Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Heiva i Tahiti 2018: les sélections vont commencer



DR maison de la Culture
DR maison de la Culture
PAPEETE, le 14 janver 2018- Si le Heiva 2018 n'est prévu que pour le mois de juillet, la course pour la préparation du spectacle a déjà démarré. Alors que la Maison de la culture clôt les inscriptions au concours le 31 janvier, certaines troupes commencent les répétitions dès cette semaine.

Si participer au Heiva i Tahiti fait partie de vos bonnes résolutions, il est grand temps de vous intéresser aux groupes qui ont décidé de se présenter pour cette édition. Les inscriptions des groupes ne sont pas encore closes. Les troupes ont jusqu'au 31 janvier pour déposer leurs dossiers. Cependant, nombreuses sont les formations qui sont déjà sur le pied de guerre.

La plupart des formations ont commencé à répéter et si une grande partie des groupes ne démarrent pas les recrutements avant la première semaine de février, d'autres débuteront leur sélection de danseurs dès
le 15 janvier.

Cette année, la compétition sera dure au Heiva i Tahiti. Que ce soit en catégorie amateur ou en catégorie professionnelle, les chefs de troupes ont décidé d'y aller fort. D'aucuns parlent de neuf groupes professionnels en compétition cette année, les rumeurs évoquent plutôt douze formations. "Ça va être intéressant et il y aura du beau spectacle", assure un chorégraphe.

À une vingtaine de jours de la clôture des inscriptions, certaines troupes attendues ne sont pas sûres de pouvoir être au rendez-vous
de ce grand concours. "Aujourd’hui, c'est un peu prématuré pour parler de notre participation. Notre base est prête, le thème et les musiciens aussi, mais nous n'avons pas encore trouvé de terrain pour répéter. Sans terrain, nous ne pourrons pas concourir. Cette histoire d'emplacement pour répéter est une réelle problématique pour de nombreuses troupes. Certaines doivent renoncer au concours à cause de ça", explique la secrétaire d'un groupe professionnel qui n'a pas encore annoncé officiellement sa participation à la compétition.

Des sélections dès le 15 janvier

De sont côté, Olivier Lenoir, chef du groupe Tahiti Ia Ruru-tu Noa répétera à Fare Ute. Le début des sélections des danseurs et des danseuses est fixé à aujourd'hui. Il prévient tout de suite : "Il va y avoir deux semaines de sélections. Je ne prends pas trop de monde cette année. Je table sur 90 filles et environ 50 garçons. Je vais être très sévère cette année. Il ne faut pas oublier que le Heiva est un concours et que ça coute cher. Je ne vais pas prendre des filles qui vont me prendre deux, trois more. Je veux des danseuses qui se donnent à fond et qui veulent œuvrer pour que notre culture dure le plus longtemps possible. Il faut qu'elles sachent danser et si elles sont un peu fortes, elles devront y mettre du leur pour être au meilleur de leur forme le jour du spectacle. Le Heiva, c'est toute une préparation. Les sélections sont ouvertes, mais il faut avoir le niveau."

Des castings clos

Pas de sélection, ni de casting pour Hei Tahiti. Tiare Trompette a bouclé sa liste de danseurs pour le Heiva i Tahiti 2018. Ils seront 64 filles et 56 garçons à tenter de décrocher le prix Madeleine Moua. "La liste est composée de ma base de danseurs avec lesquels je travaille depuis un moment déjà. Les autres m'ont contactée depuis le mois de novembre pour faire partie du groupe. Mes danseurs doivent être au niveau. Quand on est une troupe professionnelle, il ne faut pas avoir peur de s'investir physiquement, personnellement, mais aussi financièrement. Il ne faut pas avoir froids aux yeux pour les dépenses." Tiare Trompette et sa formation commenceront leurs répétitions le 5 février.

