Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Bora Bora disparaîtra dans deux millions d'années



Une soixantaine de personnes a assisté à la conférence du Criobe, dans le cadre du projet Bora-Biodiv.
Une soixantaine de personnes a assisté à la conférence du Criobe, dans le cadre du projet Bora-Biodiv.
Bora Bora, le 22 avril 2021 - Le Criobe lance une série de conférences à Bora Bora, un moyen pour les habitants de mieux connaître leur environnement. Mercredi, sous le grand chapiteau de Vaitape, le premier volet était consacré à l’histoire géologique de la Perle du Pacifique.
 
Le Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement (Criobe), en accord avec les autorités locales, vient de lancer une série de conférences à Bora Bora, à raison d’un rendez-vous par mois. Dirigé par Annaïg Le Guen, ce laboratoire de recherches, situé à Moorea (et une station à Perpignan, en métropole), a pour objectif principal, mais ce n’est pas le seul, de mieux connaître les récifs coralliens, en s’appuyant sur trois grands axes d’approche : décrire, comprendre et proposer, avec la participation de la population, des solutions environnementales.
 
Le professeur Bernard Salvat pour amorcer le projet Bora-Biodiv
 
Pour la population, ces conférences, programmées mensuellement à Bora Bora et animées par des professionnels diplômés, sont une chance pour mieux saisir le monde qui l’entoure.
Pour le directeur adjoint du Criobe David Lecchini, il paraissait évident de débuter ce projet, nommé Bora-Biodiv, par une conférence sur les origines géologiques de Bora Bora. Le conférencier Bernard Salvat semblait être le scientifique idéal pour ce premier rendez-vous, puisqu’il n’est autre que le créateur du Criobe en 1971. Le professeur biologiste, spécialiste de l’étude des écosystèmes coralliens, a enfilé la tenue de géologue et pris la parole devant une assistance d’environ 60 personnes, comptant dans ses rangs notamment le tāvana Gaston Tong Sang. L’auditoire a été attentif au moindre détail, tels de bons élèves devant leur professeur. Sous le grand chapiteau de Vaitape, il fallait d’ailleurs compter sur la présence de quelques enseignants, accompagnés de la proviseure du collège/lycée. Plusieurs stagiaires du CPPA APPN (futurs accompagnateurs pleine nature), biologistes marins, prestataires (snorkeling, plongée, hôteliers…), et autres membres actifs de la vie économique de l’île, étaient également présents.
 
La fin de Bora Bora
 
Au micro, Bernard Salvat a commencé son discours en expliquant que “le sujet du jour peut-être très compliqué si l’on s’attarde sur les détails en matière de géologie.” Des cartes ont nourri ses propos et le public a prêté l’attention nécessaire pour saisir les grandes lignes de l’évolution géologique de Bora Bora. L’île est née à la suite d’une éruption volcanique il y a environ 3,4 millions d’années (point chaud). Elle connait tous les ans une dérive de 11 centimètres suivant un axe sud-est nord-ouest, une érosion aérienne de 0,12 millimètre, ainsi qu’un enfoncement, appelé subsidence, de 0,11 millimètre. Le futur de la Perle du Pacifique s’avère donc sombre, puisque qu’elle est amenée à disparaître, mais la tragique fin ne se profilera vraisemblablement que dans deux millions d’années.
 
Au terme de 45 minutes d’exposé, quelques questions ont surgi du public. Comme celle émanant de Damien Mainnemare, fondateur de la société 100% service (spécialisée en gestion environnementale d’espaces marins et formation guide accompagnateur lagonaire) qui a demandé si les coraux étudiés aujourd’hui sont les mêmes qu’il y a des milliers d’années. Le conférencier a répondu par l’affirmative, précisant que “c’est le cas seulement depuis l’Holocène, époque du quaternaire qui a débuté il y a environ 10 000 ans”.
 
La conférence s’est ensuite achevée avec une transition toute trouvée pour le directeur d’études du Criobe David Lecchini qui a pu parler des prochains rendez-vous. Au mois de mai, il s’agira de se pencher sur la vie dans le lagon, avec un zoom sur la pollution acoustique. Bora-Biodiv a débuté en 2019 et doit se poursuivre jusqu’en 2023.

Le maire de Bora Bora Gaston Tong Sang, le professeur Bernard Salavat, et le directeur adjoint du Criobe David Lecchini.
Le maire de Bora Bora Gaston Tong Sang, le professeur Bernard Salavat, et le directeur adjoint du Criobe David Lecchini.

Rédigé par Nij le Jeudi 22 Avril 2021 à 17:05 | Lu 1658 fois





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Mai 2021 - 14:01 Prism lance son 6e appel à projets

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus