Tahiti Infos

Bilan de l’ouverture du rāhui à Papara


Les deux journées de pêche ont eu lieu le 14 février à Patere et le 28 février à Atimaono (Crédit : Vetea Liao).
Les deux journées de pêche ont eu lieu le 14 février à Patere et le 28 février à Atimaono (Crédit : Vetea Liao).
Tahiti, le 19 avril 2024 - Les premières conclusions suite à l’ouverture des zones de pêche réglementée (ZPR) de Patere et Atimaono, les 14 et 28 février, ont été présentées à la mairie de Papara, ce vendredi.
 
Les 14 et 28 février dernier, les zones de pêche réglementée (ZPR) des lagons de Patere et Atimaono ont été ouvertes pendant quelques heures chacune. Comme à Tautira l'an dernier, cette première ouverture depuis la mise en place des restrictions en 2019 et 2020 n’avait pas été ébruitée pour permettre aux pêcheurs de Papara de profiter de cette opportunité, tout en contribuant aux suivis menés par le Rāhui Center. Les premières conclusions ont été présentées ce vendredi après-midi à la mairie, en présence de représentants du comité de gestion, de pêcheurs et de la Direction des ressources marines (DRM).
 

369 kilos de poisson

Au total, 34 bateaux ont été comptabilisés, soit 49 pêcheurs sous-marins et quatre pêcheurs à la ligne, les filets n’étant pas autorisés, pour 804 poissons capturés et 369 kilos sur la balance. Des suivis écologiques ont été menés en amont et un mois plus tard par les scientifiques et des pêcheurs formés, dont Tino Mauahiti. “Mon rôle a été de compter la population de poissons et d’étudier l’habitat, une semaine avant l’ouverture. Depuis, j’ai changé d’approche par rapport à la pêche : je fais beaucoup plus attention à la taille des prises.” Les poissons-perroquets, chirurgiens et labres font partie des espèces les plus représentées. L’étude menée avant la pêche a notamment révélé que la zone de Atimaono était davantage poissonneuse avec une augmentation globale de la biomasse par rapport à 2021.
 
“Nous sommes contents de ces deux journées. Nous avions fixé le mercredi, de 8 à 15 heures, pour permettre aux jeunes de venir après l’école. Sur Patere, après quatre ans de rāhui, ce n’était pas terrible, mais on sait qu’il y a beaucoup de braconnage... En revanche, sur Atimaono, on a vu une nette amélioration”, nous a confié Émile Otcenasek, pêcheur et membre du comité de gestion. “Un des intérêts de ces ouvertures, c’est de faire vivre le rāhui. Reste à savoir à quel rythme on peut ouvrir”, remarque Jean Wencélius, anthropologue au Criobe. 

 

Les scientifiques du Rāhui Center ont présenté leurs premières analyses (Crédit : Anne-Charlotte Lehartel).
Les scientifiques du Rāhui Center ont présenté leurs premières analyses (Crédit : Anne-Charlotte Lehartel).

Prolongation jusqu’en 2027

Pour Fabien Rima, premier adjoint au maire, la mobilisation est positive, mais il faut poursuivre les efforts, d’autant que les deux ZPR de Papara viennent d’être reconduites jusqu’en 2027. “J’appelle tous les pêcheurs à venir s’informer et soutenir le comité ! Ce n’est pas facile à gérer, car les deux rāhui sont de chaque côté de la commune. On encourage la population à faire plus de signalements. De notre côté, on a rencontré la brigade nautique de la gendarmerie, et on va bientôt rencontrer le ministre des Ressources marines pour essayer d’avancer en matière de surveillance. On progresse et on va encore s’améliorer.”
 

Rédigé par Anne-Charlotte Lehartel le Samedi 20 Avril 2024 à 19:27 | Lu 1680 fois