Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Artisanat : « La richesse, elle est tout autour de nous ! »



PAPE'ETE, le 29 août 2014 - D’une activité d’appoint ou d’occupation, l’artisanat s’est transformé en véritable business. Jadis pratiqué essentiellement par les personnes âgées, il est désormais convoité par les jeunes dont c’est parfois le dernier refuge. Le centre « Te rima Ve’ave’a nō Faa’a » est l’un des lieux privilégiés de la transmission du savoir-faire artisanal.

Depuis les années 90 et surtout la possibilité d’œuvrer en tant que patenté (à son compte donc), l’artisanat intéresse un grand nombre de jeunes. Jusque-là, seuls les anciens pratiquaient régulièrement cette activité. Avec les difficultés de la vie qui « nous avons finalement regardé de plus près l’artisanat. » avoue Stellio de Raiatea. « Cela fait maintenant 5 ans que je grave la nacre et je vis bien de mon activité. »

Pour cela, il a fallu que les artisans acceptent de partager leur savoir-faire, et donc de le transmettre. « Au tout début, ce n’était pas acquis car les vieux ont leur façon de travailler. Il fallait vraiment être capable de les suivre car ils ne répétaient pas ce qu’ils expliquaient. » se souvient Mana, un jeune mangarévien spécialisé aujourd’hui dans la sculpture. « Oui mais il y a des jeunes qui croyaient qu’ils en savaient plus que nous ! » répond en s’esclaffant pāpā Henri de Puna’auia. Avec le temps, les deux générations ont appris à vivre ensemble, l’un à partager et l’autre à écouter ; le seul moyen pour perpétuer les traditions. Ils seraient environ 13 000 aujourd’hui à vivre de l’artisant en Polynésie.

Le centre « Te rima Ve’aVe’a », un exemple.

« Nous conseillons fortement à chaque fédération qui a en charge un centre artisanal de partager leur savoir. » explique Terii Rupea, grand spécialiste de l’artisanat et chargé de mission auprès de l’actuel ministère de l’artisanat local. Les 21 centres que compte le fenua ont pour vocation, entre autres, celle d’enseigner l’art traditionnel. « L’artisanat inclut la vannerie, la sculpture, la couture et la bijouterie d’art. » complète l’agent ministériel.

Parmi les centres en question, celui de Faa’a « Te rima Ve’aVe’a nō Faa’a » est un exemple. Il est, avec ceux de Mahina, Mataiea et Mo’orea celui qui met en pratique la recommandation citée plus haut. Il reçoit notamment des jeunes venant des Etats unis. Il est également l’un des plus importants de Polynésie avec un regroupement de 16 associations (sans compter celles venant de l’extérieur). Les jeunes y sont nombreux. Vairea Tupana est originaire de Rurutu. « En fait, j’ai suivi ma maman qui était couturière. Je me suis mise à regarder les anciennes māmas, celles qui sont ici depuis longtemps et j’ai appris tout doucement. » L’une des māmās en question, Lila Tihata, se félicite du chemin parcouru par Vairea : « Il faut transmettre notre savoir-faire car c’est eux qui prendront le relais. Pour ma part, je veux partir en ayant donné le meilleur de mes connaissances comme c’est le cas avec Vairea. »

Des dires de la jeune fille, « j’arrive à vivre de ma passion. Il faut être organisé, et patient aussi. Je tresse la fibre de coco, le « nape ». J’ai pu apprendre le « firi pua’a » et le « firi nape » deux styles de tressages particuliers et longs. » Elle exhorte tous ceux qui hésitent encore à faire comme elle. « La plupart des jeunes disent que ça fait honte d’aller vendre ses produits, mais moi je dis que non car c’est quand même ta vie. C’est comme ça que tu apprends aussi le métier. La richesse est tout autour de nous, tu n’as juste qu’à tourner la tête et tu trouves. Par exemple le nī’au (nervures de palmes de cocotier). » Avant de retourner dans son atelier de tressage, elle ajoute avec un sourire radieux « Il ne faut pas se laisser aller, il ne faut pas avoir peur de montrer sa culture pour en vivre ! ». En attendant, d’autres jeunes viennent d’intégrer le centre et pourront apprendre pour mieux comprendre leur culture.

TP

Te ‘ohipa rima ‘ī : « ‘ua rau te faufa’a e fā’ati nei iā tātou. »

I Porinetia nei, ‘ua ‘ite ihoa tātou, mea fa’ahiahia roa nā tō tātou mau māmā i te rave i te mau fa’anahora’a rima ‘ī. E ‘ohipa teie e mātau hia na ‘e tātou i te fenua nei. ‘Āre’a, mai i te mau matahiti 90 ra, ‘ua rahi ato’a mai te feiā ‘āpī i fa’aō iā rātou i roto i teie tuha’a ‘ohipa. Hou roa atu, ‘ahuru matahiti i muri mai, riro atu ra teie fa’anahora’a tupuna ‘ei faufa’a pāpū nō te orara’a. Rahi te ‘ana’anataera’a tō rātou i te ha’api’i i te mau ravera’a rau, i te pae ānei o te ‘ohipa nana’o, ha’une, nira tae noa atu i te ha’amanara’a tao’a pirū.

E au ē, ‘ua tae ato’a i te taime mea ti’a i tō tātou mau metua ‘ia horo’a i tō rātou ‘ite, ‘eiāha te reira ‘ia morohi ‘ia topa ana’e te mahana. I Te fenua nei, tē vai nei 21 mau pū rima ‘ī. Te vai ra o tē fa’atupu nei i te tahi mau tau ha’api’ipi’ira’a i te feiā ‘āpi, mai teie pū i Faa’a a’e ra « Te rima Ve’ave’a nō Faa’a ». I reira, 16 rātou mau tā’atira’a e vai nei, i riro roa atu ai teie pū ‘ei ‘āmuitahira’a. ‘Ua fārerei atu tō ‘outou tāvini iā Vairea Tupana. E pōti’i ‘oia nō Rurutu. A pae atu ra matahiti ‘ō na i te ha’api’i noa ra’a te ‘ohipa firi i te nape. I teie mahana, ‘ua manuia tā na ‘ohipa : « ‘Ua āpe’e vau i tō’u metua vahine i terā ra taime. Tā na i rave, te ‘ohipa nira ia. O vau ana’e ra, te hi’ohi’o noa rai vau i te mau māmā mea nāhea tā rātou mau ravera’a. (…) ‘ua mā’iti vau i te ‘ohipa firi, tae roa atu i teienei mahana. »

I tō na pae, te nā’ō mai ra o māmā Lila Tihata, te hō’ē ia o te mau metua i horo’a i tō na ‘ite : « Mea na reira ihoa, mea au ihoa ra ‘ia ‘ōpere mātou i te mau ‘ite e vai ra i roto i te ‘ā’au. ‘Ia vai maoro noa te reira, noa atu ā ‘ua reva mātou. Te reira te fā mau. » Mai iā na, rave rahi mau metua vahine terā e horo’a nei i tō rātou mau ‘ite. Te tupu ato’a ra teie huru fa’anahora’a i te mau pū rima ‘ī nō Mo’orea, Mataiea ‘e Mahina. « Tē ani nei mātou i te mau pū rima ‘ē ato’a ‘ia rave hia teie huru fa’anahora’a. » o tei ha’apāpū hia mai e Terii Rupea tāne, ‘oia e tī’ā’au nei te parau o te ‘ohipa rima ‘ī pīha’iīho iā te fa’atere hau ra o Marcel Tuihani tāne. I teie mahana, e ti’a ‘ia parau hia e ora ihoa o Vairea i teie ‘ohipa tā na. « No reira vau e fa’aitoito nei i te feiā ‘āpī mai iā ‘u nei ‘eiāha e ha’amā ! Teie te ora. Tei iā ‘oe noa. ‘Ua rau te faufa’a e fā’ati nei iā tātou. »

Rédigé par TP le Vendredi 29 Août 2014 à 06:47 | Lu 1127 fois






1.Posté par Kava le 30/08/2014 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce serait bien d'instaurer une procédure facile à suivre au niveau phytosanitaire, pour permettre aux touristes d'exporter les objets d'artisanat, surtout pour tout ce qui est bois et vannerie...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Février 2018 - 10:26 Temple chinois Kanti de Tahiti

Vendredi 9 Février 2018 - 11:00 Arrivée de la Bounty à Tubuai

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies