Tahiti Infos

Cinquante ans de travail de la langue pour le Fare Vana'a


Tahiti, le 27 novembre 2022 - Le Fare Vana'a a fêté vendredi les 50 ans de sa création. Un jubilé qui a été l'occasion de rendre hommage au travail des académiciens, ces "vaillants restaurateurs de notre parler tahitien".
 
Le Fare Vana'a -l'Académie tahitienne- a célébré vendredi son jubilé cinquante ans après la création de l'institution garante de la préservation, de la valorisation et de la transmission de la langue polynésienne. Une grande cérémonie a rassemblé les passionnés de l'univers linguistique, sous les regards de la directrice du Fare Vana'a, Flora Devatine, et des académiciens membres.
 
"Le Français et le Tahitien tiennent chacune leur place en Polynésie française", a déclaré le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, soulignant mesurer l'honneur d'être appelé à prendre la parole pour cet anniversaire. "La première en tant que langue de développement et d’ouverture sur le vaste monde nous permettant d’observer son évolution. L’autre, en tant que langue maternelle de la plupart des habitants de ce pays, « miroir de l’âme polynésienne », socle de notre identité, langue qui nous enracine."
 
Citant un ancien directeur de l'Académie, le ministre a indiquer souhaité se remémorer ainsi "cet autre temps où il n’était pas permis de céder à l’appel de la langue tahitienne". Mais immédiatement pour enchaîner : "Que nul ne s’abuse cependant sur le sens de mes propos car de mon point de vue, il faut arrêter de se lamenter et de ressasser un passé que peu d’entre nous ont connu, mais qui sert de prétexte pour justifier notre inaction. De plus, il ne peut y avoir de compétition entre le Français et les langues polynésiennes en général et le Tahitien en particulier."
 
Evoquant la longue période de déclin et de désaffection du tahitien, le ministre a souligné toute l'importance de la création de l'académie comme étant "l'une des premières manifestations de la renaissance de notre langue". Saluant le travail de ces "vaillant restaurateurs de notre parler tahitien", il a rappelé les travaux des académiciens sur la grammaire, le dictionnaire et l'orthographe du reo. Plus près de nous, il a également souligné l'importance de ces réalisations pour arricer aux affichages bilingues dans les lieux publics ou encore aux classes bilingues dans les écoles.
 
Evoquant notamment les perspectives offertes par les outils numériques ou encore les "débats savants et argumentés autour de la langue", le ministre a souhaité à "notre Fare Vana’a" de "pouvoir s’ouvrir à tous ceux qui par leur savoir, leurs connaissances et leur culture sont qualifiés pour apporter leur pierre à la construction de l’édifice commun".
 



Rédigé par Antoine Samoyeau le Dimanche 27 Novembre 2022 à 09:54 | Lu 829 fois