Tahiti Infos

Grève : Les îles rationnent leur carburant


Tahiti, le 9 janvier 2024 - La grève dans le secteur des hydrocarbures épargne encore les îles pour le moment. Au niveau du gazole, les commandes ont été anticipées et permettent de “tenir le coup” plusieurs semaines. Cela devient en revanche plus compliqué pour le carburant qui commence à manquer et qui doit être “économisé”. Mais le président du Pays se veut rassurant.
 
Jusqu'ici, tout va bien. La CSIP et l'Union des travailleurs des hydrocarbures ayant obtenu un document écrit reprenant les engagements verbaux des patrons suite à la réunion de vendredi, une nouvelle rencontre est prévue ce mercredi matin. Il va falloir tenter de trouver une issue à ce conflit pour éviter que la grève qui a démarré depuis près d'un mois dans ce secteur ne s'enlise. Du côté de gaz de Tahiti où un préavis a également été déposé, une réunion est aussi programmée dans la matinée.

Joints par Tahiti Infos, plusieurs tāvana des îles nous ont affirmé qu'ils ne rencontraient pas de souci au niveau du gazole qui alimente leurs centrales électriques. “Le planning est déjà fixé car on sait qu'en fin d'année, il y a souvent des ruptures de gazole. Donc en décembre, on prévoit toujours un stock pour trois mois. C'est ce qui nous sauve un peu”, nous a ainsi confié le maire de Anaa, Calixte Yip, qui attend une nouvelle livraison de 15 000 litres ce samedi pour sa centrale.
 
En revanche, c'est au niveau du carburant que le manque commence à se faire ressentir. “Je ne peux pas donner de quota parce que la commune ne commande que le gazole. Mais déjà depuis Noël, la population souffre un peu du manque d'essence”, explique encore le tāvana qui précise que la population se “partage les fûts qui restent”, l'idée étant de réserver ce carburant “aux coprahculteurs qui vont au secteur” et aux pêcheurs professionnels.
 
En effet, il faut savoir que si le gazole peut être transporté “en vrac” dans les cales des caboteurs, le carburant doit quant à lui être conditionné sous forme de cubis de 1 000 litres et de fûts de 200 litres. Or, seuls deux cadres de la société STDP, qui conditionne justement ces cubis et ces fûts pour Pétropol et Total à destination des îles, ne sont pas en grève. Et ils ne pourront vraisemblablement pas tenir la cadence de travail des 13 opérateurs grévistes censés remplir ces contenants ad vitam aeternam.
 
“Ne pas gaspiller l'essence”
 
Du côté de Makemo, là aussi, les précautions ont été prises en décembre au niveau du gazole. “Il nous reste 600 litres, et ça nous permet de tenir jusqu'à fin janvier”, a indiqué le secrétaire général de la mairie, Temanutea Amaru, le tāvana Félix Tokoragi étant en réunion toute la journée. “Par contre, pour l'essence, on est très limités”, s'inquiète-il. Makemo est déjà impactée car la commune a décidé de ne plus louer ses engins pour le moment. “Ils consomment trop de carburant donc on évite”, explique Temanutea Amaru. Par ailleurs, dès ce mardi matin, il a appelé les tāvana des cinq communes associées (Takume, Raroia, Katiu, Taenga et Nihiru) pour leur signaler de “limiter drastiquement” les déplacements entre ces communes “pour ne pas gaspiller inutilement l'essence”.
 
À Hao, la tāvana Yseult Butcher est plutôt rassurante. “On a une réserve sur deux à trois mois avec 64 000 litres (de gazole, NDLR) pour le village et la centrale, et le Taporo va nous livrer 50 000 litres samedi”, a-t-elle expliqué à Tahiti Infos. Idem pour le carburant puisque selon elle, les pêcheurs ont su anticiper en faisant leur stock en décembre. “On s'en sort bien. Et puis, aux Tuamotu, on sait économiser”, a-t-elle ironisé.
 
Le Nuku Hau partira à moitié plein
 
Même son de cloche aux Gambier selon le tāvana Vai Vianello Gooding : “Pour le moment, on a du stock. Et on a commandé 25 000 litres qui nous seront livrés samedi par le Taporo, nous a ainsi confié le maire qui “croise quand même les doigts” pour que la situation ne perdure pas évidemment. Quant au carburant, la commune n'en commande pas beaucoup et il n'y a pas vraiment d'inquiétude pour l'instant, selon lui.
 
Reste qu'il ne va pas falloir que le conflit s'éternise car le Nuku Hau, qui doit prendre la mer ce samedi vers les Tuamotu-Gambier pour ravitailler les différentes îles sur sa route, partira à moitié plein. Du moins “pour l'instant et si la situation n'évolue pas d'ici samedi”, nous a précisé l'armateur, Tutehau Martin. Sur les 380 fûts d'essence demandés, il n'en a reçu que 150 ce mardi, uniquement en provenance de Total, et aucun de Pétropol. Il n'a reçu aucun fût de gazole non plus sur les 50 qu'il avait commandés. Mais c'est “moins grave” car le gazole peut être acheminé “en vrac” dans les cales du caboteur qui fait office de “station essence” pour ces îles éloignées.

Le président prêt à intervenir si le conflit perdure

Interrogé en marge de ses vœux à la presse sur cette situation dans les archipels, le président du Pays, Moetai Brotherson, a assuré que “les stocks existants dans les îles rapportés aux besoins quotidiens donnent encore un peu de temps”, qu'il s'agisse du gazole ou de l'essence. Ce sont là encore les tāvana qui sont en première ligne pour rendre compte au président de la situation chez eux et d'évaluer les besoins en carburant au plus près selon le nombre de pensions de famille, de perliculteurs, pêcheurs, etc. Certains sont parfois “catastrophés”, comme le maire de Tatakoto qui l'appelle “trois fois par jour”, mais chaque dossier est examiné “au cas par cas”. Quant à l'éventualité d'intervenir de façon plus musclée, à l'instar de l'ultimatum qu'il avait posé pour la grève du Port autonome, Moetai Brotherson est plus mesuré et se laisse encore du temps. “Il faut de bonnes raisons. On ne peut pas intervenir comme ça, juste parce qu'on a envie de le faire”, a-t-il répondu à Tahiti Infos. “Nos juristes sont en train d'examiner le contexte de cette grève et les moyens d'action que nous avons à notre disposition. Une fois que j'aurai cette note juridique qui me dira où et comment on peut intervenir, si le conflit perdure, j'interviendrai.”

Rédigé par Stéphanie Delorme le Mardi 9 Janvier 2024 à 15:08 | Lu 2244 fois