Tahiti Infos

Fréquences TNT: Kretinsky, L'Express et Ouest-France candidats surprise


LOIC VENANCE / AFP
LOIC VENANCE / AFP
Paris, France | AFP | mercredi 15/05/2024 - La remise en jeu de 15 fréquences télé pour 2025, dont celles de C8 et CNews, a donné lieu à de grosses surprises mercredi, avec les candidatures du magnat tchèque Daniel Kretinsky et des journaux L'Express et Ouest-France, qui veulent créer leurs chaînes.

Lancé fin février par l'Arcom, le régulateur de l'audiovisuel, l'appel à candidatures s'est clos mercredi midi.

Sont concernées les fréquences de la télévision numérique terrestre (TNT) actuellement occupées par les chaînes Canal+, C8, CNews, CStar, Canal+ Cinéma, Canal+ Sport et Planète+ (groupe Canal+), TMC, TFX et LCI (groupe TF1), W9, Gulli et Paris Première (groupe M6), BFMTV (en train d'être vendue au milliardaire Rodolphe Saadé) et NRJ12 (groupe NRJ).

L'Arcom doit examiner la recevabilité des dossiers et la liste officielle des candidats ne sera pas connue avant plusieurs jours. Son choix final sera fait fin juillet, après l'audition des postulants.

La première grosse surprise est l'entrée en lice du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, confirmée à l'AFP de source proche du dossier après une information du Figaro.

C8 et CNews contestées 

A 48 ans, il contrôle notamment le groupe de presse CMI France - qui est en train de vendre le magazine Marianne au groupe Otium de Pierre-Édouard Stérin -, la maison d'édition Editis et le distributeur Casino. Il détient également une participation de 5% dans le groupe TF1.

En 2022, M. Kretinsky était déjà sur les rangs pour le rachat de M6, qui n'avait finalement pas été vendue.

Autres nouveaux candidats, deux journaux, L'Express et Ouest-France, qui veulent chacun créer leur chaîne dans un contexte de crise de la presse.

"Dans notre projet de transformation, aller vers l'image est aujourd'hui indispensable", a affirmé le président du groupe L'Express, Alain Weill, devant des journalistes.

Il a de l'expérience en la matière: ancien président du groupe NextRadio TV, il a créé BFMTV en 2005.

La chaîne L'Express TV s'accompagnerait d'une plateforme numérique, L'Express TV+.

Elle proposerait trois heures de direct par jour: un talk show "d'infodivertissemement" diffusé à 21H00, puis rediffusé immédiatement après, et "une émission d'interview quotidienne sur les grands acteurs de l'actualité" à 20H00.

Pour sa part, la direction du groupe Ouest-France a confirmé sa candidature à l'AFP, après une information de La Lettre.

Le gros enjeu de cette procédure de renouvellement est le sort de C8 et CNews, qui appartiennent au groupe Canal+, dans le giron du milliardaire conservateur Vincent Bolloré.

La première a reçu une pluie de sanctions de l'Arcom à cause des dérapages de son animateur vedette, Cyril Hanouna. La deuxième est accusée par des personnalités de gauche de promouvoir des opinions d'extrême droite, ce qu'elle conteste.

D'autres surprises?

Leur cas a largement mobilisé les débats de la récente commission d'enquête parlementaire sur les fréquences TNT.

Dans son bilan, publié mardi, son rapporteur, le député LFI Aurélien Saintoul, écrit qu'il "ne comprendrait pas que les chaînes CNews et C8 puissent se voir en l'état renouveler leurs autorisations de diffusion".

Sollicité par l'AFP, le groupe Canal+ a confirmé qu'il était candidat au renouvellement de chacune de ses chaînes remises en jeu.

Reste à savoir si la procédure va révéler d'autres candidats surprise. Tous les regards se portent ainsi sur l'armateur CMA CGM de Rodolphe Saadé, qui est en train de racheter BFMTV et la radio RMC.

"Nous ne souhaitons pas commenter le sujet fréquences", a indiqué CMA CGM, interrogé par l'AFP.

Candidat malheureux à la reprise de la fréquence télé de M6 en 2023, le milliardaire Xavier Niel avait vertement critiqué la procédure en mars dernier.

"On est dans le renouvellement automatique. On peut se revoir dans un an, vous verrez, toutes les chaînes auront été renouvelées telles quelles", avait-il lancé devant la commission d'enquête sur la TNT.

A l'inverse, Alain Weill assure que si L'Express est candidat, c'est qu'il "considère que c'est possible": "On nous dit que le jeu est ouvert, on entend le message".

le Mercredi 15 Mai 2024 à 06:39 | Lu 484 fois