Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Cour d’appel : l’avocat général requiert 6 ans de prison contre le douanier proxénète



L’homme lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel le 13 février dernier.
L’homme lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel le 13 février dernier.
PAPEETE, le 2 août 2018 - L’individu, condamné à 5 ans de prison ferme en février 2018 pour « proxénétisme aggravé à l’égard de mineurs et à l’égard de plusieurs personnes, recours à la prostitution d’un mineur et travaux clandestins » avait fait appel de la décision de première instance. Face à la Cour d’appel ce jeudi, il a estimé que la sanction prononcée à son encontre était « trop lourde. » L’avocat général a requis six ans de prison.

L’affaire, qualifiée de « honte pour le système judiciaire » par le procureur de la République en première instance, avait débuté en février 2012. A cette époque, les affaires sociales avaient émis un signalement concernant une adolescente qui avait fugué de chez sa tante. La jeune fille, hébergée par le prévenu, se livrait à la prostitution. Entendue, elle avait confirmé les soupçons et avait indiqué qu’elle se prostituait pour payer sa consommation d’ice. Sa cousine, également mineure, avait elle aussi reconnu entretenir des relations sexuelles tarifées. Rapidement, les surveillances mises en place par les enquêteurs avaient permis d’établir que des mineures et des majeures se livraient à la prostitution dans un immeuble de Papeete qui était sous-loué par un douanier âgé de 50 ans. L’enquête avait en effet laissé apparaître que l’homme sous-louait des appartements à des jeunes femmes qui s’y prostituaient. L’une des mineures interrogées explique même qu’il a eu un rapport sexuel avec elle.

Mais les enquêteurs avaient également découvert que le prévenu, père de cinq enfants, se livrait à de nombreuses activités non déclarées telles que location de voitures, vente de bijoux, location de chambres ou de studios, activité de transitaire. Tout cela pour un chiffre d’affaires estimé à 31 millions de francs sur une durée de 15 mois. Le fonctionnaire ayant, par ailleurs, un revenu mensuel de 650 000 francs.

« Mouton noir »

Lors de sa comparution devant la cour d’appel ce jeudi matin, l’ex-douanier, toujours très courtois à l’égard des magistrats, a indiqué qu’il avait fait appel de sa première condamnation car il estimait que la peine était « trop lourde. » Ce à quoi le président de la Cour d’appel lui a répondu en rappelant « l’extrême gravité » des faits reprochés. Le proxénète a justifié les lucratives activités parallèles qu’il entretenait à l’époque par la nécessité de « préparer sa retraite. » Tout comme lors de sa comparution en première instance, l’homme a reconnu l’intégralité des faits.

Avant de requérir 6 ans de prison ferme à l’encontre du mis en cause, l’avocat général s’est attardé sur les répercussions de cette affaire : « Gérald Darmanin est récemment venu sur le territoire et a décoré des douaniers particulièrement méritants. Aujourd’hui, dans le box des prévenus, nous avons le « mouton noir » de la douane qui restera malheureusement longtemps dans les mémoires comme étant le douanier proxénète (…) J’ai eu la curiosité de regarder hier quel avait été l’écho médiatique de cette affaire en première instance et outre les médias locaux, j’ai vu, à travers des dépêches AFP et Reuters, que les vicissitudes de cet homme avaient été connues nationalement, je dirais même internationalement. »

Alors que le prévenu avait choisi de ne pas être représenté lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel, il a cette fois souhaité être assisté d’un avocat. Ce dernier, pour la défense de son client, a tenu à rappeler que l’affaire avait émergé dans un « contexte particulier » lié à plusieurs affaires impliquant les douanes. Ce qui avait créé un effet de « cristallisation » autour de ce dossier. L’avocat a, par ailleurs, affirmé que son client souffrait de « troubles dépressifs » et de « tendances suicidaires. »

La Cour d’appel rendra sa décision le 13 septembre prochain.


Rédigé par Garance Colbert le Jeudi 2 Août 2018 à 11:57 | Lu 3147 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 15:00 Mieux vaut ne pas être malade à Hao

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués