Tahiti Infos

Fauchés au kikiri, ils agressent un innocent pour se refaire


Les deux hommes, la vingtaine, ont été conduits à Nuutania pour effectuer leur peine sans délai.
Les deux hommes, la vingtaine, ont été conduits à Nuutania pour effectuer leur peine sans délai.
PAPEETE, le 20 avril 2017 - Les deux délinquants, rapidement interpellés par la DSP, ont été jugés dans la foulée et condamnés à 6 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Nuutania, ce jeudi en comparution immédiate.


Les faits ont été commis dans la nuit de mardi à mercredi à proximité de la station Total de l'avenue Georges-Clémenceau à Papeete. La victime, un jeune serveur qui sortait du travail vers 2 h du matin, s'était assoupie un moment sous un porche pour se reposer quand deux hommes lui ont sauté dessus pour le détrousser. L'un des deux voyous, amateur d'arts martiaux, n'a pas hésité à l'immobiliser en lui enserrant le cou avec les bras. "J'ai perdu connaissance deux fois, la troisième fois j'ai fait semblant de lâcher prise pour qu'ils s'en aillent", a raconté la victime ce jeudi à l'audience de comparution immédiate. "J'en ai poursuivi un tout en appelant la police qui est rapidement arrivée".

48 heures après l'agression, le jeune serveur éprouve encore du mal à parler et à bouger la tête, semble marqué par sa mésaventure. Ses deux agresseurs, âgés d'une vingtaine d'années, cumulent déjà de nombreuses condamnations. Ils ont écopé cet après-midi, l'un comme l'autre, d'1 an de prison dont 6 mois ferme avec mandat de dépôt pour la maison d'arrêt. Calmes et tranquilles face aux magistrats du tribunal, ils ont expliqué avoir agressé leur proie pour se refaire après avoir perdu tout leur argent dans la soirée, environ 20 000 francs, à jouer au kikiri.

"On était stressés"

"On était stressés car on avait plus d'argent pour rentrer chez nous", ont expliqué les deux hommes originaires de Pueu. "Vous êtes sérieux ?", s'est emporté le président du tribunal. "Agresser les gens par contre, ça ne vous stresse pas".

"Les conséquences de l'attitude de ces délinquants vont bien au-delà des blessures infligées à la victime, elles posent la question de la sécurité dans la ville de Papeete qui n'est plus une ville sûre la nuit", a insisté le procureur de la République pendant ses réquisitions, répondant au président qui s'était inquiété un peu plus tôt de "la difficulté, maintenant, de traverser Papeete la nuit sans risque de se faire agresser". Outre leurs peines de prison, les deux voyous ont été condamnés à verser 150 000 francs à leur victime au titre des dommages et intérêts.


Rédigé par Raphaël Pierre le Jeudi 20 Avril 2017 à 17:54 | Lu 17505 fois