Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Carton Rouge rattrapé par la justice



Carton Rouge rattrapé par la justice
PAPEETE, le 7 août 2019 – Le collectif Carton rouge qui souhaitait se mobiliser lors des législatives de 2012 “contre les magouilles” des politiciens se trouve depuis sept ans dans le collimateur de la justice. Une information judiciaire est actuellement en cours pour “blanchiment” et “infractions au code électoral”. Cinq personnes sont mises en examen, parmi lesquelles les trois anciens candidats du collectif : Pierre Marchesini, Hinano Tunoa et Gaston Tetuanui.

L’information était passée totalement inaperçue. Depuis près de sept ans, le collectif Carton rouge créé pour assainir la vie politique locale est en fait dans le collimateur de la justice après sa participation aux élections législatives de 2012.

Les trois candidats du collectif qui s’étaient présentés aux élections, Pierre Marchesini, Hinano Tunoa et Gaston Tetuanui, sont aujourd’hui mis en examen dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en octobre 2014. Il leur est reproché d’avoir financé leur campagne à l’aide de sommes à la provenance inconnue, en ayant amplement dépassé les limites imposées par le code électoral.

Deux autres individus, le mandataire financier de Pierre Marchesini et le propriétaire d’un kiosque à journaux, à l’époque situé sur le front de mer, sont également poursuivis.

Un collectif pour “la transparence, l’équité, l’honnêteté”

En mai 2012, le collectif Carton Rouge avait présenté ses candidats pour les élections législatives organisées un mois plus tard. Pierre Marchesini, Gaston Tetuanui ainsi que Hinano Tunoa avaient ainsi été désignés pour représenter le collectif qui souhaitait notamment, “reconstruire une Polynésie basée sur la transparence, l’équité, l’honnêteté, l’esprit d’entreprise, la concurrence saine et loyale et le partage” et dénoncer des “élus, véritables virus anti-développement, qui prouvent leur incapacité et leur incompétence à mettre en place un vrai plan de crise.”

Les résultats obtenus lors du scrutin le 2 juin 2012 n’avaient permis à aucun des trois candidats de passer le premier tour. Mais dès le mois d’octobre, une enquête préliminaire visant le collectif avait été ouverte par le parquet du chef d’escroquerie. Une jeune femme s’était en effet signalée auprès de la justice. Bénévole au sein du collectif Carton Rouge, elle avait dit avoir été sollicitée par Pierre Marchesini, son mandataire financier et Gaston Tetuanui dans le but d’ouvrir un compte bancaire destiné à financer la campagne.

Prête-nom

Une fois le compte ouvert, la jeune femme, qui commençait à réaliser qu’elle ne servait que de prête-nom, avait été sommée de remettre trois chéquiers pré-signés au mandataire financier du collectif et de Pierre Marchesini. Mais plusieurs mois après les élections, elle avait éte contactée par des sociétés pour 17 chèques impayés représentant un montant total d’1,8 million de Fcfp. Sur ces 17 chèques, 4 seulement avaient été utilisés pour la campagne électorale. Lors de son audition en 2012 devant les enquêteurs de la Section de recherches (SR) de Papeete, elle avait affirmé qu’elle avait également effectué plusieurs opérations de change de devises étrangères dans un magasin de journaux situé sur le front de mer.

Entendue à son tour, la mandataire financière de la candidate Hinano Tunoa avait relaté des opérations de change similaires, en indiquant qu’elle servait elle aussi de prête-nom. Selon les deux jeunes femmes, le réel mandataire financier était celui du collectif et de Pierre Marchesini, mais, étrangement, aucun compte de campagne ouvert à son nom n’était découvert par les enquêteurs…

Alors que l’enquête préliminaire était déjà ouverte en avril 2013, les trois candidats de Carton rouge avait été sanctionnés par le Conseil constitutionnel pour des irrégularités sur leurs comptes de campagne. Pierre Marchesini, dont le compte de campagne n’avait pas été “accompagné de relevés bancaires”, avait écopé d’un an d’inéligibilité. Gaston Tetuanui et Hinano Tunoa, auxquels il était reproché des “dépôts de comptes hors délai” et une “omission de présentation de l’attestation d’absence de dépense et de recette” avaient été quant à eux sanctionnés par trois ans d’inéligibilité.

Cinq mis en examen

Une information judiciaire a ensuite été ouverte en 2014 des chefs “d’exercice illicite de changeur manuel, de blanchiment de fonds et d’acceptation par candidat à une campagne électorale de dons en espèces excédant le plafond légal des dépenses”. Selon nos sources, l’exploitation des comptes de campagne des trois candidats par les enquêteurs a permis de “constater qu’aucun des candidats n’a déclaré avoir reçu des dons en espèces”. Or, “au vu des auditions” de certains témoins, “ces derniers ont bien affirmé que des devises d’une valeur de plusieurs millions de Fcfp ont transité au sein du collectif Carton Rouge, or ces sommes n’ont jamais été comptabilisées ni déclarées officiellement.”

Le code électoral précise à ce sujet que tout don supérieur à 150 euros (17 800 Fcfp) doit se faire en chèque et qu’un particulier ne peut financer une campagne au-delà de 4 600 euros (550 000 Fcfp).

Dans ce dossier à tiroirs, cinq personnes ont été mises en examen au cours de l’année 2016. Pierre Marchesini, Hinano Tunoa et Gaston Tetuanui sont notamment mis en examen pour “acceptation par candidat à une campagne électorale de dons en espèces excédant le plafond légal des dépenses”. Les deux autres personnes mises en cause sont le mandataire financier du collectif et de Pierre Marchesini et le commerçant qui échangeait de grosses sommes en numéraire au profit du collectif sans en avoir la qualité professionnelle.

Après deux confrontations reportées cette année, le juge d’instruction doit à nouveau entendre les mis en cause ainsi que plusieurs témoins avant le mois de septembre.

Rédigé par Garance Colbert le Mercredi 7 Août 2019 à 19:55 | Lu 6389 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Septembre 2019 - 19:31 Prison ferme pour les maîtres-chanteurs

Lundi 16 Septembre 2019 - 18:15 Explosion des cas de dengue 2

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués