Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Commémoration: Il y a cinquante ans, la bombe



2 juillet 1966 : “Aldébaran”,  1er essai nucléaire français à Moruroa (DR)
2 juillet 1966 : “Aldébaran”, 1er essai nucléaire français à Moruroa (DR)
PAPEETE, le 2 juillet 2016 - Aujourd'hui, le 2 juillet, la Polynésie française commémore le 50e anniversaire de la première expérimentation nucléaire à Moruroa. Mais l’entrée de notre territoire dans l’ère du nucléaire ne s’est pas faite début juillet 1966. Plusieurs années avant, la lourde machine du nucléaire militaire français s’était mise en route, le tir du 2 juillet 1966 apparaissant, si l’on prend un peu de recul, comme un aboutissement plus que comme un commencement.


Charles de Gaulle accueilli à Tahiti par Francis Sanford, en septembre 1966. C'est le général qui voulut à tout prix doter la France de la bombe.
Charles de Gaulle accueilli à Tahiti par Francis Sanford, en septembre 1966. C'est le général qui voulut à tout prix doter la France de la bombe.
Ce tir, au matin du samedi 2 juillet 1966, baptisé Aldébaran, revêtait, à l’époque, une importance capitale pour le général de Gaulle, qui avait déjà connu deux guerres mondiales, celle de 14-18 et celle de 39-45. Pour le chef de l’État, seule la dissuasion nucléaire pouvait permettre à la France de devenir intouchable ; “aucun ennemi ne pourra attaquer notre pays s’il sait par avance que nous pourrons lui arracher au moins un bras”. C’est, ainsi résumée, la justification de la dissuasion nucléaire.

En Polynésie française, après un cortège de visites ministérielles et des travaux pharaoniques, à Moruroa, à Fangataufa (piste d’aviation, bunkers de tir notamment), mais aussi à Hao (piste pour gros porteurs, entre autres) et à Tahiti bien sûr, tout est prêt, début juillet, pour le premier essai. Prévu le 1er du mois, il est décalé, pour des raisons météorologiques, au 2 juillet.




Un avion Étendard sur le pont du Foch
Un avion Étendard sur le pont du Foch
Depuis le 22 mai, la “Force Alfa”, une flotte de 5 000 hommes, autour du porte-avions Foch, du croiseur de commandement "De Grasse" et d’une flopée d’autres navires, est en manœuvre pour sécuriser et surveiller la zone (très encombrée : deux navires américains seront ainsi invités à prendre du champ, le Belmont et le Sairfield).
L’amiral Lorrain, le directeur des essais au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), Jean Viard et Jean-Marie Lavie, scientifique, dirigent les opérations sur le "De Grasse".

Sur le porte-avions Foch, Jacques Tauraa, président de l’assemblée de la Polynésie française, Frantz Vanizette et Rudy Bambridge sont aux premières loges. Le tir a lieu à 5h34. Vers 16 heures, les élus polynésiens et leurs guides peuvent se promener à Morurua sans combinaison de protection autour du PC de tir “Anémône” (où cinq spécialistes sont restés enfermés durant l’explosion) ; la balade a lieu à 20 km du point zéro (où la bombe a explosé), la radioactivité de l’essai s’étant alors suffisamment dispersée. La presse n’a pas été conviée et aucun journaliste n’est donc sur zone pour témoigner.
À 400 kilomètres de là, aux Gambier, l’explosion fut visible depuis Taku et le bruit parvint aux oreilles des témoins 24 minutes plus tard.

On apprendra, longtemps après, que ce premier essai ne fut pas aussi propre et parfait que prévu, puisque des retombées radioactives eurent lieu sur l’archipel des Gambier. Officiellement, Aldébaran fut pourtant une pleine réussite… D

18 avril 1958, essai nucléaire français dans le Sahara
18 avril 1958, essai nucléaire français dans le Sahara
Bien des sites avant Moruroa

Si le désir du général de Gaulle de faire de la France une puissance nucléaire a toujours été constant (la dissuasion étant la seule vraie garantie de paix, à ses yeux), de nombreux sites d’expérimentations post Sahara ont été envisagés avant que le choix ne se porte sur Moruroa : en 1961, l’État hésitait entre la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie et l’île de La Réunion. En 1961, les îles Marquises avaient la préférence du ministre de la Défense. Mais c’est fin 1961 que le général Thiry proposa Moruroa pour la première fois. Bien avant cela, dès 1957, divers autres sites furent étudiés : Rangiroa et Ua Huka d’abord ; en 1958, des sites souterrains furent même envisagés en France (essentiellement dans les Alpes et même en Corse : la Cime de Pal (Alpes-Maritimes), le Grand-Goyer (Alpes-de-HauteProvence), la vallée du Fournel (Hautes-Alpes), la vallée du Couleau (Hautes-Alpes), la Tête de Vautisse (Hautes-Alpes), la Crête des Prénetz (Hautes-Alpes), le Désert des Agriates (Corse). Puis, en 1959, on se tourna vers Mopelia, Motu One, Morane, Fangataufa. En 1960, nouvelles propositions : les Kerguelen, puis Nuku Hiva, Eiao, Tikehau, Mataiva, Maupiti, entre autres… Officiellement, Moruroa fut désigné comme l’atoll des expérimentations en juillet 1962, avec Tahiti comme base arrière.

Le poste de commandement (PC) de tir Anémône, à proximité de la base-vie à Moruroa.
Le poste de commandement (PC) de tir Anémône, à proximité de la base-vie à Moruroa.
La campagne 1966

Si le 2 juillet 1966 marqua l’entrée de la Polynésie française dans l’ère du nucléaire, la saison sèche de cette année s’illustra par un total de six expérimentations :
2 juillet 1966 : Aldébaran (28 kilotonnes). Moruroa.
19 juillet 1966 : Tamouré (70kt). Fangataufa
21 juillet 1966 : Ganymède (tir de sécurité : 0 kt). Moruroa.
11 septembre 1966 : Bételgeuse (150 kt). Moruroa.
24 septembre : Rigel (moins de 200 kt). Fangataufa
4 octobre : Sirius (moins de 1000 kt). Moruroa.
À noter que les deux derniers essais ont été beaucoup plus puissants que les quatre premiers. Ils mettaient en œuvre des charges dites “dopées”, annonçant les prochaines bombes non plus à fission (les bombes A), mais à fusion (les bombe H). Aldébaran, Rigel et Sirius ont été des tirs sur barge, assez polluants, alors que Bételgeuse l’a été depuis un ballon stationnant à 600 m environ au-dessus du sol (explosion moins polluante, car ne soulevant pas l’eau du lagon ni le corail et les sédiments).
Hormis pour Acturus, le 2 juillet 1967, tiré sur une barge, le CEP ne procéda plus qu’à partir de ballons après la campagne de 1966 (rarement par avion), et depuis une tour, pour les tirs de sécurité (radioactivité officiellement nulle).

Moruroa
Moruroa
Mururoa ou Moruroa ?

L’atoll où eut lieu la majeure partie des expérimentations nucléaires françaises s’est toujours orthographié Moruroa localement. La légende veut que sur les cartes de l’état-major militaire, a été inscrit, simple erreur de saisie, le mot de Mururoa, devenu le nom officiel de l’atoll hors de la Polynésie française (le monde entier connaît aujourd’hui Mururoa). En réalité, selon un général que nous avons pu interroger il y a quelques décennies, la faute, car c’en est une, était volontaire de la part des militaires.

Ceux-ci ont la manie de raccourcir les noms et il était clair que Moruroa ne ferait pas exception. Notre informateur nous a ainsi expliqué que “Moruroa” allait donc devenir très vite “Moru” (sonnant comme “morue”), alors que Mururoa allait se transformer en “Muru” phonétiquement beaucoup plus acceptable en français. CQFD…

Commémoration:  Il y a cinquante ans, la bombe

Commémoration:  Il y a cinquante ans, la bombe

Rédigé par Daniel Pardon le Samedi 2 Juillet 2016 à 05:55 | Lu 3128 fois






1.Posté par simone grand le 02/07/2016 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelques années plus tôt, il a été possible en certains débuts de soirée, d'observer le ciel rougir dans la direction de Bikini quand les bombes américaines y explosaient.
Comme les lueurs des bombes américaines, cette première bombe française et les suivantes nous laissaient perplexes, fascinés, à la fois admiratifs et effrayés devant ces phénomènes extraordinaires d'origine humaine.
puis les connaissances scientifiques ont effacé l'admiration pour ne plus laisser que les interrogations inquiètes.

