l’Énergie, Yvonnick Raffin, un projet pour la mise en place d’un dispositif de soutien direct à la maîtrise de l’énergie dans les entreprises. C’est quelque chose qui existe déjà avec le dispositif des Certificats d’économies d’énergie (CEE) en France hexagonale et dans les départements d’outre-mer où il est complété par ce qu'on appelle les cadres de compensation. J’ai donc proposé qu’une partie du Fonds Macron serve à amorcer financièrement un dispositif polynésien similaire, qui serait ensuite alimenté en continu grâce aux économies réalisées sur les subventions sur le gazole pour la production d’électricité. Voire par à la mise en place d’une valorisation de nos réductions carbone. Il faut bien comprendre qu'il est urgent de décarboner les entreprises, qu'il est urgent de décarboner notre économie.”
 
Cette proposition concrète, via le Fonds Macron, est-elle actée ?

“Le ministre délégué aux Outre-mer a été très séduit par la proposition, d’autant plus que l’État demandait le même jour aux entreprises de réduire leur dépendance aux hydrocarbures. Nous travaillons d’ailleurs avec ses services sur la prochaine Loi sur l’accélération de la transition énergétique. Et d’une manière plus pratique, en ce qui nous concerne, il a demandé à ce que le Fonds Macron soit décentralisé en Polynésie et géré conjointement par le nouveau haut-commissaire et le Pays. J’ai demandé à rencontrer le nouveau haut-commissaire dès son arrivée en Polynésie française sur ce point.”
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 15 Septembre 2022 à 21:54 | Lu 1465 fois