Tahiti Infos

Des manifestants reçus mais déçus


Tahiti, le 22 septembre 2021 - Quatre représentants des collectifs Te ora o te fenua et Nuna’a a ti’a ont été reçus par Edouard Fritch mercredi matin pour plaider la suspension de la loi sur l’obligation vaccinale, sur fond de nouvelle manifestation devant la présidence. Le président a promis d’aborder cette question avec sa majorité en attendant les décisions du Conseil d’Etat.

Nouvelle manifestation contre l’obligation vaccinale, mercredi matin, devant la présidence. Toujours à l’appel du collectif citoyen Te ora o te fenua, avec le soutien du collectif Nuna’a a ti’a. Mais cette fois-ci bien moins suivie que samedi, avec autour de 120 personnes. Si ce week-end l’enjeu était de manifester contre une vaccination obligatoire dans le cadre de la gestion de la crise Covid, mercredi le but était d’obtenir audience auprès du gouvernement. Avec foi dans son pouvoir de suspendre la loi du Pays sans attendre. 

Quatre émissaires des collectifs organisateurs ont bien été reçus vers 9 h 30 à la présidence : Vairea Toomaru, Branda Atae-Hoffmann, Cynthia Huuti et Gilles Parzy. Ils ont pu s’entretenir pendant près de deux heures et demi avec Edouard Fritch, la ministre du Travail, Nicole Bouteau, le ministre de la Santé, Jacques Raynal et le chef du service des urgences du Centre hospitalier, Tony Tekuataoa.

Six recours au Conseil d’Etat

Mais la déception était au rendez-vous parmi les manifestants à l’issue de cette entrevue, vers midi. “Nous avons insisté. (…) La décision n’a pas été simple pour M. le président : il ne peut pas supprimer cette loi”, a expliqué au micro Branda Atae-Hoffmann. “Ne dites pas que nous n’avons pas avancé. Nous avons été reçus. Nous avons pu obtenir presque trois heures de temps de négociation. Nous ne sommes pas venus ici en vain.”

Sur le fond de la revendication des manifestants, si le président a estimé que la situation sanitaire actuelle, toujours très préoccupante, ne permettait pas de remettre en question l’obligation vaccinale votée par l’assemblée, des adaptations de son arrêté d’application étaient possibles. Il a promis de les envisager avec la majorité Tapura et les autorités sanitaires, comme le souligne un communiqué de la présidence, mercredi après-midi. Edouard Fritch a en outre rappelé que six recours contre la loi étaient actuellement en instance devant le Conseil d’Etat. Il attend la décision de la haute juridiction pour apprécier les évolutions possibles de cette règlementation.

Une nouvelle manifestation contre l'obligation vaccinale est prévue à partir de 8 heures ce jeudi à Tarahoi, à l'appel du collectif Nuna'a a ti'a, alors que doit se tenir dans l'hémicycle la première séance de la session budgétaire.
 


Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 22 Septembre 2021 à 18:51 | Lu 2523 fois