Tahiti Infos

Culture et JO au lycée Diadème


Rien de tel qu'un orero pour ouvrir le bal !
Rien de tel qu'un orero pour ouvrir le bal !
Tahiti, le 1er mars 2024 – Ce vendredi, le lycée Diadème de Pirae organisait sa journée polynésienne consacrée à la culture et aux Jeux olympiques. L'occasion pour les étudiants de troquer les tee-shirts et pulls pour des chemises et robes polynésiennes, et de mettre en avant leurs savoir-faire locaux.
 
Toutes les journées devraient être polynésiennes. C'est en tout cas l'avis de nombreux enseignants, ravis de voir leurs élèves troquer leur style vestimentaire habituel pour des chemises et robes à fleurs : “C'est un plaisir de voir les élèves se prendre au jeu”, assure Hitiata Monnier, professeure d'anglais au lycée Diadème de Pirae. “Chaque élève représente ici son île, son archipel, et leurs pratiques culturelles propres. C'est une immense journée de partage et de cohésion, c'est une bonne chose.”
 
En effet, du côté des élèves, certains n'ont pas lésiné sur les moyens, arborant fièrement chapeau, parure et autres accessoires made in Fenua : “Ce sont souvent des tenues que l'on porte en dehors de l'école, pour des événements spéciaux, des soirées, etc. Et là, de pouvoir venir à l'école en local, ça fait du bien. On oublie trop souvent que l'on fait de belles choses aussi chez nous”, témoigne Heiata, élève de seconde. Et fait très agréable, du moins assez pour être souligné : nombreux sont les garçons qui ont également pris la peine de jouer le jeu.   
 
Faire tomber les barrières entre profs et élèves
 
Au programme de la journée, ateliers divers, chants et danses ont permis aussi bien aux élèves qu'aux professeurs de mettre en avant leurs savoir-faire locaux. L'occasion également de lever les barrières qui, très souvent, s'érigent entre ces derniers. À l'exemple de l'artiste Eto, professeur d'économie et gestion au sein de l'établissement, très prisé par ses élèves.
 
Et en parallèle de la journée culturelle, le lycée Diadème a eu également à cœur d'orienter sa journée polynésienne sur les Jeux olympiques, proposant ainsi quelques ateliers de sport et surtout un challenge de taille : “Nous avons un atelier dédié à la fabrication de la plus grande couronne olympique tressée. Notre objectif est d'arriver à une liane de 2 024 mètres, réalisée par 2 024 étudiants”, affirme Nanu Tevaarauhara, professeure en documentation et organisatrice de l'événement. Pour l'occasion, la star du surf local, Michel Bourez, a également fait le déplacement et a tenu à adresser un discours aux élèves et futurs athlètes du territoire.    

Rédigé par Wendy Cowan le Vendredi 1 Mars 2024 à 16:27 | Lu 1257 fois