Tahiti Infos

En 2022, nous sommes 278 786 en Polynésie française


Tahiti, le 22 novembre 2022 – La Polynésie française compte cette année 278 786 habitants, selon les premiers résultats du recensement général de la population effectuée entre le 18 août et le 17 septembre derniers.
 
L’Institut de la Statistique de Polynésie française (ISPF) a rapporté mardi matin dans ses locaux, les premiers chiffres résultant du dernier recensement quinquennal effectuée entre le 18 août et le 17 septembre dernier. La Polynésie française compte 278 786 habitants cette année, contre 275 918 en 2017. Ces chiffres montrent un accroissement démographique de 1,01%, équivalant à une hausse annuelle de 0,2% soit 578 individus supplémentaires par an. L’évolution démographique est croissante, mais ralentit néanmoins depuis 2022. Si la valeur du solde naturel – c’est-à-dire la différence entre le nombre de naissances et celui des décès – est positive avec +9 350 individus sur cinq ans, elle compense à peine le déficit du solde migratoire, 6 500 individus, qui mesure la différence entre le nombre de départs et d’arrivées sur le territoire.
 

3,3 personnes par logement
 
Sur un total de 102 000 logements, les agents ont dû avoir recours au voisinage pour avoir des informations sur 1 700 (1,9%) logements et se sont également trouvés dans l’obligation de procéder à une estimation pour 240 (0,3%) logements, en raison d’absences de longue durée ou de refus catégoriques de la part des occupants. En moyenne, on compte 3,3 personnes par logement. À noter que le nombre des constructions de logements (+8%) en cinq ans, n’est pas proportionnel à la croissance démographique (+1,01%). Cela est probablement lié à un phénomène de décohabitation. Aussi, les habitations mobiles sont de plus en plus nombreuses, notamment avec les voiliers qui constituaient une part de 250 habitants en 2017 et qui a quasiment doublé en cinq ans, puisque 450 habitants mobiles ont été recensés cette année.
Le recensement général, financée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) représente un coût de près de 330 millions de Fcfp, dont les deux-tiers ont servi à la rémunération des 800 agents recenseurs.
 
En 2022, nous sommes 278 786 en Polynésie française

Concentration dans l’archipel de la Société

Sans surprise, la majorité de la population est concentrée sur l’archipel de la Société. À noter que le nombre de sans-abris, principalement localisés sur Papeete, a doublé en cinq ans. Il est passé de 190 en 2017 à 360 aujourd’hui. L’étude constate également que le nombre de détenus a augmenté entre 2017 et 2022.
 
Une grande partie des habitants (75%) est concentrée dans les îles du Vent, où 209 980 résidents sont comptabilisés cette année entre Tahiti et Moorea, contre 207 333 habitants en 2017. Ce qui représente une augmentation de 2 647 (1,3%) en cinq ans. À Tahiti, si la zone urbaine compte le plus grand nombre de la population, une augmentation de 2,1 à 10,8% a toutefois été observée dans les communes de la Presqu’île, notamment à Mahaena, Faaone, Papeari et Afaahiti. Un phénomène inverse est observé dans les communes de Paea et Papeno’o. Concernant Moorea, les communes de Paopao et d’Afareaitu ont gagné en population, tandis que celles de Haapiti et de Papetoai sont en baisse.

Les îles Sous-le-Vent représentent également une “zone dynamique en terme démographique” avec un total de 36 007 (13%) habitants cette année contre 35 393 en 2017. Une augmentation de 614 habitants (+1,7%) en cinq ans, liée à l’influence des quatre îles principales de Bora Bora, Raiatea, Tahaa et Huahine. Par ailleurs, la commune de Taputapuātea, qui franchit le seuil des 5 000 habitants, élira 29 conseillers aux prochaines élections municipales, au lieu des 27 qu’elle compte aujourd’hui.
 
En 2022, nous sommes 278 786 en Polynésie française

Déficit démographique aux Australes et Tuamotu-Gambier
 
Les Australes comptent 6 592 habitants cette année, avec une majorité située à Rimatara, tandis que l’archipel en comptait 6 965 en 2017, soit une baisse de 370 habitants (5%) en cinq ans. L’archipel revient ainsi à une population identique à celle de 1996.
 
Aux Tuamotu-Gambier, avec 16 729 habitants cette année contre 16 881 en 2017, l’archipel connaît une baisse de population de 152 (0,9%) mais sa croissance démographique reste plutôt stable depuis 2007. Le phénomène pourrait être lié à la diminution de la principale activité de l’archipel, la perliculture.
Les atolls de Rangiroa, Arutua et Fakarava situés dans le secteur des Tuamotu-Ouest sont les plus peuplés de l’archipel. Ces atolls sont aussi les mieux desservis par les transports maritimes et aériens. Inversement, les atolls du secteur des Tuamotu-Est ont pour la plupart, une baisse de population comprise entre 2 et 20%. Le secteur des Gambier affiche quant à lui une évolution démographique neutre.
La plupart des logements recensés dans ces deux archipels sont des résidences secondaires, ou le sont dernièrement devenues. Cette tendance pourrait expliquer ces baisses de population de 5% et de 0,9%. Aussi, sur le plan juridique avec le principe du franchissement de seuil, deux îles ont dû revoir le nombre de leurs élus à la baisse. L’atoll de Makemo étant passée sous le seuil de 1 500 habitants, les 19 élus passeront au nombre de 15 aux prochaines élections municipales. Quant à l’île de Rapa qui est passée sous le seuil des 500 habitants, elle devra réviser l’effectif de ses élus, de 15 à 11 conseillers, et leurs indemnités seront diminuées.
 

Population en hausse aux Marquises

Si en 2017 il y avait 9 346 habitants aux îles Marquises, il y en a désormais 9 478. En cinq ans, la population a augmenté de 130 habitants (+1,4%). Les îles les plus peuplées de l’archipel restent Ua Pou, Nuku Hiva et Hiva Oa.
 
Après la publication de ces premiers résultats du recensement général de la population 2022, l’institut de la statistique se donne jusqu’en septembre 2023 exploiter la masse d’informations recueillies en août et septembre derniers. Un bilan complet du recensement sera alors présenté. Il s’agira principalement de définir les causes de la diminution ou de l’augmentation des effectifs de population selon les secteurs. Une étude sur le statut professionnel des habitants sera également établie.
 

Rédigé par Meleana CHE FAT le Mardi 22 Novembre 2022 à 20:36 | Lu 1553 fois