Tahiti Infos

Condamné pour avoir tenté de violer une prostituée


Tahiti, le 4 avril 2024 - Un sans-domicile fixe a été jugé jeudi en comparution immédiate pour avoir agressé et frappé une prostituée de 20 ans à laquelle il tentait d'imposer un rapport sexuel non consenti. Le trentenaire, qui se trouvait en état de récidive légale, a été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis. 
 
Le tribunal correctionnel a jugé, jeudi en comparution immédiate, un multirécidiviste de 34 ans qui était poursuivi pour une tentative d'agression sexuelle aggravée car commise sur une prostituée. Le 17 février dernier, vers trois heures du matin, ce sans-domicile fixe déjà condamné à 16 reprises avait abordé une jeune femme de 20 ans dans le centre-ville de Papeete en lui proposant d'avoir un rapport sexuel tarifé. Constatant que l'individu n'avait pas d'argent, la victime avait refusé. L'homme l'avait alors frappée et avait tenté de l'étrangler. La jeune femme avait finalement saisi un caillou pour se défendre avant qu'une patrouille de police intervienne et interpelle le trentenaire. 
 
Lors de son procès jeudi, ce père de trois enfants a reconnu avec une grande délicatesse qu'il avait “attrapé” la victime par derrière car il voulait la “baiser”. Visiblement abruti par son traitement médicamenteux, l'homme n'a pas semblé réaliser qu'il avait commis ce que le président du tribunal a justement qualifié comme une “tentative de viol”. Le magistrat a d'ailleurs rappelé que devant les policiers, le trentenaire avait livré sa vision du viol qui est forcément commis sous la menace d'un “couteau”. Des propos inquiétants qui n'avaient apparemment pas marqué l'experte psychiatre qui avait examiné l'intéressé. À l'époque, le médecin avait en effet estimé qu'en dépit d'une intelligence “normale très limitée”, l'individu ne présentait pas de problèmes psychiatriques. 
 
Personnalité “accablante”
 
Face à la gravité de ces faits assez “inhabituels”, le procureur de la République a rappelé lors de ses réquisitions que le fait que l'agression ait été commise sur une prostituée était une circonstance aggravante. Le représentant du ministère public a ensuite abordé la personnalité “accablante” du prévenu qui n'a aucune garantie de représentation, pas d'emploi et qui est sorti de prison il y a de cela deux ans. Cinq ans de prison ferme assortis du maintien en détention ont finalement été requis à l'encontre du sans-domicile fixe. 
 
Des réquisitions peu adaptées pour l'avocat du prévenu, Me Bruno Loyant, selon lequel ce dossier n'est autre que celui d'un désastre social avec une victime “violée” par son oncle à l'âge de cinq ans qui a grandi en foyer, et un agresseur qui “dort dans la rue” et qui souffre de “graves troubles du comportement”. “Il a une intelligence quasi nulle au niveau de la compréhension et a réagi à une pulsion soudaine sans avoir rien prémédité.” Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné le trentenaire à cinq ans de prison dont deux avec sursis. L'homme devra également se faire soigner. 
 

Rédigé par Garance Colbert le Jeudi 4 Avril 2024 à 17:56 | Lu 3479 fois