Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Dj Fred condamné à sept ans de prison



PAPEETE, le 6 novembre 2019 - Wilfrid Atapo, dit DJ Fred, a été condamné mercredi à sept ans de prison ferme. L’homme, qui était notamment poursuivi pour avoir fait chanter des mineurs à l’aide d’images à caractère pédopornographique, devra également indemniser les victimes et se faire soigner.

Au terme de deux jours de procès devant le tribunal correctionnel, l’ancien DJ Wilfrid Atapo a été condamné à sept ans de prison ferme et à un suivi socio-judiciaire de cinq ans. Il devra indemniser les victimes et a désormais l’interdiction d’exercer une activité en lien avec des mineurs. Le tribunal a également ordonné la révocation de la peine de deux mois de prison avec sursis à laquelle le prévenu avait été condamné en 2015 pour corruption de mineur. Enfin, DJ Fred est inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV).

A l’énoncé de la peine, Wilfrid Atapo a tenu à s’exprimer : “On me traite de personnage horrible et cela me choque. On m’a reproché de ne pas verser de larmes pour les victimes. Je suis désolé mais je ne savais pas ce qui leur était arrivé après. Je n’ai pas pensé que ça pouvait aller aussi loin…”

Exemplarité

Le tribunal a donc suivi les réquisitions du procureur de la République qui avait évoqué plus tôt la “perversité” de Wilfrid Atapo dont “les victimes n’avaient pas la capacité à dire non, à être armées pour prendre conscience de l’envoi de ces images”.

Après ces réquisitions, l’avocat de Wilfrid Atapo, Me Hellec, avait assuré que son client était “soignable”. Il avait également taclé les conseils des parties civiles qui demandaient une peine “exemplaire” : “l’exemplarité n’est pas un critère de fixation de la peine”.

Après avoir rendu son délibéré, le président du tribunal correctionnel a justement rappelé que les parents avaient un “devoir de contrôle” et qu’ils devaient “prendre compte de la dangerosité potentielle des réseaux sociaux”.


Rédigé par Garance Colbert le Mercredi 6 Novembre 2019 à 13:58 | Lu 3190 fois





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Juillet 2020 - 21:30 Philip Schyle dénonce une "tricherie"

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus