Tahiti Infos

En cas de cyclone, la commune de Taiarapu-Est est prête


Tahiti, le 30 janvier 2024 - En cas d’alerte cyclonique et selon les prévisions de trajectoire et d’intensité d’un cyclone, les communes concernées par le phénomène se doivent de répondre en toute urgence aux besoins des administrés, en termes de sécurité et d’assistance, à travers un plan communal de sauvegarde (PCS). La commune de Taiarapu-Est annonce qu’elle sera prête à venir au secours de sa population, si elle est touchée par un cyclone. Pour cela, plus de 150 personnes pourront être mobilisées.
 
Le plan communal de sauvegarde (PCS) est un outil élaboré à l’initiative du maire qui vise à organiser ses pouvoirs de police, mais qui permet aussi d’alerter et d’informer la population en cas de cyclone, mais aussi d’anticiper, de porter secours, d’évacuer les sinistrés et de les reloger. Et alors que le risque cyclonique cette année a été annoncé comme élevé par Météo-France, la commune de Taiarapu-Est annonce être prête. Selon le responsable du PCS de Taravao, Manoa Chung, par ailleurs chef-adjoint du centre des sapeurs-pompiers de Taiarapu-Est, “des établissements ont été recensés, auprès notamment des confessions religieuses, ou des bâtiments de la commune, pour reloger les sinistrés, avant d’assurer le ravitaillement en eau et en alimentation de base”.
 
L’enchaînement des décisions doit être parfaitement coordonné, puisque d’après Manoa Chung, “dès lors que le cyclone est détecté par les services de météo, que le haut-commissaire déclenche une cellule de crise, les communes concernées par le phénomène déclenchent leur PCS. Pompiers, police, gendarmes et tous les services municipaux, techniques, de santé, d’hébergement, du social ou de la communication forment ainsi une cellule de crise interne à la commune, afin de surveiller l’évolution du cyclone, d’organiser les opérations et de coordonner toutes les informations avec le haut-commissariat, le tout sous la direction de tāvana”. À l’approche d’un cyclone, poursuit-il, “on ouvre les lieux d’hébergement, on informe, on prépare puis on héberge la population, pour la mettre à l’abri”.
 
Un groupe électrogène pour les services en alerte
 
Après le passage du cyclone, “un recensement des dégâts est effectué dans toutes les zones qui ont été touchées. La cellule de crise a un visu sur la situation globale grâce aux remontées d’informations de chaque commune associée et agit ensuite en fonction des priorités. S’il y a une maison ici qui est touchée et que sur Tautira, il y a tout un village, la priorité sera forcément à Tautira”, a insisté le jeune sapeur-pompier, responsable du PCS de Taravao.
 
En plus des structures d’accueil de l’Institut médico-éducatif et de l’hôpital de Taravao, la mairie s’est équipée d’un groupe électrogène pouvant assurer une autonomie en électricité nécessaire au fonctionnement de ses services en alerte, mais qui permettra surtout d’accueillir des personnes en assistance respiratoire.
 
À Taiarapu-Est, près de 150 agents municipaux pourront être réquisitionnés par le tāvana, pour assurer le PCS en cas d’alerte cyclonique, en compagnie des 41 sapeurs-pompiers que compte la commune, dont une moitié de volontaires.
 
 

Rédigé par Paora’i Raveino le Mardi 30 Janvier 2024 à 14:26 | Lu 1216 fois