Tahiti Infos

DGA "stable" et prêt de 36 milliards dans le budget Outre-mer


 
Paris, le 7 octobre 2021 - Le gouvernement central à Paris met en ce moment la dernière main au projet de loi de finances (PLF) pour 2022, le document parlementaire le plus important de l'année. Au sein des crédits de la mission outre-mer, on trouve la garantie par l'État du prêt de 35,8 milliards de Fcfp à la Polynésie française par l'Agence française de développement (AFD) ou encore une Dotation globale d'autonomie "stable" par rapport à l'année dernière.
 
Cette fois, il ne s'agit plus de faire face à l'urgence mais - des mots de l'entourage du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu - de "financer un plan de relance parce que l'économie de la collectivité, fortement éprouvée, en a besoin" : l'État garantira au sein de la loi de finances pour 2022 un prêt de l'Agence française de développement (AFD) au bénéfice de la Polynésie française. Ce prêt sera d'un montant de 35,8 milliards de Fcfp (300 millions d'euros).
 
Cette annonce, depuis le voyage du président Macron au fenua et les prises de parole de nombreux acteurs politiques, était connue, attendue même. Le prêt est cette fois acté dans le marbre de la future loi de finances (PLF) soit le Budget, le document parlementaire le plus important de l'année pour l'assemblée délibérante française. "Un prêt de 240 millions d'euros (28,6 milliards de Fcfp) a déjà été fourni à la Polynésie française mais c'était au moment du premier plan de relance et il n'avait pas du tout le même objet", se souvient un membre du cabinet du ministre des Outre-mer.
 
La DGA "stable"
 
Quoi qu'il arrive, la part des crédits de la mission Outre-mer dans l'argent dépensé par l'État français en Polynésie française est minime. "87% de l'argent dépensé par l'État dans les départements et régions d'Outre-mer (Drom) relève des crédits d'autres missions comme le salaire des professeurs qui est inscrit dans les crédits de la mission Éducation nationale ou Enseignement supérieur par exemple", relève un membre du cabinet du ministre.
 
La majeure partie des 286 milliards de Fcfp (2,4 milliards d'euros) des crédits "Outre-mer" du Budget 2022 – stables par rapport au précédent exercice – consiste en des aides aux entreprises : la rue Oudinot vient en soutien direct aux entreprises des départements d'Outre-mer (Dom) comme la Guyane et la Réunion par exemple et cela représente la majeure partie de l'argent qu'elle dépense lors de chaque exercice budgétaire.
 
En ce qui concerne le fenua, les choses sont un peu différentes étant donné le statut d'autonomie, si particulier. Les élus polynésiens à l'Assemblée Nationale française seront soulagés d'apprendre que la Dotation globale d'autonomie (DGA), également décrite comme la "dette nucléaire" dans la loi française est cette année "stable", par rapport à l'année dernière.
 
Plan de relance national
 
Augmentation de la Ligne budgétaire unique (LBU) - un dispositif visant à financer la construction de logements sociaux - lutte contre les sargasses (un fléau naturel aux Antilles) ou encore le renouvellement de "l'octroi de mer" par les instances européennes : les sujets de satisfaction pour l'exécutif sont nombreux à l'occasion de cette loi de finances. "Nous présentons un budget sincère et en accélération pour l'amélioration de la vie quotidienne des ultramarins", vont jusqu'à se féliciter les services de la rue Oudinot, lors d'une conférence de presse donnée jeudi 7 octobre, à Paris.
 
Pour ce qui est des entreprises et des secteurs en difficulté, notamment impactés par la crise sanitaire et les très nombreuses contraintes qui ont pesé sur la vie des citoyens polynésiens depuis un an et demi, le gouvernement renvoie vers "le plan de relance où 500 millions d'euros (60 milliards de Fcfp) seront dépensés dans tout l'Outre-mer français grâce à la commande publique". Cette ligne ne fait pas partie des crédits de la mission Outre-mer. Le Budget 2022 du ministère de Sébastien Lecornu sera débattu en commission des Lois les 4 et 5 novembre prochain et en séance publique le 16 novembre.
 

Rédigé par Julien Sartre le Jeudi 7 Octobre 2021 à 10:57 | Lu 782 fois