2.Posté par Mathius le 02/07/2016 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour mémoire: Le site d'essais du Nevada (Nevada Test Site : NTS), renommé depuis août 2010 site de sécurité nationale du Nevada (Nevada National Security Site) NNSS[ est une région des États-Unis dépendant du Département de l'Énergie des États-Unis ayant servi de 1951 à 1992 pour 928 essais nucléaires, le record mondial d'essais nucléaires sur un même site.
Est il dangereux d'aller à LasVegas? Et pourquoi nos anti nucléaires y vont sans rien dire..... Bizarre vous avez dit bizarre, comme c'est bizarre.il faut qu Oscar Temaru dénonce cela a l'ONU, car nos cousin les apaches ont leur terre souillées.

3.Posté par pif paf le 02/07/2016 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Boum
Quand notre cœur fait Boum
Tout avec lui dit Boum
Et c'est l'amour qui s'éveille.
...
Boum
Le monde entier fait Boum
Tout l'univers fait Boum
Parc'que mon cœur fait Boum Boum Boum
Je n'entends que Boum Boum
Ça fait toujours Boum Boum Boum
Boum Boum… "

C. Trenet

4.Posté par Le Vieux le 02/07/2016 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Magnifique photo. Merci

5.Posté par simone grand le 02/07/2016 19:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh oui, le Vieux, avec des photos d'une telle beauté, nous étions admiratifs et emplis d'une crainte orgueilleuse, enfin traversés de sentiments contradictoires au début.
ET puis Mathius avec son bon sens à couper au couteau, vient secouer une dramaturgie qui pourrait peut-être signifier autre chose, comme si on n'avait pas d'autre projet transcendants à proposer aux autres et à soi que la désignation de coupables dont on a pris l'argent pour saccager le fenua, nous engraisser et découvrir le monde.
Car juste avant, nous étions très pauvres mais comme nous l'étions tous à part quelques uns, nous nous sentions riches d'être simplement vivants et de bosser pour manger même nous les enfants d'alors.

6.Posté par Ha'a titi ei horo le 04/07/2016 09:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à Mathius,
pourquoi montrer du doigt les Américains, certains sites dans les Alpes avaient pourtant fait l'objet d'études et non retenues. Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu chapitre 7, versets 3 à 5, la paille et la poutre. Conclusion: il fallait le faire chez soi et non chez les autres, autrement dit: sur le Territoire National et non ailleurs. Les Apaches dont tu parles, c'est comme les Polynésiens sur leur Territoire souillé et par qui ??? Ça aurait évité la maltraitance d'un Homme respectable, Monsieur Pouvana'a.

7.Posté par Mathius le 04/07/2016 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ha'a titi eu Horo, pour Pouvanàa je suis bien d'accord avec toi c'est un scandale aussi indigne que ceux qui se sont enrenchis avec le systeme mis en place pour faire les essais nucléaires, et qui viennent aujourd'hui crier au scandale alors qu'ils en sont complices et gavé d'argent par les retombés financières de ces saletés d'essais. Je comprendrais si au moins ils reconnaissaient qu'ils se sont trompés, mais mordre la main qui vous nourris j'appelle cela une altération de la conscience par le déni. Et avec un tel déni il n'est pas possible de développer démocratiquement le pays.

8.Posté par Ha'a titi ei horo le 04/07/2016 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à Mathius,
concernant le déni oui, pour çà je suis entièrement d'accord !!

9.Posté par manatua le 04/07/2016 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les retombee sociales et leurs consequences sur la population sont bien plus graves que les 800 fois hiroshima...Ce qui a tue le pays c est la creation des monopoles...et L assistanat du peuple pour l achat de la paix sociale...Pitoyable...Le maohi deviens plus francais que les francais et coupe lui meme ses arbres a pains et ne plante plus le taro....Qui sauvrera le pays maintenant...

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués