Tahiti Infos

Au Hura Tapairu, les groupes placent la barre haut


Tahiti, le 25 novembre 2022 – Les groupes de la compétition du Hura Tapairu, lancée depuis mercredi soir au grand théâtre de la Maison de la culture, ne cessent de faire monter le niveau et de surprendre les spectateurs et le jury. Jeudi soir, cinq formations ont pris place sur la scène, avec ToaRere en tapairu et mehura manihini, Hiti Mahana en mehura manihini, Arai’a et A hura te fenua en mehura et Hei Rurutu en tapairu, ote’a apipiti, ‘aparima apipiti et pahu nui. Retour en images sur cette deuxième soirée.
 
Pour cette deuxième soirée de concours, cinq formations, dont deux en catégorie manihini (étrangère), ont foulé la scène du grand théâtre de la Maison de la culture jeudi soir. À chaque soirée, les groupes semblent repousser les limites de leurs niveaux. Jeudi, la majorité des groupes aproposé des prestations avec de nombreuses figures risquées. Pour rappel, cette deuxième soirée est l’avant-dernière pour les groupes de la catégorie manihini. La remise des prix aura lieu vendredi soir, après la présentation des deux derniers groupes.
 

Toa Rere

Le premier groupe de la soirée, la troupe mexicaine Toa Rere, a participé en catégories mehura et tapairu manihini avec un spectacle sur le thème de l’appel de la mer- te pi’i o te tai. Cette formation mixte a évoqué l’histoire d’amour entre la reine de la mer et le chef des lieux de l’île de Tahiti, qui ne peuvent négliger leurs univers respectifs au risque de perturber l’harmonie entre l’eau et la terre. À travers ce spectacle, ToaRere a voulu "rappeler l’importance de l’équilibre entre la mer et la terre". La troupe a démontré s’être imprégnée de la culture polynésienne, à travers leur ‘orero, leur ‘aparima et leur ote’a.
 
Au Hura Tapairu, les groupes placent la barre haut

Hiti Mahana

La troupe américaine Hiti Mahana a ensuite pris place sur la scène pour se présenter pour la première fois au Hura Tapairu, avec un spectacle en catégorie mehuramanihini, sur le thème de l’amour impossible – te here e ti’ahia. Une prestation interprétée sur le premier titre de Manuhei Tehahe.
 

Arai'a

Le premier groupe local de la soirée, Arai’a, a présenté un mehura sur le lien amoureux – te hono. Les danseuses se sont produites sur un medley de deux chansons connues au fenua : C’est ça l’amour de Mathieu Boogaerts et Otu’ihereto’umafatu de Grace Laughlin. Une troupe de Cendrillons qui a fait voyager le public dans un univers enchanté. Paillettes et étincelles étaient au rendez-vous pour faire briller la scène du Grand théâtre.
 

A hura te fenua

L’avant-dernier groupe de la soirée est l’association de la Direction des affaires foncières, A hura te fenua. Leur participation au Hura Tapairu leur permet de renforcer la cohésion entre les membres du personnel. Le thème retenu pour leur prestation est celui du lien avec la terre nourricière – te honoia mama fenua. Les danseuses ont été encouragées par le public tout au long de leur spectacle, et ont terminé sur une figure spectaculaire, plutôt risquée.
 

Hei Rurutu

Pour marquer cette deuxième soirée, la troupe Hei Rurutu est entré en scène pour mettre le public dans une ambiance de bringue avec leur spectacle sur le thème du ‘auti et du four traditionnel – te ‘auti ‘e te umu ti. La troupe a participé en catégories tapairu, ote’a et ‘aparimaapipiti et pahu nui. Dans un esprit convivial, et en jouant beaucoup avec le public, ce dernier groupe a évoqué l’importance du ‘auti, essentiel pour s’habiller, décorer, chasser les esprits et préparer le four traditionnel.  Par ailleurs, Hei Rurutu a présenté les premiers duos de la compétition, en ote’a et en ‘aparima, en plaçant la barre déjà très haute.
 

Rédigé par Meleana CHE FAT le Vendredi 25 Novembre 2022 à 17:12 | Lu 810 fois