Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Festival Polynesia : des retrouvailles émouvantes à l'arrivée de la délégation de Hawaii



Photo : Suliane Favennec
Photo : Suliane Favennec
FAA'A, le 12 septembre 2016 - La délégation de Hawaii est arrivée à Tahiti ce samedi 10 septembre dans la soirée. Les 29 artistes ont été accueillis à l’aéroport par le groupe de danse marquisien Taki Toa. Reportage.


Les pahu résonnent dans le hall de l’aéroport. Le son grave et les rythmes puissants de ces instruments marquisiens attirent les curieux. En quelques minutes, de nombreux badauds se regroupent autour des Taki Toa. Ce samedi, le groupe de danse marquisien est venu accueillir ses cousins. Les 29 artistes de la délégation de Hawaii sont les premiers à fouler le sol tahitien pour participer au festival Polynesia. Ce sont d’ailleurs eux qui vont ouvrir l’événement avec une première soirée le lundi 12 septembre.

Un moment d’émotion

Vêtus de t-shirt rouges, les Hawaiiens sont reconnaissables parmi les dizaines de voyageurs du vol en provenance de Honolulu. Attirés, eux aussi, par le son des pahu, les artistes de la délégation rejoignent leurs hôtes à quelques mètres des Arrivées. « Haera mai … Haere mai … ». Sous le chant et le charme des danseuses de Taki Toa, ils défilent, l’un derrière l’autre, avant de se regrouper derrière le mur de photographies, où les invités doivent être accueillis par les groupes de danse. Ils font désormais face aux guerriers des Taki Toa. Leur voix puissante et leur frappe rythmée séduisent les Hawaiiens, qui semblent agréablement surpris par cet accueil. Au tour, ensuite, des danseuses de la troupe d’entrer en scène. Devant des Hawaiiens médusés, elles réalisent un haka qui épate les spectateurs. A l’instar des garçons, elles aussi dégagent cette force et puissance propres aux Polynésiens. Impossible de ne pas le ressentir. Alors, lorsque les garçons effectuent à leur tour le haka, leurs cousins répondent par des cris. Le moment est fort. L’émotion est intense.

Les retrouvailles

La danse de l’oiseau des filles, puis celle d’un couple de danseurs, bouleversent les invités émus par cet accueil de leurs cousins. En retour, les artistes de la délégation offriront un chant qui résonne encore dans le hall de l’aéroport. Le président des Taki Toa s’avance. « Bienvenue chez vous », déclare Arnold Maitere. Posté, droit et fier, devant les cousins polynésiens, le président du groupe, à la coiffe emplumée, leur rappelle le rattachement à Taputapuatea, « cette ficelle qui serre les liens des peuples de l’océan ». Applaudi, Arnold Maitere les invite ensuite à la photo de groupe. L’image est belle. Le début du festival a commencé, les premiers échanges ont lieu. « C’est incroyable. C’est très fort de retrouver nos cousins, confie Kumu Micah Kamohoalii, responsable de la délégation. Dans leur musique, on reconnaît des sons et une langue similaires à la notre. Nous parlons le même langage. Nous sommes de la même patrie ». Couronné de colliers de tiare tahiti, l’artiste et danseur hawaiien est déjà venu à Tahiti, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. « On est très excités, pour certains c’est la première fois qu’ils viennent ici. C’est important et primordial de se reconnecter. C’est aussi l’objectif de ce festival ».

Une jeunesse en questionnement

La troupe marquisienne a aussi vécu un grand moment lors de cette première soirée d’arrivée, deux autres suivront. Danser et accueillir leurs cousins a été un honneur pour les Taki Toa. « Notre présence était importante », confie Siméon Huuti, le chef de troupe qui rappelle le thème de leur prestation lors de la troisième soirée du festival, mercredi : la transmission du tatouage. Une transmission qui passe d’abord par la jeunesse. « Nous avons beaucoup de jeunes dans le groupe. Aujourd’hui, beaucoup connaissent Hawaii pour le shopping ou autres, moins pour ses habitants et leur culture. Désormais, ils se posent des questions, c’est une bonne chose ! », explique Arnol Maitere, qui, comme son chef de troupe, pointe l’importance d’échanger pour transmettre. « Notre intérêt est de faire prendre conscience que même si nous sommes éparpillés, nous sommes là ensemble ». Ces premières retrouvailles entre cousins polynésiens annoncent une semaine riche et intense en émotions…

Suliane Favennec

le Lundi 12 Septembre 2016 à 14:19 | Lu 866 fois





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 9 Décembre 2017 - 19:41 French blue contre-attaque et casse les prix

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance