Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Au Sefi, 83 fonctionnaires luttent pour réinsérer 13 000 chômeurs



Vaea Dang, responsable de la formation professionnelle, et Tania Tehei, directrice par intérim du Sefi.
Vaea Dang, responsable de la formation professionnelle, et Tania Tehei, directrice par intérim du Sefi.
PAPEETE, le 12 mai 2016 - La Polynésie compte presque 13 000 demandeurs d'emploi inscrits au Sefi, une masse de chômeurs importante que le service s'efforce de traiter avec les moyens dont il dispose. Emplois aidés, formations, orientation, et parfois juste une oreille attentive… Chaque cas est particulier.

À la fin du mois dernier, ils étaient 12 903 demandeurs d'emploi inscrits au Sefi, actifs depuis moins de trois mois. C'est un nombre considérable lorsqu'on le rapporte aux quatre mille inscrits en 2005 et même aux huit mille demandeurs d'emploi de 2008, juste avant que la crise des subprimes emporte l'économie mondiale dans la tourmente.

En première ligne face à cette vague de demandeurs d'emploi se trouve le Service de l'emploi, de la formation et de l'insertion professionnelles, le Sefi. Le service compte 83 fonctionnaires et CDD, qui gèrent donc près de 155 chômeurs par agent… Un chiffre qui explose avec l'augmentation du chômage, conjugué à un nombre de postes qui diminue suite aux restrictions budgétaires que connait toute l'administration. Mais comme nous l'explique Tania Tehei, directrice par intérim du Sefi, "tous ceux qui travaillent ici veulent vraiment aider les chômeurs à s'en sortir, sinon ils prendraient des postes administratifs, à l'abri du public."

"IL N'Y A PAS D'AIDES SANS CONTREPARTIES EN POLYNÉSIE"

Car ce n'est pas facile d'être confronté aux cas les plus difficiles. "Le cas typique pour une formation, c'est quelqu'un qui n'a pas fait d'études et qui a besoin de travailler, qui a envie de travailler. Peut-être que les enfants sont maintenant grands et que la dame a besoin de trouver son premier job, ou ça fait 10 ans qu'elle n'a pas travaillé… Et on va estimer qu'elle n'a pas suffisamment d'expérience ou de qualification pour intéresser le marché de l'emploi tel quel. On va alors l'orienter vers la formation" explique Vaea Dang, responsable de la formation professionnelle au Sefi (880 formations ont été commencées en 2015, qui ont abouti à 80% d'insertion).

Mais même si la marche à suivre est claire, ce n'est pas si facile : "avant d'avoir la formation dont elle a besoin, c'est très long. Il peut y avoir facilement huit mois entre le moment où elle vient nous voir pour dire qu'elle a besoin d'une formation, et le moment où nous allons pouvoir la mettre en formation. Et pendant ce temps, elle n'a aucune aide. Il n'y a pas d'aides sans contreparties en Polynésie, et même avoir des stages rémunérés en attendant, c'est compliqué… Et c'est pour ça que la formation ne s'adresse pas à tous. On leur explique bien que la formation ça demande du temps, de l'énergie, et que c'est un projet à moyen terme. Ceux qui sont dans l'urgence de nourrir leurs familles, c'est compréhensible, on va plus essayer de déclencher des stages. Parce que l'indemnité se fait plus vite, et on compte sur l'entreprise pour prendre le relai derrière. En un mois ou deux, on peut leur trouver un stage, pour les CAE c'est un peu plus long, ça peut prendre trois ou quatre mois parce qu'il y a beaucoup de demande et malheureusement on a des enveloppes limitées pour les budgets."

La conclusion des deux fonctionnaires est néanmoins sans appel : "tout ce que nous pouvons faire c'est accompagner les demandeurs d'emploi pour leur réinsertion avec les stages, formations, les ateliers que nous faisons très régulièrement et les conseillers. Mais nous ne créons pas les emplois."


>>>Le chiffre : 766 offres d'emploi attendent aujourd'hui d'être pourvues au Sefi. Le service en reçoit 200 à 300 par mois.


Le chômage des bacheliers explose

En 2015, un phénomène très inquiétant a commencé à se développer. Le Sefi comptait ainsi 3000 bacheliers à la recherche d'un emploi l'année dernière, "alors qu'il y a trois ans il n'y en avait pratiquement aucun" nous explique la directrice par intérim du service.

Tania Tehei explique ce phénomène par un changement de la demande des employeurs : "pour moi, et ce n'est pas la chef de service qui parle, il y a deux types de bacs. Les bacs généraux et techniques qui apprennent à réfléchir mais ne donnent pas de compétences directement exploitables sur le marché du travail, et les bacs pro qui ont beaucoup plus de compétences pratiques. Un bac pro en mécanique, il sait faire directement… Aujourd'hui au niveau bac, les entreprises cherchent des gens qui savent faire, plus que des gens qui savent réfléchir."

Son conseil pour les bacs généraux : continuer ses études. Le chômage reste très faible chez les diplômés de bac+2 à bac+5, et même ceux qui se retrouvent à chercher un emploi trouvent beaucoup plus rapidement. Avec un cas plus difficile : "les licences 'génériques', de type Français, Reo Maohi, Histoire, Mathématiques… Si on ne se destine pas à l'enseignement, ce n'est pas forcément un bon choix. Même pour les concours de l'administration, il vaut mieux faire du Droit. Les formations professionnalisantes sont beaucoup plus demandées." Et dans ce domaine, les formations en alternance sont le saint Graal de la professionnalisation.


Le Sefi se modernise pour faire plus, sans dépenser plus

Si les contraintes budgétaires limitent l'action du Sefi, c'est aussi l'occasion pour le service de chercher à améliorer ses procédures et ses services. Ainsi, si en 2014 le Sefi avait un simple bureau à Papeete et un autre à Taravao, il dispose désormais de 9 antennes sur Tahiti, une à Moorea et une à Raiatea pour se rapprocher des chercheurs d'emplois et des employeurs.

Le service s'améliore aussi grâce aux nouvelles technologies. Ainsi, le site internet, qui en est à sa troisième version, est utilisé par 68% des inscrits. Il permet aux demandeurs d'emploi de s'inscrire et faire la plupart de leurs démarches en ligne. La page Facebook, lancée en 2014, est un vrai succès auprès des jeunes, qui suivent les offres disponibles directement sur leurs mobiles. Et depuis deux semaines, les locaux du Sefi offrent le wi-fi gratuitement aux demandeurs d'emploi qui peuvent ainsi faire leurs démarches, leurs recherches, répondre aux offres d'emploi, etc, même s'ils n'ont pas internet chez eux.

Le service est également très conscient des critiques qu'on lui fait. La section du site internet destinée aux employeurs, qui trouvent souvent que déposer et gérer leurs annonces est trop compliqué (alors que c'est une obligation légale de déposer toutes les offres d'emploi au Sefi), est en train d'être repensée et simplifiée.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Jeudi 12 Mai 2016 à 17:31 | Lu 5571 fois

Tags : CHOMAGE, EMPLOI, SEFI






1.Posté par henata le 13/05/2016 01:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ah oui ils ont bien du travail tous nos fonctionnaires pei sur-rémunérés, faites la division çà fait quand même plus de 500 dossiers par agent alors qu'en France, le même agent au minima 1300 dossiers à traiter...... pour un salaire de 150 000 FCP ??.. sans la clim et avec la fermeture des bureaux le vendredi à 17H00.............

2.Posté par Pito le 13/05/2016 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le mot "lutte" me semble bien exagéré........

3.Posté par Oh le 13/05/2016 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lol vous travailler tellement dure que vous vous sentez obligé de vous justifier via la presse.

Heureusement que c'est une "obligation légale de déposer ses offres d'emploie" au sefi (sa me rappel quelque chose Oo Obligation légale de cotiser à la CPS :D la bonne blague, ils se sont pas foulé, copier coller) sinon personne ne ferait appel à vous.

Et arrêter avec vos formation à 2 balles, il y a déjà le CFPA et d'autres entreprises privées qui font des formations.

Contentez vous d'accepter les demandes au lieu de les refuser, surtout quand il y a marquer "sans diplôme requis".

4.Posté par manureva le 13/05/2016 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Déjà si le sefi ne faisait de la concurrence déloyale à des centres de formation privé...peut être que ceux ci pourraient embaucher un peu....

5.Posté par Attention ! le 13/05/2016 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore un service qui ne sert pas à grand chose et beaucoup d'argent très mal utilisé.

Trop compliqué, tout restrictif, trop surveillé. Il faut libéraliser.

