Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Construire une maison avec une imprimante 3D, le projet d'un architecte néerlandais



Construire une maison avec une imprimante 3D, le projet d'un architecte néerlandais
LA HAYE, 24 jan 2013 (AFP) - Une maison d'une seule surface, sans réel début ou fin, destinée à être construite à l'aide de la plus grande imprimante 3D du monde ? Les plans ont été dessinés par un architecte néerlandais, qui assure que cette nouvelle manière de construire pourrait un jour être utilisée sur la Lune.

Janjaap Ruijssenaars, 39 ans, du bureau d'architecte Universe Architecture d'Amsterdam, souhaite construire la demeure de 1.100 mètres carrés en utilisant une immense imprimante 3D de modèle D-Shape fabriquée par l'ingénieur italien Enrico Dini.

En superposant au fur et à mesure des fines couches de matière (5-10 mm), la machine peut imprimer des éléments en 3D mesurant jusqu'à six mètres de long et six mètres de large à partir de roche réduite en sable et d'un agglomérant

Construire une maison avec une imprimante 3D, le projet d'un architecte néerlandais
Le bâtiment pourrait être une maison ou même un musée, explique à l'AFP M. Ruijssenaars, selon lequel les éléments traditionnellement construits en béton seraient dans ce cas construits par l'imprimante et assemblés avec d'autres éléments en acier et en verre, qui constitueraient la façade du bâtiment.

"Notre ambition est de construire la première maison imprimée", assure M. Ruijssenaars : "cette imprimante a déjà construit des objets d'art ou des éléments pour des récifs artificiels, mais ce serait la première fois qu'elle serait utilisée pour quelque chose dans lequel on peut habiter".

L'architecte avoue néanmoins que l'idée de départ n'était pas d'utiliser une imprimante 3D, mais il assure que cette technologie s'est avérée être la plus appropriée au vu du défi architectural qu'il s'est lancé, un bâtiment en forme de bande de Möbius, à savoir une surface qui a la particularité de n'avoir qu'un seul côté, sans réel début ou fin.

"Nous avons commencé par nous demander si un bâtiment peut être comme un paysage, de manière à en construire un qui se fonde dans le paysage, ou tout au moins qui apprenne du paysage", précise-t-il.

"Notre analyse est que l'essence d'un paysage est de ne pas avoir de début ou de fin, c'est continu", poursuit M. Ruijssenaars : "pas seulement du fait que la terre est ronde, mais aussi du fait que l'eau succède à la terre, les vallées aux montagnes".

La ressemblance du bâtiment avec l'oeuvre d'une autre Néerlandais, le designer et illustrateur M.C. Escher, est frappante. "Il a très clairement été une source d'inspiration, je dirais qu'il est le roi de la bande de Möbius dans le monde du dessin", assure Janjaap Ruijssenaars.

En fabriquant une maquette de son bâtiment, l'architecte s'est rendu compte que, quel que soit le matériau utilisé, que ce soit du papier ou du plomb, "pour faire une bande de Möbius, il faut d'abord faire une bande, puis la courber" afin de joindre deux extrémités.

"Mais avec une imprimante 3D, même un petit modèle, on a pu faire l'ensemble de la structure de bas en haut sans que personne ne puisse voir où elle (la bande, ndlr) débutait et ou elle s'achevait", affirme M. Ruijssenaars, qui a travaillé à l'encodage sur ordinateur avec Enrico Dini et le mathématicien et artiste néerlandais Rinus Roelofs.

"On pourrait emmener l'imprimante sur la Lune"

Un parc national brésilien a déjà manifesté son intérêt pour le projet, qui coûterait environ quatre millions d'euros, affirme l'architecte, selon lequel la construction prendrait environ 18 mois et l'imprimante "pourrait être active pour une demi-année".

"Le défi, c'est de montrer qu'il est possible d'imprimer de vrais bâtiments en 3D et donc démontrer qu'il existe une nouvelle manière de construire", explique à l'AFP l'ingénieur Enrico Dini, 50 ans, qui a quitté son emploi dans la robotique (il construisait des prototypes pour l'industrie de la chaussure) pour se consacrer à la construction de l'immense imprimante.

Il admet toutefois que cette technologie reste hybride, et doit encore être utilisée avec d'autres techniques de construction pour obtenir un bâtiment. "Il faut pouvoir être compétitif par rapport aux autres techniques de construction", souligne-t-il.

Un des avantages de l'imprimante est qu'il est aisément possible de construire des cavités, pour des fils électriques ou la plomberie notamment. Il est en outre possible d'utiliser de la roche trouvée in situ pour construire un bâtiment.

Selon M. Ruijssenaars, "on pourrait emmener l'imprimante sur la Lune, l'assembler là-bas et imprimer avec des matériaux lunaires".

Rédigé par Par Charles ONIANS le Jeudi 24 Janvier 2013 à 06:23 | Lu 1025 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies