Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Changement d'algorithme: Google fait trembler l'internet pour reprendre l'avantage face à Apple



Paris, France | AFP | mercredi 22/04/2015 - Google fait trembler le monde de l'internet en modifiant cette semaine son algorithme en faveur des sites mobiles dans les recherches: une petite révolution qui traduit la volonté du géant américain de reprendre l'avantage face à Apple.

Le groupe de Mountain View avait prévenu il y a deux mois d'un changement de son moteur de recherche mobile le mardi 21 avril devant privilégier les sites compatibles avec les smartphones, au détriment des sites non adaptés, qui pourraient être relégués dans les tréfonds des résultats de recherche.

La presse américaine est allée jusqu'à agiter la menace d'un séisme pour les sites internet en évoquant un "mobilegeddon", un "Armageddon" du mobile.

Mais les effets observés sont à ce stade très modestes, selon les acteurs du secteur.

"Je n'ai vu absolument aucun effet sur la journée d'hier", indique à l'AFP Benoît Sillard, patron de CCM Benchmark, l'un des leader des éditeurs français, dont les sites comme le JDN ou le Journal des Femmes sont consultés à 40% sur mobile.

"Ça va prendre au moins une semaine avant de voir les premiers effets, l'algorithme passe par une phase d'apprentissage. Ce n'est pas le bug de l'an 2000", observe Paul Amsellem, président de Mobile Network Group, agence de marketing, technologie et publicité mobile.

Les éditeurs ont cependant des raisons de s'inquiéter, au vu du poids de Google sur leur visibilité.

"Google a un droit de vie et de mort sur certains sites internet, si on est déréférencé de Google on perd entre 60% et 80% de son chiffre d'affaires", explique à l'AFP Jonathan Vidor, président de l'agence e-marketing JVWEB.

Même si le mobile ne représente qu'une petite partie de ces revenus, "tout le monde a eu peur que Google ne fasse une action violente", poursuit-il.

Pour le site technophile américain Wired, "il s'agit probablement du changement le plus important de ces dernières années. Et c'est un rappel de la façon magnanime mais complètement égoïste dont Google utilise sa puissance sur le marché pour accélérer les changements dans le reste de l'internet".

-- la moitié des consultations d'internet --

En 2011, le changement d'algorithme "Panda" avait ainsi affecté plus de 10% des sites en anglais, et le suivant, "Penguin" en 2012, quelque 4%, rappelle-t-il.

Google plaide l'intérêt pour les utilisateurs: "Comme les gens font de plus en plus de recherche sur leurs appareils mobiles, nous voulons nous assurer qu'ils trouvent des contenus qui ne soient pas seulement pertinents et à jour, mais aussi facile à lire et pour interagir depuis les plus petits écrans mobile", a expliqué le géant américain dans son blog.

Plus de la moitié des consultations d'internet sont faites aujourd'hui sur des terminaux mobiles dans le monde (45% en France selon Médiamétrie), une tendance tirée par les pays en développement où les mobiles sont plus répandus que les ordinateurs de bureau.

Mais "Google a un peu perdu son pari du +search mobile+ en pensant que les éditeurs allaient adapter leur sites d'eux même au mobile alors que beaucoup ne l'ont pas fait", note Paul Amsellem.

Du coup, ce sont les applications, dont Apple a été le pionnier, qui ont tiré leur épingle du jeu grâce à une ergonomie plus adaptée.

Apple avait cru très tôt "à un avenir où l'on télécharge des applications sur son mobile". "Il contrôle l'ensemble des applications, les contenus, le graphisme, la technologie, pour faire que l'expérience utilisateur soit la meilleure possible sur l'internet mobile" et a pris de l'avance sur les usages des mobinautes, souligne-t-il.

Si l'utilisateur de smartphone a du mal à utiliser son moteur de recherche, avec des résultats qui ne sont pas adaptés, il va moins utiliser les services de Google, et Google gagnera moins d'argent avec la pub et les liens sponsorisés qui sont sa première source de revenus.

Le groupe cherche ainsi à ramener les utilisateurs vers la recherche sur mobile au prix d'une sélection drastique des sites dans ses recherches.

Selon une étude de l'éditeur de solutions informatiques Yooda, 64% des sites français ne sont pas adaptés à la navigation sur mobile.

Et outre-Atlantique, les tests du site technologique Techcrunch ont révélé que 44% des sites des plus grands groupes du Fortune 500 ne sont pas conçus pour smartphones.


Pour tester votre site cliquez ICI

Rédigé par () le Mercredi 22 Avril 2015 à 09:20 | Lu 479 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies