Tahiti Infos

Attention, baignade polluée


La plage de l’embouchure de la Nahoata, à Pirae.   Crédit : Wendy Cowan
La plage de l’embouchure de la Nahoata, à Pirae. Crédit : Wendy Cowan
Tahiti, le 10 juillet 2024 - Le Centre de santé environnementale (CSE) de la Direction de la santé présente son rapport 2022-2023 sur la qualité bactériologique des eaux de baignade à Tahiti, Moorea, Bora Bora, Raiatea, Nuku Hiva, Hiva Oa et Tubuai. Si Bora Bora fait figure d’élève modèle, le tableau se noircit dans les zones de baignade de Tahiti, Moorea et Nuku Hiva, particulièrement dans les embouchures de rivière.
 
Les eaux polynésiennes donnent envie de faire trempette, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais si la notoriété de ces eaux est internationale, leur qualité ne suit pas forcément. C’est ce que révèle le dernier rapport 2022-2023 du Centre de santé environnementale (CSE) sur la qualité bactériologique des eaux de baignade à Tahiti, Moorea, Bora Bora, Raiatea, Nuku Hiva, Hiva Oa et Tubuai. Sur les 1 559 prélèvements réalisés en 2023 par le CSE, mais aussi par la commune de Bora Bora (218 prélèvements), la commune de Punaauia (61 prélèvements) et la communauté de communes Terehēamanu (154 prélèvements), qui ont permis d’établir 128 points de contrôle en mer, aux embouchures de rivières et en eau douce, sur certaines îles, les résultats ne sont pas fameux.
 
Résultats des 7 îles testées
 
Bora Bora fait figure d’exemple, ses eaux de baignade étant qualifiées d’excellentes sur l’ensemble des zones répertoriées. À Hiva Oa, Tubuai et Raiatea, la qualité des eaux reste globalement bonne. À Tahiti, Moorea et Nuku Hiva, en revanche, il reste du travail.
 
À Tahiti, les différentes structures ont augmenté le nombre de prélèvements, ce qui précise la situation : “Sur les 62 points en mer classés, 52% sont propres à la baignade, avec une différence de moins en moins marquée entre la zone urbaine (53% propres à la baignade) et la zone rurale (50% propres à la baignade)”. Sur les embouchures de rivière, le constat est le même depuis 2019 : 100% des points présentent une qualité insuffisante en zone urbaine, pour 90% en zone rurale. En ce qui concerne les plages très fréquentées, les prélèvements alentours de la zone du Musée des îles, Sapinus et la sortie de la Punaruu révèlent que ces eaux sont impropres à la baignade. Pareil pour celles de Hitimahana, celle de Papara en face de la Taharuu, et toutes les zones estampillées d’un point rouge (voir la carte).
 
Même constat à Moorea : sur les 11 points classés en mer en 2023, 55% seulement sont propres à la baignade. Ce qui représente une baisse de qualité significative par rapport aux données de 2021 où, sur les 12 points en mer, 67% étaient propres à la baignade. Sur les embouchures, idem, les trois embouchures classées restent impropres à la baignade depuis 2010.
 
À Nuku Hiva enfin, le CSE remarque que malgré son éloignement, “des sources de pollution impactent la qualité des eaux” avec un des deux points de prélèvements en mer qui affiche une qualité insuffisante.
 
L’objectif de ces rapports est bien sûr, d’une part, prévenir la population des lieux où il vaut mieux éviter de piquer une tête. Mais aussi de mettre en lumière et informer les autorités politiques et autres entités pouvant avoir de l’influence sur le niveau de pollution de ces zones, “sur les mesures correctives à engager en vue de rétablir la qualité des zones polluées”. Car la protection de nos eaux de baignade “est l’affaire de tous”, affirme le CSE.
 

Les causes de la pollution des zones de baignade :

- L’absence de réseau d’assainissement collectif public dans les zones fortement urbanisées, mais aussi les rejets pirates d’eaux usées domestiques et industrielles dans les rivières et réseaux d’eaux pluviales.

- Les rejets non conformes de certaines stations d’épuration autonomes.

- Les rejets de lisier des élevages de porcs et de volailles dans les rivières.

- Les déversements d’ordures ménagères ou autres déchets dans les rivières et sur les plages.

- Les travaux d’enrochement, de curage, d’extraction de sable…

 

La carte :


Rédigé par Tom Larcher le Mercredi 10 Juillet 2024 à 17:14 | Lu 2601 fois