Les chômeurs motivés savent où aller.

Les autres ont plus besoin des affaires sociales.

Le secteur privé ferait le job bien plus efficassement et pour moins cher.

En france c'est un site internet privé qui fait la nique à l'agence nationale pour l'emploi ! (leboncoin.fr)

6.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 13/05/2016 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo aux 5 commentaires (de 1 à 5) qui ont une vision saine... Ca fait toujours "5" de gagnés hahahaha
"Et pendant ce temps, elle n'a aucune aide. Il n'y a pas d'aides sans contreparties en Polynésie, et même avoir des stages rémunérés en attendant, c'est compliqué…" = eh oui, plutôt laisser crever les 79 999 colonisés français de "la Polynésie française" que de désautonomiser le non-DROIT au RSA hohohohohoh rollstahiti@gmail.com

7.Posté par tamatoas le 13/05/2016 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Iaorana ,
je suis d' accord avec les postes 4 et 5 , il y a une multitude d'organismes privés de formation qui sont concurrencés par le SEFI et la CCCIM dont ce n'est la fonction , il est dommage qu'on ai pas le bon coin , ça fonctionne autrement mieux que Pool Emploi et que le SEFI ici , mais bon il faut caser du " bon monde " au SEFI 82 agents et à la CCISM un peu moins , lesquels n'ont pas d' obligation de résultat . La CCISM est chargée du développement économique , on ne voit pas bien les résultats ! Elle préfère concurrencer ce qui existe déjà dans le privé c'est tellement plus facile , ce sont las patentés qui payent leurs investissements , une gestion élue par à peine 20% des patentés dont la moitié avec des procurations d'amis . c'est le monde économique a l'envers !

8.Posté par tapi le 13/05/2016 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour ceux qui parlent et qui ne savent pas ce qu'ils racontent: A savoir, le Sefi ne fait aucune concurrence, en effet, ils donnent les formations aux entreprises privées et leur fait entièrement confiance. Le CFPA d'ailleurs fait parti de la liste des entreprises qui bénéficient des formations du SEFI.
Au lieu de taper sur le SEFI, tournez vous plutôt vers la CCISM qui dispense des formations au lieu de les donner aux entreprises privées.

Bonne journée.

9.Posté par Vahine le 13/05/2016 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le SEFI devrait envoyer les agents en formation ils sont out... Il faudrait moderniser ce dinosaure ... et les agents
et leur apprendre à mieux considérer et accueillir les demandeurs d'emploi

10.Posté par emere cunning le 13/05/2016 16:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Attention !
les privés qui forment efficacement et pas cher, on les compte sur les doigts d'une petite main. Leurs formations sont théoriques et ils enseignent bien souvent des généralités à la portée de tous sur Internet. Mais il faut aller aux USA pour faire la différence.

@ tapi,
" ils donnent les formations aux entreprises privées et leur fait entièrement confiance"
C'est peut-être le problème, vous leur faites confiance sans faire le tri après avoir un minimum checké derrière si le bagage est acquis et suffisant pour prétendre décrocher un emploi. Ce devrait être le cas... au prix que ça coûte au Territoire et à l'Etat qui y consacrent de gros budgets.

11.Posté par Reumana le 14/05/2016 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ia Orana, le SEFi est utile certe, mais pour combien en budget de fonctionnement ? en subvention du territoire ? Combien coûte les 83 fonctionnaires ? les budgets de fonctionnement des services territoires sont rendus publique ?
Sur le site lexpol on trouve certaines infos, ex ISPF à une subvention de 750 million de subvention par an ! pour combien d employés ? c est le Chiffre d affaire an d un hôtel avec 150 employés ! les budgets de fontionnement dès administrations engloutissent tout au détriment des services, aménagement pour la population, comment veux tu, comment veux tu que.....
L'Éminents Warkap aurait il des explications économiques à cette situation ?

12.Posté par Buffalo Bill le 17/05/2016 10:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@7. il y a des déjà eu des tentatives de site d'emploi en Polynésie comme tahitijob ou d'autres, mais si les demandeurs d'emploi sont bien là, peu d'offres d'emploi publiées, tout le monde veut tout gratuit!!

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 17:56 Un homme se tue en scooter à Teva I Uta

Dimanche 21 Octobre 2018 - 15:00 Mieux vaut ne pas être malade à Hao

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués