Tahiti Infos

Écoles fermées, télétravail privilégié


Tahiti, le 12 février 2024 – Avec les pluies diluviennes qui s'abattent sur les îles de la Société depuis ce week-end, l'État et le Pays ont conjointement décidé de fermer toutes les écoles du primaire et du secondaire ce mardi ainsi que les crèches et les garderies. Le télétravail est également fortement conseillé pour limiter les déplacements en voiture. La circulation maritime et aérienne est maintenue mais les loisirs nautiques et en montagne sont interdits.
 
La dépression tropicale Nat s'est éloignée des îles du Vent mais les précipitations ont été particulièrement intenses ce week-end et dans la nuit de dimanche à lundi. Le haut-commissariat a donc réactivé son PC de crise dès lundi matin avec son numéro d'urgence (444 210). Un premier point presse s'est tenu à 10h30 ce lundi avec le président du Pays Moetai Brotherson, la directrice de cabinet du haut-commissaire actuellement en déplacement, Émila Havez, et la directrice de la Protection civile, Cécile Macarez.

Ce sont alors les premières annonces : les loisirs nautiques sont interdits, ainsi que l'accès aux montagnes et aux vallées. Concernant les établissements scolaires, les collèges et lycées ferment à partir de ce lundi midi, annonce le président Brotherson, l'enseignement secondaire relevant de la compétence du Pays. Pour ce qui concerne les écoles maternelles et primaires, la décision revient ou aux tāvanas, ou aux directeurs d'établissements, ou à l'État.

Des annonces qui arrivent un peu tard ? Les réseaux sociaux se déchaînent en tout cas pour dénoncer le silence assourdissant des autorités du Pays et de l'État durant tout le week-end alors qu'il a plu sans discontinuer. La directrice de cabinet d'Éric Spitz évoque “un épisode de pluie intense et soudain au plus mauvais moment puisque tout le monde est en route pour le travail ou l'école”, et rappelle que la vigilance orange est activée depuis jeudi dernier sur les îles de la Société, “ce qui veut dire qu'il peut y avoir des phénomènes météo dangereux”.
 
“Un petit couac de communication”
 
Ce qu'a confirmé le directeur régional de Météo-France dans l'après-midi : “En termes de vigilance, on est exactement dans les seuils qui sont définis ; et sur cet épisode, on est complètement adaptés entre ce qu'on observe et la vigilance proposée sur les précipitations”, à savoir plus de 100 litres d'eau par m2 en deux heures. De son côté, le président du Pays temporise également en rappelant que la météo “n'est pas une science exacte” et qu'il est préférable d'appliquer le principe de précaution.

Il assure par ailleurs que la cacophonie de communication du matin est désormais réglée. “Il y a eu effectivement un petit couac de communication puisque la DGEE [Direction générale de l'éducation et des enseignements, NDLR] a fait un communiqué où elle parlait de la fermeture des ‘établissements’. Dans leur terminologie, quand ils parlent d'établissements il s'agit du secondaire. Quand ils parlent du primaire, ils parlent d'écoles. Donc voilà, ça a créé un peu la confusion”, a-t-il tenté d'expliquer.

C'est en ce sens que lors du second point presse de l'après-midi, Moetai Brotherson a annoncé la décision du Pays prise “en coordination avec l'État” de fermer “toutes les écoles du primaire et du secondaire, ainsi que les crèches et garderies”. Pas de problème de “terminologie” cette fois. De la maternelle à l'Université, tout le monde est prié de rester chez soi toute la journée de mardi. Le télétravail est également fortement recommandé, et il est conseillé de limiter ses déplacements en voiture autant que faire se peut, et même de rebrousser chemin si vous voyez qu'une chaussée est inondée. Dans l'administration : service minimum assuré.
 
112 pompiers pour 115 interventions
 
Les navettes entre Moorea et Tahiti sont maintenues sauf si l'armateur en décide autrement. Cela relève de sa responsabilité mais la houle n'est pas un sujet d'inquiétude selon Météo-France. Les liaisons aériennes inter-îles ne sont pas non plus interrompues. De nombreuses photos et vidéos impressionnantes circulent. Selon la directrice de la Protection civile, Cécile Macarez, 112 sapeurs-pompiers ont été mobilisés pour 115 interventions sur toute l'île de Tahiti. “Le gros avantage, c'est qu'on a des maires qui sont pro-actifs sur les Plans communaux de sauvegarde et les pompiers communaux, ainsi que les gendarmes qui font de la remontée d'informations en direct.”

Pour l'instant, en termes de dégâts, quelques voitures ont été emportées mais sans personne à l'intérieur. Des maisons et des commerces ont été inondés, et des risques d'effondrement conduisent les autorités à prendre des mesures de sécurité ou d'évacuation préventive.

Du côté du Pays, on ne sait pas encore à combien s'évaluera la note mais le phénomène de “calamité naturelle” a été décrété ce lundi en conseil des ministres, ce qui va permettre de débloquer des crédits rapidement pour pouvoir intervenir là où cela sera nécessaire.
 

Rédigé par Stéphanie Delorme le Lundi 12 Février 2024 à 16:44 | Lu 3559 fois