Tahiti Infos

Assainissement : Papeete, Pirae et Arue s'unissent enfin


Tahiti, le 2 novembre – Les communes de Papeete, Pirae et Arue ont signé jeudi dernier une charte visant à mutualiser leurs services d'assainissement collectif des eaux usées. Une étape jugée “indispensable” par la chambre territoriale des comptes (CTC) dans son rapport publié en août dernier.
 
Fin août 2021, la Chambre territoriale des comptes (CTC) avait pointé du doigt la gestion entre 2014 et 2019 de la SEML Te ora no ananahi, en charge de l'assainissement de la commune de Papeete. Une des pistes proposées par la juridiction pour pallier les surcoûts importants issus de la gestion de la SEM était de s'engager vers une coopération avec les communes voisines.

En septembre, les communes de Papeete, Pirae et Arue ainsi que la SEML avaient annoncé la signature prochaine d'une charte qui s'inscrit justement dans le sillon des recommandations de la CTC. Ainsi, jeudi dernier, leurs représentants se sont réunis à la station d'épuration Te ora no ananahi pour formaliser cette étape jugée “indispensable” par la juridiction, a-t-on appris par voie de communiqué.

L'objectif serait de construire des ouvrages de collecte d'eaux usées sur 16 kilomètres pour raccorder “170 grandes structures entre le rond-point de Erima à Arue et la station d'épuration de la Papeava à Fare Ute, en passant par la plaine de Pirae”. Cette première phase devrait permettre d'assainir la partie Est de l'agglomération et de traiter près de 2 000 m3/ jour d'eaux usées. Un volume que la station d'épuration de la Papeava se dit “à même d'accueillir”.

La mutualisation des services publics des trois communes permettrait, toujours selon le communiqué, que les usagers puissent “bénéficier d'un service public de qualité à un moindre coût”, que la ville de Papeete et la SEML puissent “optimiser le fonctionnement de la station d'épuration en atteignant sa capacité nominale de 3 500 m3/ jour” et d'éviter que le syndicat Teparenui n'ait à construire une station d'épuration et un réseau d’évacuation. Certainement de quoi rassurer la CTC qui avait pointé du doigt “la valeur ajoutée incertaine” de la SEML.

De nouvelles perspectives ont également été annoncées puisque le communiqué précise qu'ils pourraient “prévoir le raccordement des communes de Faa'a ou bien encore de Mahina” pour les intégrer à l'assainissement collectif des eaux usées des trois collectivités.

Rédigé par Ariitaimai Peckett le Mardi 2 Novembre 2021 à 17:00 | Lu 703 fois