Tahiti Infos

Gauguin-Hippolyte, une "belle histoire"


TAHITI, le 20 avril 2022 - L’exposition de Gaya à la Maison de la culture du 5 au 9 avril a soulevé un certain nombre de réactions. L’artiste toutefois se défend d’avoir vouloir induire le public en erreur, rappelant que tout n’était que fiction.

"Dans cette exposition, l’artiste Gaya se fait aussi commissaire d’exposition et présente ses propres œuvres sous la forme originale d’une histoire fantastique et fictive, comme une enquête autour d’un personnage imaginaire, l’artiste François Hippolyte, qui aurait pu exister du temps de Paul Gauguin." C’est ainsi que Gaya a introduit la présentation de son exposition intitulée : "François Hippolyte, œuvres trouvées, 1890 - 1905" par Gaya. Elle a eu lieu du 5 au 9 avril à la salle Muriāvai.

Suivait, dans le texte de présentation largement diffusé, le déroulé en détail de l’enquête, cette "histoire, troublante, qui va peut-être vous faire douter…" comme l’a décrit Gaya. Le texte disait : "L’exposition suivra un déroulé chronologique depuis la découverte de la première œuvre par un certain Bruno Deval, en progressant par les différentes ruptures de style de l’artiste et les différentes étapes de l’enquête, pour nous emmener progressivement jusqu’à un travail proche de celui de Gauguin… Au point où l’on finira par se demander si Gauguin n’aurait pas plagié les idées d’Hippolyte…" Le doute était permis.

Suite à l’article d’annonce de l’exposition paru le 4 avril dans Tahiti Infos, Fabrice Fourmanoir, spécialiste de Gauguin a contacté la rédaction. Il a d’abord été dirigé vers l’artiste Gaya lui-même qui, pris par le temps, n’a pas répondu point par point aux questions posées et demandes de preuves du spécialiste. "J’étais dans le feu de l’action", dit Gaya.

Aujourd’hui, Gaya "dément l’accusation de supercherie de Fabrice Fourmanoir". Il ajoute que, "en tant qu’expert, il aurait dû comprendre par lui-même que l’histoire était fausse, cela en tous les cas me paraissait tout à fait clair". Pour Gaya "Fabrice Fourmanoir aurait dû faire son boulot jusqu’au bout et être plus vigilant".

L’exposition qu’il a assurée et qui présente ses œuvres repose sur une fiction, "une belle histoire" puisque certains y ont cru. Des visiteurs se sont d’ailleurs interrogés à en croire Gaya qui affirme les avoir tous redirigés à chaque fois vers son écrit et en particulier, vers l’introduction de son texte. Cette exposition artistique fictive avait pour objectif d’immerger le visiteur dans une histoire le temps de l’exposition "à la manière d’un film".


Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 20 Avril 2022 à 18:40 | Lu 574 fois