Tahiti Infos

CFPA : "Une performance décevante" selon la CTC


Le président du Pays Edouard Fritch reconnaît que le CFPA a besoin d’une « nécessaire modernisation, basée sur un pilotage plus efficient et sur un renforcement des liens avec les acteurs publics et privés du monde de l’emploi, notamment le SEFI et les entreprises ».
Le président du Pays Edouard Fritch reconnaît que le CFPA a besoin d’une « nécessaire modernisation, basée sur un pilotage plus efficient et sur un renforcement des liens avec les acteurs publics et privés du monde de l’emploi, notamment le SEFI et les entreprises ».
PAPEETE, le 7 février 2017. Pour la chambre territoriale des comptes, le CFPA (centre de formation des adultes) a une "performance décevante". Le CFPA forme environ 200 à 300 stagiaires de moins qu’il y a dix ans.

Entre les départs à la retraite et les nouveaux arrivants sur le marché du travail, il faudrait créer 1300 emplois par an juste pour donner du travail aux nouveaux chercheurs d'emploi. Mais en 2015, on a créé seulement 270 postes salariés supplémentaires ! L'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF) analysait après le recensement que c’est surtout le niveau de diplôme des Polynésiens qui est discriminant : 27,4 % des personnes ayant au plus le brevet des collèges sont au chômage contre 3,3 % des diplômés d'un second cycle universitaire.

Pour donner du travail aux Polynésiens, la formation est donc la priorité. "Dans ce contexte particulier, le CFPA (centre de formation des adultes) est un des outils fondamentaux de la formation professionnelle publique", note la chambre territoriale des comptes qui examiné la gestion du centre de 2010 à 2015. "Sa mission pour les publics adultes en déficit de formation professionnelle reste essentielle pour le fonctionnement efficace du marché de l’emploi. Malgré cette tutelle forte, des investissements immobiliers et des budgets conséquents, et la récente création d’un corps de formateurs professionnels, la performance du CFPA laisse à désirer. En dépit de demandes en augmentation, l’activité du CFPA est au contraire en baisse d’environ 200 à 300 stagiaires par rapport il y a dix ans, laissant le potentiel du centre largement sous-utilisé."

Ainsi, de manière paradoxale, alors que les besoins en formation sont élevés et croissants, le nombre de stagiaire est limité à 670-680 stagiaires par an, ce qui signifie que la structure ne fonctionne qu’à environ 50% de ses capacités théoriques.

PLUS D'UN MILLIARD DE RESERVES
Le CFPA est financé essentiellement par une subvention du Pays. "Malgré la baisse tendancielle du subventionnement depuis 2010, le centre jouit d’une aisance financière peu contestable : son résultat net est positif, ses réserves représentaient en 2015 près d’une année de fonctionnement, avec en outre, un endettement très faible", indique le rapport de la chambre territoriale des comptes. "Derrière l’équilibre progressif des produits et des charges réside surtout un profond déséquilibre entre les ressources du CFPA et l’emploi qu’il en fait. Ainsi, une abondante trésorerie sans emploi s’est constituée, en dépit des mesures de régularisation budgétaire prises par la Polynésie française qui ont affecté le subventionnement du CFPA en 2012 et 2013. En 2015, les réserves s’élevaient à plus d’un milliard (1,1), soit deux fois plus qu’avant 2013."
Ainsi les experts de la chambre territoriale des comptes recommandent au CFPA d'activer leurs réserves pour "réduire progressivement la trésorerie oisive et relancer l’activité de formation". "Au total sur 5 ans, 1800 stagiaires supplémentaires auraient pu être formés par rapport à la quantité moyenne actuellement observée au centre (660)", estime la CTC.
Le CFPA faire face aussi à un problème "récurrent" pour recruter des formateurs. "Seule la révision des modalités des recrutements semble susceptible de débloquer la situation", souligne le rapport de la CTC.
Le CFPA a en effet opté pour la fonctionnarisation des postes pour attirer des formateurs. Une option "qui a finalement fait peu d’émules et n’a pas garanti une qualité de recrutement en adéquation avec les prérequis de la formation professionnelle pour adultes".
Parmi les stagiaires formés chaque année, on y compte une forte proportion de femmes (56 %), et 58 % de jeunes âgés de moins de 25 ans. Leur niveau scolaire est généralement faible : 94 % n’ont pas le bac, 32 % ont un niveau inférieur au brevet.

CLIQUEZ ICI pour télécharger le rapport de la CTC sur le CFPA

Les 10 recommandations

1. Elaborer un plan d’activation des réserves au profit de l’activité de formation avec pour objectif, 1 000 stagiaires par an
2. Négocier une convention d’objectifs et de moyens avec la collectivité de la Polynésie française
3. Elaborer un plan d’entretien-maintenance et inclure l’impact des dépenses d’entretien –maintenance dans la décision d’investissement
4. Investir dans une mise à niveau des systèmes informatiques du CFPA
5. Faire appel pour le recrutement des formateurs à des personnels qualifiés recrutés sur contrat
6. Rééquilibrer le rapport entre la fonction formation et la fonction support
7. Clarifier les missions du CFPA dans les textes constitutifs en incluant explicitement la formation professionnelle des salariés
8. Elaborer une stratégie de conquête des niches d’activité dans la formation professionnelle des salariés
9. Participer à la compétition sur le marché de la formation dans le respect des règles de la concurrence
10. Transférer des sièges de la collectivité de Polynésie française au conseil d’administration, à la représentation du monde économique.


C'est quoi le CFPA ?

Le CFPA de Tahiti a une antenne à Pirae, à Punaauia et à Taravao. Il y a aussi un centre à Raiatea. Le CFPA a pour mission « d'organiser, d'animer, de développer et de mettre en œuvre des sessions de formation professionnelle au profit de toute personne de plus de 16 ans présentant un déficit de qualification ». L’autre but était de conforter la formation professionnelle pour adultes, en lui reconnaissant un domaine et des méthodes spécifiques, distinctes notamment de celles de l’enseignement professionnel. En 2016, le CFPA est ainsi devenu l’unique centre habilité à délivrer des titres professionnels reconnus par l’Etat de valeur équivalente à ceux obtenus dans le système national. Le centre reste cependant une structure de taille moyenne.
Le CFPA propose des formations dans sept secteurs d’activité : industrie, bâtiment, distribution-commerce, tourisme, vente, informatique et nautisme. Les formations restent en grande majorité de niveau V, niveau ouvrier qualifié et débouchaient traditionnellement sur des certifications locales.


Rédigé par Mélanie Thomas le Mardi 7 Février 2017 à 17:40 | Lu 4395 fois