Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Éducation canine : les conseils de la championne de Polynésie



Hani, championne de Polynésie d'obéissance avec sa maitresse Lisa Peuillot, en plein bond.
Hani, championne de Polynésie d'obéissance avec sa maitresse Lisa Peuillot, en plein bond.
PAPEETE, le 5 novembre 2018 - Nous avons rencontré la championne de Polynésie d'obéissance canine et la présidente du club canin de Pirae pour leur demander leurs conseils sur le dressage des chiens. Elles nous racontent le long travail d'éducation nécessaire, qui doit être commencé dès que le chiot arrive à la maison.

L'actualité est occupée par les attaques de chiens, le problème des animaux errants et le débat sur les chiens dangereux. Pourtant, nos amis à quatre pattes peuvent être les plus obéissants et les plus gentils des animaux domestiques, à condition d'avoir été éduqués correctement...

Pour mieux comprendre cette problématique, nous sommes allés rencontrer la nouvelle championne de Polynésie d'obéissance canine et la présidente du club canin de Pirae. Elles nous ont fait une démonstration du talent de leurs animaux. Halloween oblige, elles ont réussi à leur enfiler des costumes sans la moindre protestation des animaux (voire la jalousie des autres chiens du club). La championne a ensuite enseigné un nouveau "trick" à sa chienne Hani, juste pour notre photo : en quelques minutes elle lui a appris à tenir un seau à bonbons dans sa gueule et à faire la belle en même temps... impressionnant. Dans notre interview, elle nous explique comment arriver à un tel niveau de complicité avec son chien.


Lisa et Virginie ont partagé leurs conseils pour dresser les chiens. Les chiens sont déguisé car nous les avons rencontré juste avant Halloween !
Lisa et Virginie ont partagé leurs conseils pour dresser les chiens. Les chiens sont déguisé car nous les avons rencontré juste avant Halloween !
Lisa Peuillot, championne de Polynésie d'obéissance (avec sa chienne Hani)

Comment en es-tu arrivée à la compétition canine ?
A la base, j'avais pris un chiot dogue allemand croisé doberman, qui allait devenir immense. Je ne voulais pas que mon chien puisse représenter le moindre danger pour qui que ce soit, donc je me suis dit "je vais aller en club canin et je vais apprendre à éduquer mon chien". Je ne connaissais même pas les sports canins. C'est ici que j'ai découvert qu'il y avait différentes disciplines. Il y a donc l'obéissance, que je pratique, mais il y a aussi le ring avec la défense, il y a l'agility qui sont des parcours d'obstacles... Donc je me suis vite prise au jeu, j'aime le fait que l'on s'amuse, j'aime faire du sport avec mon chien. Je me suis vite passionnée pour ça, j'ai étudié et j'ai progressé dans les techniques de dressage. En deux ans j'ai passé le certificat et le brevet d'obéissance avec ce chien et j'ai même suivi la formation d'entraineuse.

Tu es aujourd'hui championne de Polynésie avec un autre chien, Hani. Elle a atteint un niveau bien plus élevé que les quatre ordres de base décrits par Virginie... Comment on atteint ce degré d'obéissance ?
Pour aller en Obéissance, il faut être passionné, c'est vraiment un sport canin. On voit beaucoup de gens qui viennent au club juste pour éduquer leur chien. L'Obéissance, ça prend beaucoup plus de temps, il faut être persévérant, il faut être rigoureux, et il faut s'entrainer régulièrement avec un chien depuis son plus jeune âge.

Tu passes combien de temps par jour avec Hani ?
Quand Hani était un chiot, c'était tous les jours des petites sessions de cinq minutes plusieurs fois dans la journée. C'est mieux que des longues séances. En obéissance canine, les critères les plus importants sont la vitesse, la précision et la volonté d'obéir. Le chien doit vouloir se donner au maximum. Du coup, pour avoir ça il faut faire beaucoup de sessions courtes où le chien s'amuse. Quand on regarde les concours ça a l'air un peu militaire, mais en fait quand on travaille avec le chien, il trouve ça super amusant et valorisant de réaliser ces exercices.

En plus des exercices d'obéissance, tu lui apprends plein de tours. C'est plus facile de lui apprendre ça une fois qu'elle a été dressée à l'obéissance ?
Je trouve que c'est complémentaire. Je lui ai appris plein de tours, on appelle ça des "tricks". Ce sont des choses comme faire la belle, faire la révérence, ramper, rouler... Et plus on lui en apprend, plus le chien est motivé, il a envie d'en apprendre plus. Il devient de plus en plus éveillé et il apprend de plus en plus vite.

Du coup, pourquoi y a-t-il autant de chiens désobéissants en Polynésie ?
Déjà je vois que les gens ont tendance à laisser les chiens dans leurs jardins sans les promener ou les sortir. Donc les chiens ne voient pas trop d'autres personnes ou d'autres chiens, ils ne connaissent pas le monde. Et donc quand il sort, il va développer de l'agressivité ou devenir craintif. Malheureusement les gens laissent souvent le problème dégénérer et ils arrivent en club canin quand ils sont trop âgés, alors que c'est trop tard. Alors que de sortir un chiot, lui montrer des choses, ça lui permet de mieux grandir. Mais l'idéal je pense, c'est que tous les chiens viennent un certain temps en club canin au moins pendant leurs premiers mois. Pour partir sur de bonnes bases.



Virginie Moleur, présidente du club canin de Pirae (avec son chien Noria)

On parle beaucoup des chiens dangereux et des chiens désobéissants... mais tu disais que n'importe quel chien peut être éduqué ?
Tout à fait, tous les chiens peuvent être éduqués. Maintenant cette éducations sera plus ou moins longue selon le chien, son caractère, s'il a des troubles du comportement... Et surtout son âge. Si on commence très tôt, par exemple à 2 mois et demi, l'éducation sera plus simple puisque forcément le chiot est plus réceptif.

Tu as vu passer beaucoup de maitres débutants. Quelles sont les premiers conseils que tu leur donnes ?
Déjà, on leur dit qu'on part sur une durée qui est quand même assez longue, puisque l'éducation d'un chien prend du temps. Il y a le temps en club, mais surtout du temps au quotidien, à la maison, puisqu'il faut entretenir en permanence ce qu'on a appris en dehors. Il faut être cohérent avec le chien et appliquer à la maison ce qu'on a appris à l'extérieur, sinon le chien n’adhérera pas forcément à ce qu'on veut lui apprendre.

Ceux qui ont un chien à la maison et leur donnent des ordres, comme arrêter d'aboyer, revenir à son maître, qui ne sont pas obéis... Comment corriger ça ?
Alors c'est tout le problème. Ça fait partie de l'apprentissage qui est long, et souvent si on n'est pas habitué à dresser des chiens et si on ne comprend pas forcément le langage canin qui n'est pas le nôtre, on a du mal à s'en sortir.
Donc le premier conseil, ça serait d'étudier le langage canin pour communiquer plus facilement avec son chien. Ensuite, quand on demande à un chien de faire quelque chose, il faut d'abord lui apprendre à le faire. Il ne comprend pas naturellement ce que c'est que d'être "couché" par exemple. Quand il a compris, ensuite il faut se tenir à ses ordres et ne pas le lâcher tant qu'il n'a pas obéi.

Quels sont les premiers exercices à apprendre à son chien ?
L'essentiel c'est le rappel, "au pied". C'est être maitre de son chien, l'empêcher de divaguer ou d'attaquer d'autres chiens. Ensuite les autres ordres de base pour la vie de tous les jours ce sont le "assis", le "couché" et le "pas bouger". Ces quatre ordres là, il faut les lui enseigner dès qu'on a le chien.
Il faut travailler l'éducation du chien quasiment tout le temps. Par exemple si on ne veut pas que le chien entre dans la maison, il ne doit jamais entrer. Si on lui permet de rentrer une fois, c'est fini, pour lui il peut rentrer. Donc c'est ça être cohérent, il faut que les règles soient appliquées tout le temps. Ce n'est pas de l'autorité, c'est de la rigueur et de la cohérence.

C'est un peu comme l'éducation d'un enfant ?
C'est exactement comme l'éducation d'un enfant, sauf que le chien ne réagit pas comme un enfant. Ce qui nous parait logique en langage humain, le chien ne le comprend pas. Par exemple un chien qui a fait une bêtise il y a quelques heures et se fait gronder ne va pas comprendre. Il n'a pas la mémoire des faits, donc si on ne le prend pas sur le fait, il ne comprendra pas pourquoi on va le gronder. Un autre exemple, il ne comprend pas les câlins comme un enfant comprend les câlins. Pour lui c'est plutôt une agression en fait.

C'est important d'avoir une relation émotionnelle avec son chien pour le faire obéir ? Certains préfèrent leur crier dessus ou les frapper, est-ce également efficace ?
Le coercitif pur n'est pas forcément très efficace. Ça va sembler efficace au moment où ça va être fait, mais il faut savoir que le chien sera toujours à même de trouver la faille dans cette punition... On s'aperçoit que si le chien a envie de faire plaisir, ça marche beaucoup mieux que s'il est dans la crainte de désobéir. En fait, on va travailler sur la frustration du chien, c'est bien plus important que de travailler sur la répression. La frustration du chien... C'est par exemple à un moment où le chien veut être récompensé sans avoir fait ce qu'il faut, mais la récompense ne vient pas... Il se puni tout seul en quelque sorte. Du coup il va chercher volontairement le moyen d'obtenir cette récompense, et c'est beaucoup plus valorisant que de taper un chien.

Peut-on éduquer un chien correctement sans passer par un club canin ?
Tout à fait. L'éducation d'un chien, elle dépend de son mode de vie. Par exemple des gens vont tolérer le chien dans la maison, le chien dans le canapé, ce que d'autres n'auraient pas toléré. Le chien va s'adapter au mode de vie de la personne. La seule chose, c'est d'être cohérent avec le chien et de rester clair sur les interdits et les autorisations.



Java et Hani, champions de Polynésie 2018

Le week-end du 20 octobre 2018, le club canin de Teva i Uta a accueilli les championnats canins de Polynésie à Papeari, sous un grand soleil.

Le cœur de la compétition consistait en trois épreuves. Chez les débutants, en Obéissance Classe 1, c'est le berger allemand femelle Iris (de son nom complet Iris de la Colline du Pic Rouge) de madame Émeline Roux qui l'emporte avec un score noté "Excellent". Une note qui permet à Iris de progresser en classe 2, tout comme My Little Bouddha, le berger australien femelle de Virginie Moleur, qui a fini deuxième avec une note "excellente" elle-aussi.

En Ring Classe 2, une épreuve qui combine saut, obéissance et mordant, le championnat a été remportée par Java, le berger belge de monsieur Marcel Suhas.

Enfin à l'épreuve la plus prisée, l'Obéissance Classe 2, c'est la chienne Hani (de son nom officiel Dunwurkn Hi-Speed Glamour, un border collie australien, en photo en haut de l'article) qui a remporté l'épreuve avec sa maitresse Lisa Peuillot. Retrouvez tous les participants aux épreuves d'obéissance classes 1 et 2 en illustration de cet encadré.

Enfin, les plus jeunes chiens ont pu profiter de l'occasion pour passer leur brevet d'obéissance ou leur brevet de ring. Ce brevet est le sésame qui leur permettra de participer aux épreuves de classe 1 des prochains concours de club ou des championnats de Polynésie 2019.

Tous les résultats sur le site de l'Association canine territoriale.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Lundi 5 Novembre 2018 à 17:16 | Lu 2116 fois






Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 17:26 Le salon du livre ouvert au public depuis jeudi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués