Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Freelove, hymne à l’amour, plaisir des sens



Freelove, hymne à l’amour, plaisir des sens
TAHITI, le 22 septembre 2020 - Ils aiment leur terre, leur île, leur culture, leur famille, leurs corps mêlés. Inosia et Ioane vivent dans Freelove une aventure au-delà de la passion. L’auteure, Sia Figiel, raconte leur rencontre, leurs amours libres et leur relation épistolaire dans un nouveau roman.

Inosia a suivi sa scolarité au lycée de Nu’uolemanusā. Son professeur Ioane Viliamu dit d’elle dans son bulletin scolaire de fin d’année qu’elle est "une perle rare, le genre d’élève qu’un enseignant peut s’estimer heureux de rencontrer une fois dans sa vie".

Ces mots, d'une sincérité sans faille, sont livrés en préambule du livre Freelove. "Intuitive et mûre pour son âge (…) j’ai eu le privilège de suivre son développement au cours de cette dernière année de lycée."

"C’était un honneur de la compter parmi mes élèves et elle m’a parfois enseigné plus qu’elle ne le saura jamais."

À la veille du départ de Sia pour les États-Unis, l’enseignant va découvrir la lycéenne autrement. Elle est en chemin pour Apia : "Au moment même où je m’apprêtais à libérer mes cheveux de leur chignon bâclé, le pick-up fit marche arrière et mon professeur s’adressa à moi d’une voix nonchalante et nouvelle que je ne lui connaissais pas."

Le livre Freelove qui paraît chez Au Vent des îles est l’œuvre de l’auteure sāmoane Sia Figiel. Il a été traduit par Mireille Vignol et détaille l’histoire d’une rencontre amoureuse physique et intellectuelle entre Inosia (ou Sia) et Ioane (ou Ioage).

Le texte se découpe en plusieurs temps, les rencontres, les étreintes, le départ, la relation épistolaire. Il est rythmé par l’écriture vive et poignante de Sia Figiel. Une écriture belle et pleine de sens.

Les personnages mis en scène sont de ceux qui vivent par eux-mêmes. Ils quittent les pages du roman, une fois le livre refermé, pour accompagner le lecteur.

Pour l’éditeur, "l’amour contrarié de ces deux âmes sœurs va au-delà de la passion : ce voyage mutuellement initiatique s’exprime en boucles érotiques, scientifiques et culturelles, inspirées de cosmologie samoane et sous-tendues de constats postcoloniaux. Freelove est un hymne à l’amour, un joyau du discours amoureux, véritable plaisir des sens".

Leur corps se sont trouvés

Ioage va éveiller une partie de l’être de Sia. Lorsqu’elle le cherche : "je ne le vis nulle part et mon cœur se fracassa sur une falaise de déception".

Finalement, Ioage et Sia finissent par se retrouver, pour ne plus jamais se quitter. Leurs corps d’abord se sont rapprochés au bord d’un lac, sous une frondaison.

"Fougères lianes, banians, rangées et rangées de cocotiers, oiseaux bleus et oiseaux rouges, lézards verts géants ne sont que quelques exemples de la flore et de la faune en bordure de chemin menant à l’endroit secret connu d’Ioage pour être un paradis terrestre. L’odeur capiteuse des pua et moso’oi enivrait nos sens, ou du moins enivrait les miens."

Sur la berge, "j’étais sur le point d’entrer dans l’eau quand il siffla et m’invita à ôter ce qu’il me restait sur le dos avant d’aller dans l’eau".

Liés pour l'éternité

Plus tard, après leurs unions. "Ioage et moi avions partagé un moment privé, intime et sensuel de respect mutuel, et notre contact fiévreux nous avait soudés l’un à l’autre, nous avait liés pour l’éternité et au-delà."

Quelques semaines plus tard, suivant l’après-midi passée au paradis, le chemin des amants s’est séparé. Leurs corps, privés l’un de l’autre, ont laissé les esprits dialoguer.

"Cher Nuit… Je me surprends à parler seule, à réciter mot à mot toutes les conversations que nous avons eues, de notre première rencontre jusqu’à la dernière fois où je t’ai vu (…).".

"Cher jour…C’est insoutenable. Voilà donc ce qu’ils veulent dire par l’insoutenable légèreté de l’être. J’ai l’impression de mourir un peu plus chaque jour (…)."

"Fia fa’atasi e fa’avavau."

"Je nous veux ensemble pour toujours."

Présentation de l’auteur

Sia Figiel est née aux Sāmoa en 1967. Son père est d’origine polonaise, sa mère sāmoane. Elle est une auteure renommée du Pacifique. Poétesse et romancière, elle fait également de la peinture. Son écriture mêle à la fois des modes de narration traditionnels et contemporains. Elle aborde de front tous les sujets, y compris la sexualité ou les sujets tabous.

En 1994, elle a été lauréate de la Polynesian Literay Competition. Trois ans plus tard, elle a reçu le Commonwealth Writer’s Prize pour Where we once belonged. Un titre paru chez Acte Sud en 2001.

Avec les deux romans suivants, La Petite fille dans le cercle de lune et Le Tatouage inachevé, elle analyse, en autre, la condition féminine dans une société traditionnelle. Elle a influencé toute une génération d’auteurs du Pacifique.


Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 22 Septembre 2020 à 15:38 | Lu 833 fois






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Octobre 2020 - 17:46 Le confinement en "ultime" recours

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus