Tahiti Infos

Des annonces attendues et des surprises


Tahiti, le 27 juillet 2021 – L'inscription des Marquises à l'Unesco, le deuxième PGE, l'institut du cancer ou encore, la reconduction du dispositif de défiscalisation : si certaines des annonces du chef de l'Etat, mardi soir à la présidence pour son discours final, étaient attendues, d'autres comme le financement d'un centre d'hébergement d'urgence pour les femmes battues ou la création d'une nouvelle compagnie du RSMA à Hao ont créé la surprise. 
 
  • 35,8 milliards de PGE via l'AFD
“Je prends ce soir l'engagement, à nouveau, de vous accompagner en octroyant ce prêt de 300 millions d'euros pour vous permettre d'investir” a déclaré le Président de la République sous les applaudissements du public. Attendu dans les valises du président de la République, le deuxième prêt garanti par l'Etat -après celui de 28 milliards en août 2020- est donc officiellement accordé. Soit 35,8 milliards de Fcfp que l'AFD pourra valider avec la garantie de l'Etat. Une enveloppe qui permettra d'accompagner les dispositifs de soutien à l'emploi (Diese et Deseti), de soutenir la CPS ou encore Air Tahiti Nui, “fierté polynésienne”, a commenté le chef de l'Etat. “Cette entreprise au cœur de votre projet nous devons l'accompagner (…) nous l'accompagnerons aussi avec le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) nécessaire à sa pérennité”. C'est le premier message du chef de l'Etat : “Nous sommes là dans la crise, quand ça va mal, quand l'économie va mal car c'est une nécessité”.
 
  • Classer le “trésor marquisien”
Comme il l'avait annoncé à Hiva Oa le lendemain de son arrivée, Emmanuel Macron a confirmé encore son engagement aux côtés du Pays afin de classer au patrimoine de l'Unesco le “trésor marquisien”. Evoquant également le Ori Tahiti ou le Matatiki, il a souligné sa volonté “d’accompagner jusqu'au bout nos artistes, pour la langue et pour la culture”. “Culture ancestrale” dont il se dit “fier” qu'elle soit “au cœur de la France”, avec un “épicentre ici en Polynésie française”. “Fier” également “de ce peuple marin et guerrier” et “fier qu'il ait choisi de s'inscrire dans la France, de garder, de préserver, de résister pour protéger cette culture, ces arts, ces traditions et de les faire revivre, de les transmettre. Je ferais tout ce que je peux pour continuer à transmettre aux générations qui viendront”.
 
  • Un institut du Cancer pour “vivre mieux”
“Ce pacte nous le traduisons aussi par un engagement de la République au-delà de la crise”, a poursuivi le chef de l'Etat. “D’abord la santé, beaucoup de choses ont été faites depuis des années (…) mais nous devons faire plus”. Soulignant la responsabilité de l'Etat “pour permettre de vivre mieux”, Emmanuel Macron est revenu sur l'importance de développer un “meilleur accès thérapeutique” et sur son engagement pour “permettre de développer la recherche, des essais cliniques, mais aussi des traitements ici en Polynésie française” avec le développement d'un pôle de cancérologie sur les cancers nouveaux. “C’est pourquoi j'ai souhaité que le gouvernement de la Polynésie puisse s'appuyer sur les meilleurs spécialistes réunis autour de l'Inca (L'Institut national du cancer, Ndlr) dans un partenariat nouveau en matière d'oncologie”. Le président a notamment souligné le caractère “multisite” de ce bâtiment et la possibilité de faire des “hospitalisations à domicile” et de pouvoir mieux prévenir et diagnostiquer les cancers”. Une mission doit venir dans les prochaines semaines.
 
  • Un nouveau protocole financier pour les Evasans
Et parce que “la santé c'est aussi l'accès au soin”, le chef de l'Etat a enchaîné sur sa demande au ministère de l'intérieur afin de “pérenniser le dispositif d'évacuation sanitaire par Dauphin grâce à un nouveau protocole financier qui permettra d'assurer et garantir un meilleur service aux Polynésiens”.
 
  • 83,5 millions pour la condition féminine
“Je veux ici aborder un sujet grave”. Toujours dans le registre santé et social, le chef de l'Etat a souligné l'importance “d’être attentif à la condition des femmes”. Alors que chaque année 1 500 Polynésiennes sont victimes de violences sexuelles ou sexistes : “Une terrible réalité”. Il alors abordé l'extension du centre Pu O Te Hau “un projet porté par la présidente du conseil des femmes” qui lui tient “particulièrement à cœur”. Ce projet de centre qui permettra d'accueillir des “femmes en grande détresse (…) recevra le soutien de l'Etat à hauteur de 700 000 euros”. Soit 83,5 millions de Fcfp. “Il n'y a aucune culture, ni religion qui justifie de subir des violences. (…) N'acceptez rien et parlez”, a-t-il souligné à l'attention de la gente féminine, avant d'ajouter la création de quatre postes supplémentaires d'intervenants sociaux financés à 100% par l'Etat dans les prochains mois.
 
  • RSMA : Une nouvelle compagnie à Hao
“La République au service de la population c'est aussi l'insertion des jeunes”, a poursuivi le Président de la République, saluant le travail de l'armée : “une matrice d'intégration unique” à travers le RSMA notamment. “Je souhaite que le RSMA puisse déployer une nouvelle compagnie aux Tuamotu Gambier, sur l'île de Hao”, a annoncé le chef de l'Etat à la surprise générale. “Parce que nous devons à cet archipel un engagement particulier et parce que nous savons aussi que nous devons (…) rendre ces lieux plus propres”, a concédé le Président, en référence certainement à cette ancienne base du CEP (Centre d'expérimentation du Pacifique). “Dès septembre sur la base d'un recensement que j'ai demandé, les armées engageront notamment à Mangareva et à Tureia le retrait des matériaux abandonnés par les armées depuis trop longtemps”. Des dossiers dont le MOM a été chargé de “faire avancer”.
 
  • Défisc' “confirmée et confortée”
Affichant sa confiance dans la stratégie économique mise en place, Emmanuel Macron a souligné son admiration pour la filière de la pêche, une “pêche de ligne, sélective”. “Cette filière, nous avons assumé de la défendre et de l'accompagner il y a un peu plus de deux ans par de nouvelles défiscalisations”, a rappelé le président. “Je vous le dis tout de suite : le bilan est bon, nous avons créé des emplois”. La “défiscalisation sera confirmée et confortée”. Arrivant à échéance en 2025, ce dispositif sera donc reconduit.
 

Rédigé par Esther Cunéo le Mardi 27 Juillet 2021 à 23:14 | Lu 4542 fois