Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Cinq ans requis contre Sabine Boiron



Sabine Boiron et son avocat, Me Des Arcis, le 28 août au palais de justice de Papeete.
Sabine Boiron et son avocat, Me Des Arcis, le 28 août au palais de justice de Papeete.
PAPEETE, le 28 août 2019 - Le procureur de la République a requis mercredi cinq ans de prison ferme à l'encontre de Sabine Boiron, deux ans de prison avec sursis contre le promoteur Thierry Barbion et trois ans ferme contre Marc Ramel. Des peines de cinq ans à six mois de prison ferme ont également été requises contre les sept autres prévenus.

Au terme de deux jours de procès durant lequel dix personnes ont été jugées pour trafic d'ice et pour des infractions à caractère sexuelle commises sur des mineures, le procureur de la République s'est longuement attardé hier sur la société polynésienne, qui se trouve "confrontée à une prostitution enfantine organisée localement".

Cinq ans de prison ferme sans mandat de dépôt ont été requis à l'encontre de Sabine Boiron  sans laquelle "cette histoire ne serait jamais arrivée". Le procureur de la République a déploré que l'ancienne institutrice n'ait apporté d'explications plus claires afin que l'on ait pu comprendre comment elle avait pu se retrouver dans cette "dérive infernale". Selon le représentant du ministère public, Sabine Boiron, bien qu'elle se soit défendue d'avoir joué le rôle de proxénète, a été rattrapée durant l'instruction et le procès par la "linéarité" de multiples témoignages, dont ceux des deux mineures qu'elle a prostituées alors qu'elles se trouvaient dans un état de déchéance. Le procureur de la République s'est par ailleurs ouvertement interrogé sur l'activité actuelle de Sabine Boiron qui a ouvert un institut d'esthétique et de massages entre Rangiroa et les Marquises.

Mandat d'arrêt contre Marc Ramel

A l'encontre du promoteur Thierry Barbion, poursuivi pour recours à la prostitution d'un mineur de plus de 15 ans et corruption de mineur, le parquet a requis deux ans de prison avec sursis. Le procureur de la République a estimé que l'homme d'affaires n'avait pu ignoré que la jeune femme avait laquelle il avait eu des relations sexuelles à trois reprises n'était pas encore majeure.

Trois ans et cinq ans de prison ferme ont été requis contre l'ancien propriétaire du Ute Ute, Marc Ramel, et le multirécidiviste Gérardo Lozano, respectivement poursuivis pour atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans et recours à la prostitution d'un mineur. Un mandat d'arrêt a également été requis contre Marc Ramel qui aurait, selon le procureur de la République, "mieux fait de se présenter devant le tribunal".

Des peines de 6 mois à deux ans ferme ont enfin été requises à l'encontre des six autres prévenus impliqués dans le volet ice de cette affaire.

"Manifestation de la vérité"

A l'heure des plaidoiries de la défense, les avocats de Thierry Barbion, Mes Frédérique Beaulieu et François Quinquis, ont évoqué un dossier "difficile à appréhender" dans lequel les déclarations de Sabine Boiron impliquant leur client ne pouvaient raisonnablement être "prises en compte comme la manifestation de la vérité". Sur la minorité de la jeune fille avec laquelle Thierry Barbion a entretenu des rapports, Me Beaulieu a soutenu qu'il est impossible de savoir avec la "certitude qu'exige une décision de justice" quand et à quel moment le promoteur a réellement appris l'âge de l'adolescente.

Évoquant la problématique de l'ice dans la société polynésienne, le bâtonnier Quinquis a livré une analyse selon laquelle une "réponse politique et économique permettrait au Pays d'avoir moins de fonds de vallées miséreux et de prostitution enfantine". L'avocat a par ailleurs abordé le profil de son client, un homme d'affaires qui a apporté "une grande contribution" à la Polynésie en créant notamment plus de 1 000 emplois.

"Jeune mère primodélinquante"

Rude tâche pour l'avocat de Sabine Boiron, Me Des Arcis, qui a entamé sa plaidoirie en partageant son sentiment selon lequel la "conviction" du tribunal quand à la culpabilité de sa cliente était "déjà faite". "Quand Sabine Boiron a fait la connaissance des deux prostituées mineures, ces deux jeunes filles étaient déjà consommatrices d'ice", a-t-il affirmé, avant d'indiquer au tribunal qu'il ne comprenait pas l'ampleur des réquisitions prononcées à l'encontre d'une "jeune mère primodélinquante". Pour Me Des Arcis, l'ancienne institutrice a été, à l'époque, maltraitée par "une police contente d'avoir fait un travail remarquable, d'avoir mis une instit à la une", alors qu'elle était toxicomane et qu'elle avait donc, elle aussi, été utilisée par des dealers qui profitaient de son addiction pour obtenir des faveurs sexuelles.

Le tribunal rendra son délibéré demain à 13h30.

Réquisitions

Sabine Boiron : pour proxénétisme aggravé : cinq ans de prison ferme, interdiction des droits civiques pendant cinq ans, inscription au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS).

Marc Ramel : trois ans de prison ferme, mandat d'arrêt.

Gérardo Lozano : cinq ans de prison ferme, mandat de dépôt, cinq ans de privation des droits civiques.

Thierry Barbion : 18 mois de prison avec sursis, inscription au FIJAIS.

Pour les faits de trafic, d'usage et de cession d'ice :

Albert Amaru et Temarii Cuthers : six mois de prison ferme.
Henri Marin : un an de prison ferme.
Patrick Ceran-Jerusalemy : 18 mois de prison ferme.
Hamau Faatau : deux ans de prison ferme assortis d'un mandat de dépôt.
Stimson Aiho : trois ans de prison ferme.

Rédigé par Garance Colbert le Mercredi 28 Août 2019 à 19:25 | Lu 8655 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Octobre 2019 - 10:00 Page enfant : c'est la saison des prix Nobel

Mardi 15 Octobre 2019 - 09:00 Takanini met ses titres en ligne

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués