Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Décès du militaire tahitien : l'autopsie met le paludisme en cause



PAPEETE, le 25 mars 2015. Une autopsie a eu lieu ce mercredi matin pour déterminer les causes de la mort du militaire tahitien retrouvé mort lundi à Papeete. Le médecin légiste, accompagné d'un chirurgien militaire, a mis en avant que la « cause la plus probable serait une crise de paludisme aiguë » a-t-on appris auprès du parquet.


Pour lever le doute de manière définitive, des prélèvements ont été envoyés à un laboratoire métropolitain. Le corps a été remis à la famille après l'autopsie.
Ce n'est pas le premier cas d'un militaire polynésien mort du paludisme. Le 5 novembre dernier, le soldat tahitien, Moana Heiarii, 26 ans, originaire de Huahine, était décédé à Paris d'une forme grave de paludisme. Lui aussi était intervenu en Centrafrique. « Tous les militaires suivent un traitement antipaludique obligatoire et quotidien lorsqu’ils se trouvent dans une zone concernée par la maladie », expliquait alors le Comsup. « Néanmoins, la forme contractée par le jeune homme étant rare et particulièrement active, les traitements actuels n’ont pas permis de le sauver. »
Il n'y a aucun risque que le paludisme se propage en Polynésie. Le paludisme, causé par des parasites, est principalement transmis d’homme à homme par le biais d’une piqûre d’un moustique, l’anophèle femelle. Ce type de moustique n'existe pas en Polynésie.
Le paludisme touche près de 200 millions de personnes chaque année et tue environ un demi-million d'individus, principalement des enfants en Afrique, selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Il n'existe pas de vaccin contre le paludisme. Mais des médicaments peuvent être pris pour se protéger par les personnes qui vont dans un pays où le paludisme est très présent.


Rédigé par Mélanie Thomas le Mercredi 25 Mars 2015 à 18:05 | Lu 2400 fois







1.Posté par Tahiti le 25/03/2015 18:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Paludisme, Mon œil! C le traitement antipaludique qui a tué ces 2 militaires tahitiens :Maladie neurotrope: dans les 30 jours suivant la vaccination surviennent fièvre, maux de tête, symptômes focaux ou généralisés de maladie neurologique ou d'encéphalopathie

2.Posté par emere cunning le 25/03/2015 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

« Tous les militaires suivent un traitement antipaludique obligatoire et quotidien lorsqu’ils se trouvent dans une zone concernée par la maladie »
La preuve que non. Oupss, je n'avais pas lu la suite, il avait contracté "une forme rare et particulièrement active". Et a priori, il l'ignorait et ne se soignait pas ??? Il a été réexpédié chez lui "en permission" plutôt que dans un hôpital où il aurait DU bénéficier de soins particuliers dont il avait urgemment besoin???

3.Posté par Épouse de militaire polynésien le 26/03/2015 11:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rectification: 1) il n''y a pas encore de vaccins anti palu
2) le traitement est obligatoire, mais les militaires étant adultes et responsables, il n''y a pas de prise observée directe et chacun se gère

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Décembre 2020 - 07:58 ​Tumara'a fait le ménage

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus