Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Des fleurs malgré le Covid pour la Toussaint



Tahiti, le 28 octobre 2020 - Le marché Mapuru a Paraita sera ouvert vendredi et samedi jusqu'à 20 heures, puis dimanche et lundi jusqu'à 18 heures. Seuls les fleuristes seront présents avec leurs compositions et leurs bouquets pour la Toussaint.
 
Crise sanitaire oblige, la vente des bouquets de fleurs pour la Toussaint ne se fera pas comme d'habitude au marché Mapuru a Paraita à Papeete. En effet, l'an dernier encore, avec les floralies, les fleuristes exposaient aux alentours du marché et tout le monde pouvait venir choisir son bouquet. Cette année, les mama vendront leurs bouquets à l'intérieur du marché jusqu'à lundi prochain. Leurs stands resteront ouverts de 6h30 à 20 heures et jusqu'à 18 heures dimanche et lundi.

Ventes en berne

Même les fleuristes n'ont pas été épargnés, économiquement, par l'actuelle crise sanitaire. "On a bien ressenti cela depuis mars. Heureusement qu'on a amorti lors de la fête des mères. Mais là c'est encore la catastrophe", affirme Tarita qui dit pourtant "rester positive". Cette dernière ne désespère pas que la clientèle sera bel et bien présente pour la Toussaint. "C'est une fois dans l'année qu'on pense à nos défunts", rappelle Tarita. Isabelle partage cet avis et dit aussi avoir senti passer la crise sanitaire. Ses ventes ont baissé jusqu'à 40 %. "On fait de notre mieux pour essayer de revenir à l'équilibre et on fait avec ce qu'on nous donne tous les jours", affirme la fleuriste. Elle explique que les changements d'horaires d'ouverture et de fermeture du marché n'ont pas aidé. "Une heure avant et une heure après c'est beaucoup pour nous".
Pour éviter qu'il y ait du gâchis et que les fleurs ne fânent, Isabelle n'hésite pas à baisser les prix de ses bouquets. "On a notre propre champ de fleurs donc on peut le faire. On peut aller à 1 000 Fcfp pour trois bouquets, cela peut arriver mais pas pendant la Toussaint", ajoute-t-elle. Chaque fleuriste a bien sûr ses fidèles clients et certains s'y prennent en avance. Ils commandent jusqu'à un mois à l'avance "pour être sûrs d'en avoir" car "cela dépend aussi de mère nature et du temps". "Dernièrement c'était très sec à Papara et on était obligé de lâcher les tourniquets. Et la dernière semaine, il y a la pluie qui est tombée. C'est bien pour nous, cela a bien rafraîchi les fleurs". Sur les étals, les compositions s'affichent entre 2 500 et 3 000 Fcfp. 

Des muto'i mais pas de PV

Les cimetières ne seront pas fermés au public, mais le directeur général des services de la mairie de Papeete, Rémi Brillant, insiste sur le fait que le respect des gestes barrières ainsi que du nombre de personnes par famille est important pour éviter la propagation du virus. "C'est un moment où on se retrouve autour de nos défunts pour discuter de tout et de rien. C'est un moment assez fort pour les familles et le souci que l'on a, c'est de faire respecter les rassemblements autour de six personnes. Et plus on étale dans la journée, mieux ça sera".
Pour le moment, les heures d'ouverture et de fermeture des cimetières n'ont pas encore été fixées. Mais elles le seront d'ici vendredi et une communication sera faite dans ce sens par la mairie à Papeete. Les muto'i seront d'ailleurs présents pour conseiller et pour assister le public. "On va faire des rappels. On ne va pas verbaliser ce jour-là. Mais simplement faisons attention, il ne s'agit pas non plus que cet évènement familial soit l'occasion de transmettre le virus".

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 28 Octobre 2020 à 08:40 | Lu 933 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus