Tahiti Infos

"Forte croissance" de la population aux Australes


"Forte croissance" de la population aux Australes
PAPEETE, le 5 juin 2015. L'IEOM a publié un panorama des Australes L'Institut d'émission d'outre-mer relève que l'archipel a une population en "forte croissance". La vie économique des Australes demeure tournée vers les activités traditionnelles : l’agriculture, en particulier maraîchère, la pêche et l’artisanat. Les jeunes sont plus touchés par les difficultés pour trouver de l'emploi avec 29 %, soit 7 points de plus que la moyenne polynésienne (22 %).

Les jeunes sont les plus touchés par le chômage

"Forte croissance" de la population aux Australes
"Le taux de chômage progresse moins fortement que dans l’ensemble de la Polynésie française (+6 points contre +11 points par rapport à 2007). Il s’établit tout de même à 29 %, soit 7 points de plus que la moyenne polynésienne (22 %)", note l'IEOM. "Les taux de chômage varient fortement entre les îles de l’archipel : il est particulièrement élevé à Rapa (69 %) tandis que les îles de Tubuai et de Rurutu comptent respectivement 23 % et 21 % de chômeurs. Au total, 840 personnes se déclarent au chômage dans l’archipel en 2012. Les jeunes sont les plus touchés : 4 7 % des 15 - 29 ans sont au chômage et ils représentent 57 % des chômeurs."

La fracture numérique persiste

"Forte croissance" de la population aux Australes
"Les 1 840 résidences principales recensées aux Australes en 2012 accueillent en moyenne 3, 7 occupants, soit un peu plus que la moyenne de l’ensemble de la Polynésie française (3,5). On dénombre également 330 résidences secondaires dans l’archipel. Le raccordement au réseau électrique est largement présent dans l’archipel (98 % des foyers)", indique l'IEOM.
L ’informatique se développe fortement, mais l’écart persiste par rapport à l’ensemble du territoire. Alors que 57 % des ménages polynésiens sont équipés d'un ordinateur, seuls 35 % des ménages des Australes en disposent (+15 points en cinq ans) . De même, la diffusion d'Internet (par satellite) progresse fortement, puisqu’elle a triplé depuis 2007 pour s’établir à 20 % en 2012, mais sans atteindre la moyenne polynésienne (43 %).
Une très large part des foyers (84 %) reçoit en revanche la TNT (diffusion par satellite). Enfin, la téléphonie mobile continue à se développer : trois ménages sur quatre disposent d'un portable , mais cette proportion demeure inférieure à celle de l’ensemble de la Polynésie française (90%). Par ailleurs, 59 % des foyers possèdent au moins une voiture , mode de transport privilégié dans l’archipel. Près de 18 % des ménages possèdent un bateau à moteur (contre 13 % sur l’ensemble du territoire), ce taux atteignant 45 % à Rapa.

Un système éducatif restreint mais diversifié

L’enseignement est également confronté à l’éloignement de l’archipel. Les constructions d’écoles primaires (maternelles et élémentaires) , essentiellement financées par le biais du Fonds intercommunal de péréquation (FIP), sont alimentées par une tranche des recettes fiscales prélevées par le Pays pour le compte des communes, l’État ajoutant pour sa part une dotation supplémentaire, note l'IEOM.
Chaque île possède une école primaire publique afin d’accueillir les 1 043 élèves inscrits dans la circonscription. En complément, un centre pour jeunes adolescents (CJA) se situe à Rimatara et forme ses 17 élèves à la mécanique, la menuiserie et la cuisine. La maison familiale rurale (MFR) de Rurutu dispense à la fois de l’enseignement général et des formations agricoles. L’enseignement secondaire est constitué de deux collèges, sur les îles de Rurutu et de Tubuai, qui ont accueilli respectivement 245 et 255 élèves à la rentrée 2014 .
Une annexe du collège de Tubuai se situe à Raivavae. Pour poursuivre leurs études dans la filière générale, les étudiants doivent se rendre sur Tahiti, ce qui a pour conséquence un déracinement familial précoce des élèves, qui accroît les difficultés scolaires. La 3e compagnie de formation professionnelle du régiment du service militaire adapté (RSMA) de Polynésie française est située à Tubuai. Une soixantaine de jeunes y suivent actuellement des formations en horticulture, mécanique, bâtiment ou restauration. Le taux d’insertion dans la vie professionnelle des élèves du RSMA est élevé (près de 80 %) . D’après le recensement de 2012, la part de la population âgée de 15 ans ou plus n’ayant aucun diplôme diminue (44 % en 2012 contre la moitié en 2007) mais reste sensiblement au dessus de la moyenne polynésienne (31 %), tandis que le nombre de bacheliers progresse (+4 points en cinq ans).

Rédigé par Source : IEOM le Vendredi 5 Juin 2015 à 10:37 | Lu 1244 fois