Parmi les troupes professionnelles, il y a plusieurs écoles. Celles qui fonctionnent comme de réelles compagnies de danse comme Hei Tahiti ou Tahiti Ia Rurutu Noa, puis celles qui restent plus accessibles comme le groupe Nuna'a E Hau qui, après avoir remporté la catégorie amateur en 2017, participe pour la première fois en catégorie professionnelle. "Nous allons faire une journée de cohésion le 10 février, afin que les danseuses voient l'ambiance et la philosophie de la troupe. Les répétitions commenceront le 13 février. Là, je verrai le niveau des danseuses. Nous ne sommes pas là pour apprendre à danser. Il y aura moins de danseuses que l'an dernier. Cette année, nous avons fixé des quotas de 80 danseuses et 50 garçons pour le spectacle. Nous en sélectionnerons un peu plus parce qu'il y en a toujours qui lâchent en cours de route. Je demande aux danseurs et danseuses de savoir danser, mais surtout d'être investis et sérieux. Ceux qui veulent danser avec nous, il suffit de liker la page Facebook et de venir aux répétitions", explique Hirohiti Tematahotoa, le référent de la troupe soutenue par la commune de Faa'a.

Transmettre aux plus jeunes

Vient ensuite la vieille école avec Coco Hotahota et sa troupe Temaeva. "Nous allons commencer à recruter les danseuses à partir de la deuxième semaine de février. Ce que je demande à mes danseurs, c'est d'aimer profondément ce pays et d'en être fier. Nous sommes ouverts à tous. Le but est de transmettre notre culture aux jeunes et de leur apprendre ce que nous savons. C'est le meilleur endroit pour apprendre." Le chef de groupe ne cache pas qu'il est exigent avec ses danseurs : "C'est une question de respect", assure-t-il. "Je veux du respect, de la ponctualité et de l'investissement chez mes danseurs", conclus celui qui a été mis à l'honneur lors du Heiva 2017.

Et les troupes amateurs dans tout ça ?

Heiva i Tahiti 2018: les sélections vont commencer
Les groupes amateurs sont celles qui ont la tâche la plus dure dans la préparation du Heiva. En effet, les groupes professionnels ont généralement déjà leurs emplacements, la plupart de leurs danseurs et l'orchestre depuis plusieurs années. Leur réputation leur permet également d'accéder plus facilement aux bons interlocuteurs et aux décideurs. Elle attire aussi les bons danseurs.

Terema Toere est le chef de la formation Tahiti Hura qui se présentera pour la première fois au Heiva i Tahiti. Il espère trouver des bonnes danseuses, mais surtout des gens motivés. "Les bons danseurs ont déjà leurs troupes professionnelles en vue. D'ailleurs, ceux qui ont dansé une fois dans un groupe pro, redescendent rarement avec des troupes amateurs. On cherche des bons danseurs, fiables et rigoureux, mais surtout des gens qui n'ont pas peur de s'investir, de prendre sur leur temps personnel pour les actions. Nous avons lancé les recrutements dès le début du mois de janvier pour attirer les meilleurs éléments. La base est faite, le thème aussi. Nous voulons apporter de la joie sur le pa'e pa'e. Je ne cache pas que ce sera dur, mais c'est ça le Heiva."

Pour lui, le plus difficile a été de trouver un emplacement pour les entraînements. "Nous avons eu la chance d'avoir le soutien du port de pêche. Nous allons répéter à Langlois, mais nous avons envoyé des courriers pour un espace plus grand au port autonome. Nous attendons leur réponse." Ce groupe, qui est monté sur le podium au Hura tapairu de 2016 dans la catégorie Tapairu, veut montrer ce dont il est capable. "Je me suis fixé un quota de 80 danseurs. Avec l'orchestre, cela fera une centaine d'artistes". Pour répéter avec Tahiti Hura, il faudra se rendre à Langlois le lundi 29 janvier.

Le nom de toutes les troupes qui participent au Heiva ne sera connu que courant février. Sans oublier que certaines renoncent malgré leur inscription faute de danseurs et danseuses ou bien faute d'espace de répétition. Il est généralement possible de rejoindre une formation en mars ou avril, mais "il faut avoir le niveau et surtout la volonté de rattraper les chorégraphies déjà apprises lors des répétitions précédentes."

Alors si vous avez décidé de faire le Heiva cette année, il ne vous reste plus qu'à savoir quel thème vous êtes prêt à interpréter, mais surtout dans quelle ambiance vous avez envie de passer toutes vous soirées des six prochains
mois.

Fa’aitoito et bonnes répétitions.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Dimanche 14 Janvier 2018 à 18:15 | Lu 4463 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués