Tahiti Infos

Concession aéroportuaire : Les salariés d'ADT "fiu, irrités et dégoutés"


Tahiti, le 9 avril 2022 – La délégation des représentants du personnel d'Aéroport de Tahiti s'est une nouvelle fois élevée dans une lettre ouverte contre la gestion du dossier de l'attribution de la concession aéroportuaire, annulée à deux reprises par la justice administrative en 2017 et 2022.
 
À l'occasion du douzième anniversaire de la première attribution -depuis annulée- de la concession aéroportuaire de Tahiti-Faa'a à Egis-CDC, la délégation constituée des représentants du personnel de l'entreprise Aéroport de Tahiti (ADT) a adressé une nouvelle lettre ouverte au haut-commissaire Dominique Sorain pour dénoncer la "catastrophe" de l'instruction du dossier par les services de l'État. La délégation rappelle la récente décision du Conseil d'État de confirmer pour la seconde fois l'annulation de l'attribution de la concession à Egis-CDC.
 
"Un nouveau vice de procédure après celui de 2017, est-ce normal ?", interrogent les représentants du personnel qui vont jusqu'à questionner le réel "dessein de l'État" dans ce dossier. "En l’espèce, il ne peut y avoir de méconnaissance du dossier de consultation et il en découle une situation que certains pourraient aisément qualifier d’entente voire de tentative de tricherie", dénonce la lettre ouverte, estimant que la situation reflète "malheureusement" le "peu de considération accordée aux femmes et aux hommes qui oeuvrent au bon fonctionnement de l'aéroport de Tahiti-Faa'a et à la Polynésie française, pénalisée depuis 25 ans déjà, de ne pas disposer d'un véritable outil de développement économique".
 
"Tous fiu, irrités et dégoutés"
 
La délégation des représentants du personnel indique que deux scénarios peuvent désormais se profiler : soit le choix d'une des offres restant en lice après l'élimination d'Egis-CDC, soit la déclaration sans suite de la procédure. Aujourd'hui, la délégation entend surtout réitérer une demande d'ouverture du capital aux salariés dès la constitution de la nouvelle société concessionnaire "sans grever les 49% que l'État réserve au Pays", mais également -dans le cas où une nouvelle procédure de consultation serait lancée- de garantir la prise en compte des conditions de transfert du personnel dans la rédaction du cahier des charges. "Nous sommes tous fiu, irrités et dégoutés d'être dans une situation d'attente, de flou et de crainte qui est une conséquence directe des erreurs d'organisation et de gestion du dossier de renouvellement de la concession de l'aéroport de Tahiti-Faa'a."

 


Rédigé par Antoine Samoyeau le Samedi 9 Avril 2022 à 13:33 | Lu 1642 fois